Ma découverte du moteur Pantone

Partagez cet article avec vos amis:

Sur cette page, et les suivantes intitulées « Pantone et moi » vous allez découvrir un résumé de mes 4 dernieres années, c’est à dire depuis que j’ai découvert le procédé Pantone.

Ces pages « auto-biographiques » vous permettront de connaître un peu mieux, Christophe, le webmaster de ce site.

Qui suis-je ?

Je m’appele Christophe Martz, en 2005 j’aurai 27 ans et suis originaire de Strasbourg.

Je suis ingénieur diplomé de l’ENSAIS (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries de Strasbourg) promotion 2001 et j’ai réalisé, pour l’obtention de mon diplôme, un Projet de Fin d’Etudes (PFE), sur le procédé Pantone.

En 2003, j’ai créé le site Econologie.com (je reviendrai plus tard sur la création de ce site).

L’origine du projet de fin d’étude sur le procédé Pantone (octobre 2000-janvier 2001)

La dernière année en ecole d’ingénieur est divisée en deux périodes: le premier trimèstre où des cours classiques sont dispensés et les 2 derniers réservés au projet de fin d’études (qui est le plus souvent réalisé en entreprise). Durant le premier trimestre, il faut réaliser un projet de recherche technologique (PRT), ce PRT peut etre considéré comme un micro PFE et peut ou non avoir un lien direct avec le PFE. Ainsi certains PRT sont ni plus ni moins que des pré-études d’un PFE.

Je précise tout cela car le choix de mon PFE est justement venu suite à un mon PRT.

En effet, le sujet de mon PRT consistait à faire le tour des energies « nouvelles » ainsi que des solutions organisationnelles afin de décongestionner l’air et le trafic des zones urbaines.(cette étude est disponible intégralement sur cette page : étude sur les transports et énergies pour la ville).

Durant cette étude, un de mes professeur tuteur, professeur de physique, m’a fourni un reportage vidéo, qui je pense est à l’origine de tout ce qui va suivre.

Ce reportage parlait de l’énergie du point zero, et présentait, en autre, Stanley Meyer (peu de temps avant sa disparition « officielle »). Vous pouvez voir ce reportage sur cette page : reportage sur l’énergie du vide au zéro absolu.

Très intrigué par ce reportage, je décidais d’en savoir plus sur Stanley Meyer, c’est comme cela que j’ai découvert le Quanthomme présentant la Water Fuel Cell (WFC). Rapidement, j’avais dans l’idée de faire mon projet de fin d’étude sur la WFC. Malheureusement devant le flou d’informations dégotées sur Internet et dans les brevets, mes professeurs et moi, avons vite compris qu’il n’était pas raisonnable de faire un PFE sur ce sujet. Nous serions trop vite confrontés à trop d’incertitudes et inconnues. Mais il y avait une autre invention présentée sur le site Quanthomme : celle du procédé Pantone.

En effet, l’invention de Pantone semblait assez intrigante et surtout assez accessible pour qu’il soit possible de réaliser un projet de fin d’études sur le sujet. J’allais donc proposer un sujet de caractérisation du procédé Pantone à mes professeurs tuteurs ( que je remercie au passage ). Ces derniers me donnèrent rapidement le feu vert : le projet Pantone/Martz était né ! Une demande de subvention de l’Anvar a été effectuée et a été acceptée.

Le déroulement du PFE sur le procédé Pantone (janvier 2001-octobre 2001)

La durée initiale du projet était de 5 mois, il m’a fallu plus de 8 mois pour venir à bout du minimum acceptable pour l’obtention d’un diplôme d’ingénieur. Mais peu importe, mon projet me passionnait, certains mesures étaient très prometteuses.

Seulement voilà, contrairement à ce que l’on pourrait penser, une ecole d’ingénieur n’est pas le lieu idéal pour faire de la recherche appliquée : les moyens manquent, le personnel n’est pas forcément disponible mais surtout les matériels de mesures et d’investigation font cruellement défaut. Par exemple, j’ai du réaliser l’intégralité de la réalisation du banc d’essai (photos disponibles dans le rapport): plans, découpe du brut, pointage, mise en apprèt, mise en peinture….seules les soudures étaient réalisées par le technicien du laboratoire. Après mes professeurs me reprochaient de ne pas avancer assez vite la partie purement scientifique. Autre exemple, nous avons dû déplacer le banc d’essai avec la voiture familiale dans un centre de contrôle technique pour effectuer les mesures de dépollution. Voyant que ceci n’etait pas sérieux pour travailler convenablement, il a fallu aller chercher un analyseur de gaz à 200 km! Je remercie à ce propos le technicien qui a donné de son temps un week-end pour cette tâche. Ces difficultés matérielles expliquent, en partie, l’allongement de la durée du projet. Mais cela n’était que le début des difficultés.

La période Post-Diplôme (octobre 2001-février 2002)

Diplômé en octobre 2001 (après une soutenance devant une audience de plus de 40 personnes, chose assez exceptionnelle pour un PFE), et sentant le potentiel du procédé comme le montre les résultats dans mon rapport, j’ai décidé de me lancer, seul et peut-être un peu naïvement, dans une « course » aux aides et subventions à la recherche.
Les premières semaines suivant ma sortie de l’Ecole, mon agenda était quasiment plein tous les jours : Salons, Ville de Strasbourg, ADEME, ANVAR, DRIRE, INRETS…ainsi que de nombreuses écoles, centre de recherche et institutions publiques ont été contactés. De même j’ai eu également quelques contacts en Allemagne. Mais apres quelques semaines de cette course effrénée, j’ai constaté avec une déception certaine que cela serait beaucoup plus dur que je ne l’imaginais. Il est certain que je n’étais, et je ne suis toujours pas, un grand négociateur ou diplomate mais tout de meme !

Les excuses redondantes étaient principalement les suivantes :

  • le brevet n’est pas à votre nom,
  • nous n’aidons pas les particuliers,
  • aucune institution publique ne vous soutient…

Partant de ces faits, je restais ouvert à toute proposition mais je n’en reçu aucune de la part de ces organismes. Je pense qu’une des réactions les plus flagrantes dans ce sens à été celle de l’ADEME, ignorant tout simplement mes requettes mais n’oubliant pas de faire remonter les informations au niveau national…

Je suis également retourné voir l’ENSAIS pour proposer une suite au PFE concernant un montage sur chaudière du procédé. Ceci apres avoir vu le montage « chaudière » de Mr David à flamme transparente en brûlant du fuel domestique. Mon ex-professeur tuteur, spécialiste combustion moteur, ex-ingénieur chez Renault, était apparement résolument décidé à ne plus entendre parler de moi (ou du procédé ?). Son argumentaire : « Vous savez : le fuel est en perte de vitesse par rapport aux chaudières gaz. ». Hum hum…Fin de la négociation.

Un tel mépris dans une totale hypocrisie ambiante est assez dur à encaisser. Tout le monde disait que mon projet était trés intéressant mais personne ne m’a donné les moyens d’aller plus loin ne serait ce une chance ou un espoir ! La pollution, au sens large, n’est-elle pas un problème de santé publique ? En effet, je rappelle au lecteur qui ne connait par les résultats de mes travaux que le procédé permet une diminution de 90% de certains des polluants, ceci au bout de quelques secondes de fonctionnement. Ces résultats en dépollution sont sur cette page ou dans le rapport de PFE.

Ceci contrairement aux pots catalytiques non seulement inefficaces à froid, mais qui, en plus d’augmenter la consommation, posent de problèmes environnementaux durant leur cycle de vie, sans parler des oxydes de métaux lourds et du coût, econologique, de leur fabrication et recyclage.

Devant tant de blocages, je décidais, début 2002, d’aller voir Mr Pantone aux USA, en effet ; peut etre qu’un papier signé de sa main allait pouvoir débloquer les choses et peut-être allait-il me proposer un poste à responsabilités ? La réalité sera malheureusement bien différente…

Lire la suite: Ma rencontre à Mr Pantone

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *