Hydrogène solaire: avis technico-économique

Partagez cet article avec vos amis:

Hydrogène solaire: mythe et réalité par Anne Haas.

Anne Haas, titulaire d’un doctorat en sciences naturelles (centre de recherche en architecture solaire EPFZ) a travaillé jusqu’en 1996 dans le domaine de l’accumulation d’énergie pour les énergies renouvelables.

L’hydrogène solaire? Un coup d ‘oeil sur les publications de la scène solaire- nationale et internationale – me fait douter que le sujet soit aujourd’hui véritablement d’actualité. Et malgré tout, à mon ancienne place de travail, nous étions régulièrement confrontées à des demandes comme : «J’aimerais alimenter ma maison en énergie solaire. Est-il possible d’acheter pour cela un système à hydrogène solaire?» Notre réponse était la suivante: en principe oui….

Il existe d’ailleurs bien un secteur de l’hydrogène dont les publications affirment que le «problème énergétique» ne pourrait être résolu de manière définitive qu’avec de l’hydrogène solaire.

La notion d’hydrogène solaire ou d’économie énergétique à base d’hydrogène solaire a fait une apparition très remarquée à l’époque des crises pétrolières lorsque l’on recherchait des solutions permettant de réduire la dépendance des importations de pétrole pour l’alimentation en énergie. Mais bien avant cela, certains pionniers des énergies renouvelables avaient eu l’idée d’employer l’hydrogène en tant que moyen d’accumulation d’énergie, par exemple le pionnier danois dans le domaine de l’énergie éolienne Poul LaCour au tournant du XXieme siècle.

Depuis les années 70, d’innombrables études et projets pilotes ont été réalisés avec pour objectif de démontrer qu’une alimentation énergétique à base d’hydrogène était possible. Il faut d’ailleurs souligner que l’hydrogène est utilisé depuis pas mal de temps dans l’industrie spatiale (pour la propulsion de fusées et la production d’électricité dans les satellites) ainsi que dans le domaine militaire (alimentation électrique de sous-marins).

Les arguments (des promoteurs) de l’hydrogène dans le cadre de l’alimentation future en énergie

Tous les adeptes(1) soulignent que l’utilisation des supports d’énergie fossiles sont très nuisibles à l’environnement et que les réserves sont limitées. Si nous voulons renoncer aux supports énergétiques fossiles, nous devons leur trouver un remplacant.

Les représentants de l’économie énergétique poursuivent: l’hydrogène semble le produit de remplacement idéal. En effet, il est un support énergétique secondaire qui se transporte aisément (ndrl: par rapport aux autres énergie renouvelables). Il peut être fabriqué au moyen de plusieurs processus en utilisant d’autres sources d’énergie et être intégré dans la structure d’alimentation en énergie existante. L’emploi d’hydrogène est très favorable à l’environnement. Les émissions ne sont principalement constitutuées que de vapeur d’eau. Construisons dès lors nos centrales atomiques et solaires dans le désert et produisons-y de I’hydrogène.

Les pionniers dans le domaine des énergies renouvelables ont d’autres priorités. La seule alimentation en énergie raisonnable se base sur des sources renouvelables. Ces dernières sont disponibles localement mais soumises à d’importantes fluctuations quotidiennes et saisonnières. L’hydrogène est idéal pour stocker à long terme les surplus d’énergie. Il faut donc installer un capteur PV sur le toit de la villa et une installation à hydrogène dans la cave pour assurer notre autarcie dans le domaine énergétique.

Ces deux groupes d’intérêt se distinguent par le fait qu’ils s’enthousiasment très rapidement pour des technologies, quelles qu’elles soient. Il faut toutefois se demander si l’hydrogène solaire est nécessaire pour assurer le passage à grande échelle à une alimentation en énergie se basant principalement, voire uniquement sur des sources renouvelables. De quoi une telle structure d’alimentation aurait-elle l’air? Quelles sont les alternatives à l’hydrogène pour résoudre les problèmes qui se posent?

Le point de vue d’une spécialiste en énergie (Observations en marge)

  • Lors de conférences, les experts (masculins) s’intéressent avant tout à ce qui se cache sous le capot de la BMW à hydrogène (qui peut être parfois une Mercedes).
  • «Le gouvernement canadien s’accommode de dégâts écologiques et ethnologiques». Voici la réponse du représentant d’un projet euro-canadien relatif à l’hydrogène, confronté à des questions critiques posées après son exposé: «Cela ne nous regarde pas.»
  • Le fait de se fixer sur l’option hydrogène fait complètement disparaître les alternatives(2) et nourrit avant tout la fantaisie de pouvoir continuer à gaspiller de manière illimitée de l’énergie.
  • L’emploi à grande échelle d’hydrogène, permet aux grandes sociétés actives dans l’alimentation énergétique de maintenir leur pouvoir.
  • Ce concept convient tout aussi bien à une économie basée à la fois sur le nucléaire et l’hydrogène, puisque dans ce cas également, l’on recherche des possibilités de transport et de stockage intermédiaire.
  • Le slogan «Small is beautiful» trouve son origine dans la volonté de se distancer des grands distributeurs d’énergie et de leur politique. Un éclatement en de très petites unités autarciques n’est toutefois souhaitable ni d’un point de vue social, ni d’un point de vue écologique (consommation de matériaux). La discussion portant sur l’hydrogène peut même bloquer la diffusion des énergies renouvelables si l’on tient compte des aspects financiers ou de la disponibilité technique rapide.

C’est avant tout l’ordre dans lequel les mesures sont prises qui est important:

  • Employer l’énergie de manière rationnelle, économiser l’énergie,
  • Introduire l’utilisation des énergies renouvelables (il est possible de raccorder encore un grand nombre d’installations solaires avant de produire des surplus),
  • Evaluer les alternatives qui se présentent à chaque utilisation,
  • L’hydrogène n’est que l’une d’entre elles,
  • Traiter l’hydrogène que comme une option et la développer,
  • Mais mener la discussion portant sur l’alimentation future en énergie sur le plan politique!


(1) J’ai choisi ici le masculin parce que je ne connais pas de publication qui ait été rédigée par des femmes.
(2) Le biogaz satisfait par exemple aux mêmes critères que l’hydrogène.

Source : Source: Sonnen energy, juin 1998

En savoir plus:
Jean Luc Perrier inventeur français de station service solaire à hydrogène
Calculs de synthèse sur les besoins énergétiques de l’humanité (l’hydrogène solaire y est évoqué)

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *