Fukushima au niveau 7 de l’INES: catastrophe industrielle ou prémices de la fin de l’anthropocène?

Partagez cet article avec vos amis:

Il y a tout juste un mois, nous écrivions une première nouvelle sur la catastrophe de Fukushima, en la comparant à Tchernobyl avec un point d’interrogation, lire « Catastrophe nucléaire de Fukushima, l’autre Tchernobyl? le 15/03/2011 à 11h49″. Aujourd’hui ce point d’interrogation n’a plus lieu d’être puisque les autorités japonaises ont classé au niveau INES 7 la catastrophe de Fukushima. 7, c’est le niveau atteint par Tchernobyl. Le plus haut niveau d’un accident nucléaire.

La situation depuis un mois a donc empirée, nous l’avons suivi autant que possible dans le topic dédié à la catastrophe qui compte pas moins de 1000 réponses en un mois! Ceci est un record historique pour nos forums!

Fukushima dévastée
La centrale de Fukushima dévastée, similaire à un bombardement! Source.

Mais avec la guerre en Libye, les mass médias français ont largement évincé la catastrophe nucléaire au « profit » de cette dernière. C’est à ce demander si l’intervention lybienne n’a pas été accélérée par les autorités françaises dans ce but (la France est le pays dont l’électricité est la plus « nucléarisée » au monde)! Mais il faut aussi avouer que, coté japonais, la transparence des informations sur l’évolution de la situation n’est pas au rendez-vous. Lire cet article chronologique du Monde: Fukushima, 1 mois d’erreurs de communication

La situation semble toujours aussi peu contrôlée! Si bien que les hypothèses les plus folles sont envisagées, comme celle, par les USA, de bombarber la centrale pour la « noyer » dans l’océan!! Ne manquant pas de toupet, Areva en a profité pour dévoiler au grand public son projet « Flex Blue » de réacteur nucléaire transportable et…sous-marin! Arguant que l’eau était le meilleur moyen pour réduire les risques de fuite radioactive…et la vie marine?

Les leçons à tirer de la catastrophe

Même si la situation n’est pas encore stabilisée, nous pouvons déjà tirer des leçons de cette catastrophe! On a appris que, par le passé, Tepco avait eu des soucis de maintenance, dissimulé des informations sur la sécurité, fait l’objet de corruptions diverses…Depuis la catastrophe une minimisation de la gravité de la situation semble de mise et surtout il apparait un manque de « bonnes décisions »…on « bricole » en essayant de sauver l’outil industriel au mépris de la sécurité sanitaire!

Alors si le couple « séisme + tsunami » est un grand « pas de chance », le principal responsable de la catastrophe et de son aggravation ne serait-il pas le « capitalisme sauvage »? Celui qui place les profits bien avant la sécurité de l’homme? Suite et développement de cette réflexion dans le topic: les leçons de Fukushima et de la mondialisation énergétique et industrielle.

Néamoins cette catastrophe dont les impacts économiques sont planétaires, comme l’augmentation du prix du pétrole peut aussi être prise comme une opportunité! L’opportunité d’améliorer le « système », de changer nos mentalités, de se passer de cette énergie, de diminuer ses consommations énergétiques…

A l’échelle individuelle, chacun d’entre nous peut, par exemple, faire le choix d’arrêter autant que possible de se chauffer à l’électricité (nucléaire): en changeant son mode de chauffage (et les alternatives durables au chauffage électrique sont variées), en signant un contrat vert ou encore plus simplement en diminuant son thermostat…

Nos recherches durant ce « mois nucléaire », nous ont aussi fait découvrir une interview vidéo de 1961 de Boris Pregel, ingénieur nucléaire, qui voulait placer des centrales nucléaires urbaines en ville. Une interview très instructive avec le recul actuel, à mettre en balance avec, à l’opposé le comportement des décideurs quebecois rejettant la solution du nucléaire.

Vers la fin de l’anthropocène?

Tchernobyl, dont le bilan final a été estimé entre 500 et 1000 milliards de dollars, a contribué à la chute du communisme en URSS. On nous avait affirmé que c’était la catastrophe d’un système économique agonisant que cela ne pouvait jamais arriver à l’Ouest: on nous avait menti…

Et si le capitalisme actuel soit aussi agonisant que le communisme de l’époque? Vu les crises successives récentes du système économique et financier, il est permis de penser que Fukushima contribuera à l’évolution, du « mauvais capitalisme », le capitalisme extrême, celui qui place les profits d’une minorité bien avant le bien être de la majorité…

Evolution, nous l’espérons, vers un capitalisme plus « humain »…peut être plus éconologique…

Il est encore gratuit de rêver et nous ne sommes pas les seuls à le faire puisque le Monde a titré un article la fin de l’anthropocène

Christophe Martz

En savoir plus et rappel des liens:
– Topic de suivi de l’évolution chronologique à Fukushima
Images, cartes et infographies sur Fukushima
Comparatif des morts par type d’énergie
Comprendre l’énergie nucléaire
Les leçons de Fukushima et de la mondialisation
Interview de Boris Pregel
Le non au nucléaire au Quebec
Bilan et coûts de Tchernobyl
Comprendre les crises économiques et financières
Fukushima ou la fin de l’anthropocène

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *