Le rechauffement climatique affecte aussi les forets et les tourbieres subarctiques

Partagez cet article avec vos amis:

Des chercheurs du Centre d’etudes nordiques (CEN, Universite Laval, Quebec) viennent de documenter deux manifestations du rechauffement planetaire dans le Nord du Quebec. La premiere touche l’acceleration de la fonte du pergelisol dans les tourbieres subarctiques, et la seconde l’augmentation de la vitesse de croissance verticale des arbres a la limite des forets.
Dans un recent numero de Geophysical Research Letters, les chercheurs mettent a profit les donnees accumulees sur une tourbiere situee a la hauteur du 56e parallele, a l’est de la Baie d’Hudson, pour decrire l’evolution du pergelisol dans cet habitat.
Les chercheurs ont utilise une photo aerienne prise en 1957 et des donnees recoltees sur le terrain lors de visites effectuees tous les dix ans entre 1973 et 2003. Ils ont decouvert que le pourcentage de la superficie de la tourbiere occupee par le pergelisol est passe de 82% en 1957 a 13% en 2003. Son taux de disparition a double depuis 1993. Selon les chercheurs, la cause principale de cette acceleration est l’augmentation des precipitations sous forme de neige ; le couvert de neige protegeant le sol contre l’onde de gel et tamponnant les ecarts de temperature. L’impact de la degradation des tourbieres sur le bilan des gaz a effet de serre reste a mesurer.
Par ailleurs, les modeles de rechauffement planetaire predisent que l’actuelle limite nordique des forets sera progressivement repoussee vers le nord. Dans un article recemment publie dans le Journal of Ecology, les chercheurs prevoient que l’expansion nordique de l’epinette noire – une espece aux capacites reproductrices limitees – devrait etre precedee par un changement dans le port de ces arbres : selon leurs analyses la tige principale des arbres connait une croissance verticale acceleree depuis les
annees 1970. Si les conditions actuelles se maintiennent, les epinettes vont poursuivre leur croissance verticale et produire plus de cones et de graines ; ceci devant favoriser l’expansion nordique de la limite des arbres.

Sources : Jean Hamann – Au fil des evenements, 10/03/2005 – Universite Laval
http://www.scom.ulaval.ca/Au.fil.des.evenements/2005/03.10/tourbieres.html

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *