Londres amorce un plein à l’huile de friture

Partagez cet article avec vos amis:

Londres amorce un plein à l’huile de friture

L’amour des Britanniques pour la junk food et le gras en général pourrait se révéler très salutaire en matière de protection de l’environnement. Une étude conduite par London Remade et London Community Recycling Network, deux agences environnementales, préconise que tout le gras et les huiles végétales dont se débarrassent chaque jour restaurants et cafés de façon illégale (avec leurs eaux usées) soient recyclés en carburant bio. Bus et taxis londoniens pourraient ainsi rouler grâce au gras récupéré des fish and chips…

Ce carburant bio, utilisé pur ou mélangé à du diesel, aurait l’avantage d’être inodore, non polluant, et de n’émettre aucun dioxyde de carbone. De plus, il n’implique pas de modification pour les moteurs Diesel. Il est obtenu en transformant les triglycérides des acides gras qui constituent les huiles végétales en monocytes méthyliques.

Lire la suite

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *