Les guerres du pétrole

Partagez cet article avec vos amis:

Nous tenons à vous signaler le dossier de L’Histoire: Les guerres du pétrole (sept.2003).
Un point de vue d’historien sur ces crises qui secouent notre monde depuis 150 ans.

C’est en 1859, à Titusville, Pennsylvannie,que jaillit le premier puit à vocation indusrielle, destiné à l’éclairage. Le succès est immédiat et la spéculation, la course à la production et au transport sont déjà à l’oeuvre. En 1870, Rockfeller fonde la Standart Oil Company et construit un véritable empire grace à ses méthodes radicales.

Au tournant du siècle, les Etats-Unis assurent les deux tiers de la production, devant la Russie, le Mexique, la Roumanie.En Europe les ressources sont relativement rares et la prospection se fait en direction de nouveaux pays, au Moyen-Orient, en Iran, en Turquie. L’électricité remplace peu à peu les lampes à pétrole mais le moteur à explosion puis le moteur Diesel vont donner de nouveaux débouchés à l’exploitation pétrolière. Les tanks, avions et sous-marins de la guerre de 1914-18 prouvent la supériorité de ces moteurs sur les autres moyens de traction. La consommation va encore augmenter avec l’accélération de l’industrialisation après guerre. Enfin, avec les débuts de la pétrochimie et la diversification des applications, le pétrole devient incontournable.

Au début de la seconde guerre, il fait déjà l’objet de tous les enjeux. Quand ils entrent en guerre, l’Allemagne et le Japon sont défavorisés du point de vue de l’accès aux ressources en pétrole et c’est ce qui détermine la stratégie du Blitzkrieg, cette « guerre-éclaire » destinée à obtenir rapidement la victoire sur des pays producteurs. C’est le succès en France, en Pologne et dans les Balkans mais la défaite de Stalingrad va couper la route des Allemands vers les champs pétrolifères du Caucase.

Les années 50 voient s’intensifier les luttes d’influences dans les nouveaux pays producteurs. Exemple: en 1951, le Dr Mossadegh fait nationaliser l’exploitation des richesses pétrolières dans un Iran jusqu’à présent sous influence Anglaise. Deux ans plus tard, une « révolte populaire » montée par la CIA le destitue et l’emprisonne tandis que le nouveau pouvoir confie l’exploitation et le raffinage de ses ressources à un consortium dans lequel les Américains figurent pour 40%. La crise de Suez en 1956 marque la fin de l’influence Européenne et partout la prépondérance des Etats-Unis.

En Occident, pendant toutes les années 50 et 60, le maintient des prix bas a permis la croissance et des prélèvement fiscaux considérables. Mais le monde industrialisé s’est ainsi rendu totalement dépendant de cette ressource unique et la suite sera moins glorieuse…double crise pétrolière, constitution de l’OPEP, double guerre du golfe…évennements qui feront l’objet d’un article plus détaillé trés prochainement.

En savoir plus:
Le Nigéria et le pétrole
Le site du magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *