Jean Luc Perrier: l’hydrogène solaire

Partagez cet article avec vos amis:

Extrait de l’article « La voiture à hydrogène supplante la voiture électrique » par Luc Augier, Science et Vie, 1979

Jean Luc Perrier, 34 ans, professeur à l’université catholique d’Angers, croit à l’hydrogène mais ses moyens limités ne lui permettent pas de se soucier de rendement.

Cet hydrogène, il a choisi de l’obtenir à partir d’une installation solaire fournissant de la vapeur, laquelle entraîne une turbine qui actionne à son tour un alternateur affecté à l’électrolyse de l’eau.

Pour l’instant, Jean Luc Perrier a matérialisé les deux extrémités de sa chaîne.

  • Un ensemble de 263 miroirs fixés sur une armature métallique de 12 mètres sur 8,60 mètres – pivotant avec le soleil grâce à un système de cellules photoélectriques – focalisant la chaleur sur une chaudière dont ils portent la température à 800°C.

  • La transformation d’un moteur de Simca 1000 (achetée 300 F à la casse et affichant plus de 100 000 kilomètres) fonctionnant soit au propane, soit à l’hydrogène, l’un ou l’autre prélevés sur des bouteilles du commerce.
  • L’adaptation réalisée prouve au moins que la transformation est aisée à l’entrée du carburateur débouchent un tube d’alimentation normal, un tube de débit inférieur pour le fonctionnement au ralenti et un tube de « reprise » dont le débit est modulé par un système à dépression prélevé sur l’habituelle correction à dépression de l’allumage.


    Le tout effectué avec les moyens du bord, avec passion, dans la seule intention de démontrer que « ça peut marcher ».

En savoir plus:
– Discussion sur les forums mini centrale solaire par concentration
Le sommaire du livre de JL Perrier
L’hydrogène solaire: mythes et réalités
– Revue de presse sur la voiture solaire à hydrogène

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

5 commentaires sur “Jean Luc Perrier: l’hydrogène solaire

    1. Ce n’est pas la même chose… 🙂 Tu cites un brevet pour la combustion H2-O2 d’un moteur à combustion interne…qui va certes améliorer la combustion! (c’est déjà bien et honteux pour les constructeurs auto que cela n’ait pas été utilisé…jamais…bref….)

      JL Perrier faisait lui de la génération solaire d’hydrogène à base de thermolyse de l’eau…et il a réussi! Et il en est mort…certainement!

  1. Je suis Estelle Perrier, la fille de Jean- Luc Perrier. Il nous manque à nous tous..
    Bientôt son livre, son oeuvre, sa passion…sera en ligne. Je le lui dois et à vous aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *