stockage d’énergie hydropneumatique

Partagez cet article avec vos amis:

 

Stockage d’énergie hydropneumatique

Supposons que je possède une éolienne (ou une autre source d’énergie) et que je désire être autonome en n’utilisant que des moyens écologiques  : le vent n’est pas régulier et mes besoins sont concentrés sur quelques périodes de la journée : matin, midi et soir : il me faut donc un système de stockage d’énergie.

Que ce soit  à l’échelon individuel ou au niveau national, il faut faire face aux pointes de consommation.

Le système que je propose n’utilise que de l’air et de l’eau : c’est le même procédé que les barrages hydroélectriques, sauf  qu’il ne s’agit pas de produire des MW mais des kW et de ne pas nécessiter une rivière ou un fleuve, mais de tenir sur quelques mètres carrés.

Il s’agit d’un système hydropneumatique : o­n stocke l’énergie sous forme d’eau comprimée par une masse d’air, à une pression de 150 bars (ou 150 atmosphères).

Une pompe entraînée par l’éolienne ou un moteur électrique vient comprimer de l’eau dans une grosse cuve; la vitesse de la pompe peut être variable. L’eau est stockée dans un ou des gros tubes en acier de diamètre 600 mm, les mêmes que ceux utilisés pour les pipe-lines de gaz.

La restitution de l’énergie s’effectue par un moteur hydraulique entraînant une génératrice électrique, le stockage et le déstockage étant complètement indépendants .

Ce système n’utilise ainsi que de l’eau pour le transfert, comme cela existe déjà dans l’industrie (sidérurgie par ex).

Les calculs montrent que le rendement est de l’ordre de 75 à 77 %, peut-être mieux si tous les paramètres sont affinés.

Il faut environ 1m3 d’eau pour fournir 1 kWh

Tout le matériel nécessaire existe, il fait partie des évolutions récentes (moins de 10 ans) de cette technologie « l’hydraulique à eau ».

Vos avis et observations ?

Cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *