Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementauxHoméopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 374
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 15/02/17, 20:33

janic a écrit :Pour rappel l’Etat impose une non toxicité des produits pharmaceutiques, mais ne maîtrise pas les processus mis en place et ne contrôle aucun des essais cliniques effectués
:arrow: https://www.ligue-cancer.net/article/37 ... -cliniques
http://www.ouest-france.fr/sante/essais ... es-4099595

janic a écrit :Ce type d’expérience ne démontre rien. C’est, encore une fois, comme l’A qui veut contrôler l’H selon SES critères qui sont d’une part inadaptés (reconnu par l’Etat) et d’autre part analysés par des incompétents.
Ce qui compte, encore et toujours, c’est sur le terrain, dans la vraie vie, que se mesurent l’efficacité ou pas de cette méthode, ou d'une autre d'ailleurs.
Dans l'expérience citée, toutes les parties se sont mis d'accord sur le protocole et ni l'une ni l'autre ne l'a contesté:
http://www.zetetique.fr/divers/Experien ... etisme.pdf

janic a écrit :Le disque est encore enrayé et tourne en boucle. Les expériences dites scientifiques en question sont inadaptées aux sujets en question, et donc ne prouvent rien sinon leur incompétence, pas plus que les expériences de marine ne sont adaptées à l’aviation. C’est depuis des millénaires que les sourciers ont démontré leur efficacité sur le terrain et ça dépasse de loin tes expériences « scientifiques » de labos.

La meilleure preuve de la réalité du phénomène serait la prospérité des sourciers. Dans ce cas la prospérité des voyantes ou des astrologues serait une « preuve » de l’efficacité de leurs pratiques ! :shock: :shock:

En l'occurence, les expériences réalisées sont des expériences sur le terrain et pas dans des labos, et les sourciers s'y sont prétés (il y avait même un gain à la clé pour ceux qui réussissaient dans certaines expériences):
http://fr.sci.zetetique.narkive.com/Qjh ... -de-munich
0 x




janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4869
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 36

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 16/02/17, 08:41

janic a écrit :Pour rappel l’Etat impose une non toxicité des produits pharmaceutiques, mais ne maîtrise pas les processus mis en place et ne contrôle aucun des essais cliniques effectués

https://www.ligue-cancer.net/article/37 ... -cliniques
http://www.ouest-france.fr/sante/essais ... es-4099595

Ca ne fait qu’indiquer que l’Etat chapote sur le plan administratif les essais, mais n’y participe pas par ses fonctionnaires. Pour les médicaments (n’importe quelle autorité médicale te le confirmera) c’est l’industrie pharmaceutique qui élabore un produit, qui en détermine le rapport bénéfice /risque, pas l’Etat qui ne fait qu’enregistrer les résultats, sur documents, des essais effectués par les labos, (juge et partie) pas par ses fonctionnaires.
Ce n’est pas gênant en soi quant l’ensemble de l’industrie, et pas seulement du médicament, fonctionne ainsi. Mais là où ça pose problème c’est lorsque l’Etat impose une médication (comme les vaccins) et donc en devient responsable, mais pour autant n’en fait pas le contrôle en refaisant, sous sa seule responsabilité, l’ensemble des essais.[*]
Par exemple en contrôlant l’efficacité des ceintures de sécurité des voitures et leur résistance aux crashs tests.
L’avantage de l’H c’est qu’il n’y a plus de rapport bénéfice/risque puisqu’il n’y a aucun risque recensé, d’où son statut particulier.
janic a écrit :Ce type d’expérience ne démontre rien. C’est, encore une fois, comme l’A qui veut contrôler l’H selon SES critères qui sont d’une part inadaptés (reconnu par l’Etat) et d’autre part analysés par des incompétents.
Ce qui compte, encore et toujours, c’est sur le terrain, dans la vraie vie, que se mesurent l’efficacité ou pas de cette méthode, ou d'une autre d'ailleurs.

Dans l'expérience citée, toutes les parties se sont mis d'accord sur le protocole et ni l'une ni l'autre ne l'a contesté:

http://www.zetetique.fr/divers/Experien ... etisme.pdf
Comme test ridicule, c’est réussit ! C’est comme tester l’efficacité médicale conventionnelle par un seul toubib , les résultats ne seraient guère différents.
Résultats finaux : Essais validés : 98 Nombre d’essais réussis : 55 Nombre d’essais échoués : 43
Le résultat de l’expérience n’est statistiquement pas significatif : c’est un échec.

Ainsi que je disais plus tôt, les échecs de la médecine conventionnelle concernant les cancers sont pires donc : « Le résultat de l’expérience n’est statistiquement pas significatif : c’est un échec. »! On voit où mène ce genre de discours.
janic a écrit :Le disque est encore enrayé et tourne en boucle. Les expériences dites scientifiques en question sont inadaptées aux sujets en question, et donc ne prouvent rien sinon leur incompétence, pas plus que les expériences de marine ne sont adaptées à l’aviation. C’est depuis des millénaires que les sourciers ont démontré leur efficacité sur le terrain et ça dépasse de loin tes expériences « scientifiques » de labos.

La meilleure preuve de la réalité du phénomène serait la prospérité des sourciers. Dans ce cas la prospérité des voyantes ou des astrologues serait une « preuve » de l’efficacité de leurs pratiques !

C’est l’argument bidon type. Les sourciers ne sont, la plupart du temps, pas des professionnels et n’interviennent que sur sollicitation par le bouche à oreille, donc on ne peut parler de prospérité ACTUELLE ce qui n’était pas le cas avant qu’une industrie s’empare du secteur avec un coût élevé.
http://wikiwater.fr/e9-les-methodes-tra ... es-et.html

En l'occurence, les expériences réalisées sont des expériences sur le terrain et pas dans des labos, et les sourciers s'y sont prétés (il y avait même un gain à la clé pour ceux qui réussissaient dans certaines expériences):

http://fr.sci.zetetique.narkive.com/Qjh ... -de-munich
le simple ton de l’article montre le parti pris de son auteur (vu le site en question) Ces genres d’expérimentations auxquelles participent ces « sourciers » (mais lesquels ? Reconnus ou non par la communauté des sourciers ?) est une vaste plaisanterie qui ressemble, à s’y méprendre, aux expérimentations sur l’homéopathie. Si cela dépasse les 50% c’est considéré comme un hasard, une tricherie éventuelle, un échec comme ci-dessus (alors qu’un médicament reçoit son AMM si l’avantage (aussi faible soit-il) dépasse ses inconvénients.) Inconséquence de l’esprit humain ou business tout simplement.

[*]Les vaccins sont insuffisamment évalués
1)La pharmacocinetique
2)Pas d’étude de cancérogénèse, mutagenèse ou génotoxicité
3)Pas d’effet placebo
4) la pharmacovigilance
5)Autres inconvénients pour la santé publique
sante-pollution-prevention/vaccinations-et-sante-pour-ou-contre-t11411-530.html
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4869
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 36

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 16/02/17, 09:50

un exemple de Taux de réussite d'un sourcier (pourcentage et probabilité)

Voilà mes chiffres de l'année (de novembre 2009 à novembre 2010).
14 puits ont été creusés suite à mes prospections.
Malheureusement un d'entre eux a été sec .... (voir mon article sur les veines qui ne coulent plus).

Les résultats :
Nombre de forages (ou creusages) de puits : 14
Nombre de puits avec eau : 13 soit 92 %
Nombre de puits sec (sans eau) : 1 soit 7%
Nombre de puits dont l'eau a été trouvée à la profondeur annoncée à 2 mètres près : 10 soit 71 %
Nombre de puits dont l'eau a été trouvée avec un écart de profondeur compris entre 3 et 5 mètres : 3 soit 23 %

Pour info, profondeur moyenne de l'apparition de l'eau : 12,5 mètres (mini : 5 mètres; maxi 40 mètres)

à comparer avec
Performance et coûts
Les taux de réussite des forages indiqués sont généralement élevés (de 70 à 85 %). On ne connaît pas avec certitude les taux de défaillances postconstruction mais, dans d’autres pays,celui de 30 % est souvent cité. Il se peut que, dans la réalité, il soit souvent supérieur. Les puits secs et les défaillances après construction ont des retombées globales sur les coûts de forage à l’échelle nationale. Un taux de défaillance élevé augmente sensiblement le coût unitaire des puits productifs

https://www.wsp.org/sites/wsp.org/files ... enchAF.pdf

la différence sensible tient au fait que les sourciers détectent surtout à faible profondeur contrairement aux techniques modernes qui détectent à grande profondeur.
Fin du hors sujet.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 374
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 16/02/17, 21:00

janic a écrit :Ca ne fait qu’indiquer que l’Etat chapote sur le plan administratif les essais, mais n’y participe pas par ses fonctionnaires. Pour les médicaments (n’importe quelle autorité médicale te le confirmera) c’est l’industrie pharmaceutique qui élabore un produit, qui en détermine le rapport bénéfice /risque, pas l’Etat qui ne fait qu’enregistrer les résultats, sur documents, des essais effectués par les labos, (juge et partie) pas par ses fonctionnaires.
Ce n'est pas décrit comme ça dans les liens que j'ai posté.

janic a écrit :L’avantage de l’H c’est qu’il n’y a plus de rapport bénéfice/risque puisqu’il n’y a aucun risque recensé, d’où son statut particulier.
http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2017 ... -belladone

janic a écrit :Résultats finaux : Essais validés : 98 Nombre d’essais réussis : 55 Nombre d’essais échoués : 43
Le résultat de l’expérience n’est statistiquement pas significatif : c’est un échec.
Ça veut dire que sur un test à 2 solutions possibles, il se trompe presque 1 coup sur 2 (1 chance 2, n'importe qui aurait fait pareil).

janic a écrit :
En l'occurence, les expériences réalisées sont des expériences sur le terrain et pas dans des labos, et les sourciers s'y sont prétés (il y avait même un gain à la clé pour ceux qui réussissaient dans certaines expériences):
Ces genres d’expérimentations auxquelles participent ces « sourciers » (mais lesquels ? Reconnus ou non par la communauté des sourciers ?) est une vaste plaisanterie qui ressemble, à s’y méprendre, aux expérimentations sur l’homéopathie.
Pourtant la mesure du résultat, dans ce domaine, est factuelle/objective et les expériences contrôlées sont nombreuses.
Et, par exemple, dans l'expérience de Munich, "Les organisateurs croyaient en l'authenticité des capacités des sourciers, et ils ont tout mis en œuvre pour le prouver"
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sourcier

janic a écrit :Voilà mes chiffres de l'année (de novembre 2009 à novembre 2010).
14 puits ont été creusés suite à mes prospections.
Malheureusement un d'entre eux a été sec .... (voir mon article sur les veines qui ne coulent plus).
Les résultats :
Nombre de forages (ou creusages) de puits : 14
Nombre de puits avec eau : 13 soit 92 %
Nombre de puits sec (sans eau) : 1 soit 7%
Nombre de puits dont l'eau a été trouvée à la profondeur annoncée à 2 mètres près : 10 soit 71 %
Nombre de puits dont l'eau a été trouvée avec un écart de profondeur compris entre 3 et 5 mètres : 3 soit 23 %
Pour info, profondeur moyenne de l'apparition de l'eau : 12,5 mètres (mini : 5 mètres; maxi 40 mètres)
Pourquoi cette expérience non sourcée (qui n'est en fait qu'un témoignage) aurait plus de crédit que les expériences citées ci-haut?
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4869
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 36

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 17/02/17, 09:31

janic a écrit :Ca ne fait qu’indiquer que l’Etat chapote sur le plan administratif les essais, mais n’y participe pas par ses fonctionnaires. Pour les médicaments (n’importe quelle autorité médicale te le confirmera) c’est l’industrie pharmaceutique qui élabore un produit, qui en détermine le rapport bénéfice /risque, pas l’Etat qui ne fait qu’enregistrer les résultats, sur documents, des essais effectués par les labos, (juge et partie) pas par ses fonctionnaires.

Ce n'est pas décrit comme ça dans les liens que j'ai posté.

Ce ne sont pas tes liens qui comptent, mais les lois d’Etat, donc des liens officiels que j’ai indiqués bien plus tôt
janic a écrit :L’avantage de l’H c’est qu’il n’y a plus de rapport bénéfice/risque puisqu’il n’y a aucun risque recensé, d’où son statut particulier.

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2017 ... -belladone

Encore un article qui souligne l’ignorance de leurs rédacteurs et qui a déjà été vu. Un médicament homéopathique ne contient QUE et UNIQUEMENT QUE des produits dilués hors de toute toxicité. Cet article que tu cites ne concerne pas un produit homéopathique, mais un produit qui contient des produits homéopathiques, ce qui est fondamentalement différent. D’où la demande, justifiée (dans son fond pas dans la forme du FTC) que l’étiquetage par la FDA soit plus précis et évite ce genre de confusion et donc d’accident.
janic a écrit :Résultats finaux : Essais validés : 98 Nombre d’essais réussis : 55 Nombre d’essais échoués : 43

Le résultat de l’expérience n’est statistiquement pas significatif : c’est un échec.
Ça veut dire que sur un test à 2 solutions possibles, il se trompe presque 1 coup sur 2 (1 chance 2, n'importe qui aurait fait pareil).

Exactement comme le traitement du cancer qui a le même taux d’échec en « se trompant de thérapie » 1 fois sur deux.
janic a écrit :En l'occurence, les expériences réalisées sont des expériences sur le terrain et pas dans des labos, et les sourciers s'y sont prétés (il y avait même un gain à la clé pour ceux qui réussissaient dans certaines expériences):

Ces genres d’expérimentations auxquelles participent ces « sourciers » (mais lesquels ? Reconnus ou non par la communauté des sourciers ?) est une vaste plaisanterie qui ressemble, à s’y méprendre, aux expérimentations sur l’homéopathie.

Pourtant la mesure du résultat, dans ce domaine, est factuelle/objective et les expériences contrôlées sont nombreuses
Et, par exemple, dans l'expérience de Munich, "Les organisateurs croyaient en l'authenticité des capacités des sourciers, et ils ont tout mis en œuvre pour le prouver".

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sourcier

Chatouilles-moi pour que je rigole. Il ne s’agit pas de savoir si les organisateurs croient ou pas que. C’est comme si tu citais des allopathes (non utilisateurs et prescripteurs d’H) « croyant en l'authenticité des capacités de l’H et ils ont tout mis en œuvre pour le prouver »(sic) et découvrant que cela ne fonctionne pas. Ce point à largement été vu dans les pages précédentes.
Pourquoi cette expérience non sourcée (qui n'est en fait qu'un témoignage) aurait plus de crédit que les expériences citées ci-haut?

Ni plus, ni moins ! C'est juste une comparaison de résultats!
Mais les utilisateurs de sourciers ne s’appuient pas sur des expériences bidon du genre Munich, mais sur le bouche à oreille.
Donc d’un coté des organisateurs qui ne connaissent pas le sujet et ses modes et de l’autre un praticien (parmi tous les autres) qui obtient des résultats non comparables à tes sources. La question est : qui l’utilisateur possible va-t-il croire et va donc vérifier sur place ? :?:
Comme pour l’H d’ailleurs !
Enfin et surtout: nous sommes en France, pas aux USA et la loi exige une dilution minimale de 1/10.000 évitant ainsi tout risque d'intoxication et d'accidents.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest


pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 374
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 17/02/17, 16:17

janic a écrit : D’où la demande, justifiée (dans son fond pas dans la forme du FTC) que l’étiquetage par la FDA soit plus précis et évite ce genre de confusion et donc d’accident.
L'étiquetage de ce médicament homéopathique était conforme, il n'y avait pas de confusion, juste un vice de fabrication par manque de contrôle: Le problème venait de la "quantité variable de belladone, une substance toxique, dans certains comprimés de dentition homéopathiques, dépassant parfois de loin la quantité indiquée sur l'étiquette."
http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2017 ... -belladone

janic a écrit :Exactement comme le traitement du cancer qui a le même taux d’échec en « se trompant de thérapie » 1 fois sur deux.
Sans rapport.

Chatouilles-moi pour que je rigole. Il ne s’agit pas de savoir si les organisateurs croient ou pas que.
Ca peut éventuellement couper court à tout argument classique du genre conflit d'intérêt / parti pris.

janic a écrit :
Pourquoi cette expérience non sourcée (qui n'est en fait qu'un témoignage) aurait plus de crédit que les expériences citées ci-haut?
Ni plus, ni moins ! C'est juste une comparaison de résultats!
Toi qui parles souvent de "juge et partie", dans l'exemple que tu cites, comment sont validés les résultats et par qui?

janic a écrit :Mais les utilisateurs de sourciers ne s’appuient pas sur des expériences bidon du genre Munich, mais sur le bouche à oreille.
Les utilisateurs de "voyance" ne s’appuient pas non plus sur des expériences scientifiques, mais sur le bouche à oreille...
Le "bouche à oreille" serait une preuve plus fiable que des expériences méthodiques reproductibles et contrôlées?

janic a écrit :Donc d’un coté des organisateurs qui ne connaissent pas le sujet et ses modes et de l’autre un praticien (parmi tous les autres) qui obtient des résultats non comparables à tes sources.
Ca c'est ton interprétation.
En fait, on a d'un coté des organisateurs, qui croyant en l'authenticité des capacités des sourciers (rien ne dit qu'ils ne connaissaient pas le sujet), ont tout mis en œuvre pour le prouver en faisant appel à de vrais sourciers dans des expériences contrôlées. Et de l'autre, le témoignage non contrôlé d'un sourcier qui avance seul ses résultats.

janic a écrit :La question est : qui l’utilisateur possible va-t-il croire et va donc vérifier sur place ? :?:
Comme pour l’H d’ailleurs !
Ca dépend de la crédulité de la personne et de son niveau d'information.
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4869
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 36

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 17/02/17, 18:53

janic a écrit : D’où la demande, justifiée (dans son fond pas dans la forme du FTC) que l’étiquetage par la FDA soit plus précis et évite ce genre de confusion et donc d’accident.

L'étiquetage de ce médicament homéopathique était conforme, il n'y avait pas de confusion, juste un vice de fabrication par manque de contrôle: Le problème venait de la "quantité variable de belladone, une substance toxique, dans certains comprimés de dentition homéopathiques, dépassant parfois de loin la quantité indiquée sur l'étiquette."

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2017 ... -belladone
Si c’est le cas, ça tient à la responsabilité du fabricant n’ayant pas suffisamment contrôlé ses produits et cela ressort de la justice américaine et non de la remise ne question de l’H elle-même. [*]Ce genre de bavure existe aussi chez nous en matière de médicaments A.

janic a écrit :Exactement comme le traitement du cancer qui a le même taux d’échec en « se trompant de thérapie » 1 fois sur deux.
Sans rapport.
Chatouilles-moi pour que je rigole. Il ne s’agit pas de savoir si les organisateurs croient ou pas que.

Ca peut éventuellement couper court à tout argument classique du genre conflit d'intérêt / parti pris.

Rien du tout ! tu indiques un jugement de valeur sur la validité d’un taux pourtant supérieur à 50%, je ne fais que souligner, par ce parallélisme, que cela existe dans d’autres secteurs « statistiques » comme pour le cancer…entre autres.
Une oncologue interviewée à la télé indique que les cancers vont progresser de 70% dans les années qui viennent et que les réussites se situent entre 40/60 % selon l’avancement des tumeurs.
janic a écrit :
Pourquoi cette expérience non sourcée (qui n'est en fait qu'un témoignage) aurait plus de crédit que les expériences citées ci-haut?

Ni plus, ni moins ! C'est juste une comparaison de résultats!

Toi qui parles souvent de "juge et partie", dans l'exemple que tu cites, comment sont validés les résultats et par qui?

Par les clients eux-mêmes ! Si le sourcier a effectivement trouvé une source à un endroit précis et non au hasard, c’est le bouche à oreille qui va créditer ce sourcier, auprès de futurs clients, selon son taux de réussite au cours de sa carrière dans ce domaine. Et c’est valable pour tous les bons sourciers car une mauvaise réputation est plus rapide à faire qu’une bonne réputation..
Le "bouche à oreille" serait une preuve plus fiable que des expériences méthodiques reproductibles et contrôlées?

Pas plus fiable, mais plus réaliste de ce qui se passe dans la vraie vie.
janic a écrit :Donc d’un coté des organisateurs qui ne connaissent pas le sujet et ses modes et de l’autre un praticien (parmi tous les autres) qui obtient des résultats non comparables à tes sources.
Ca c'est ton interprétation.

Comme chacun peut le faire, c’est une question de sensibilité personnelle valable pour tous.
En fait, on a d'un coté des organisateurs, qui croyant en l'authenticité des capacités des sourciers (rien ne dit qu'ils ne connaissaient pas le sujet), ont tout mis en œuvre pour le prouver en faisant appel à de vrais sourciers dans des expériences contrôlées.

Le fait même de ce genre d’expérience montre que le sujet leur est inconnu. C’est exactement le cas des expériences faite par l’A concernant l’H. : C’est complètement à coté de la plaque. Renseignes-toi plutôt auprès des professionnels concernés !
Et de l'autre, le témoignage non contrôlé d'un sourcier qui avance seul ses résultats.

Si tu lisais attentivement, j’ai écrit « entre autres » ceux-ci pouvant t’être indiqués par leurs associations ou syndicat
http://www.snradiesthesistes.fr/ (voir les listes sur internet)
janic a écrit :La question est : qui l’utilisateur possible va-t-il croire et va donc vérifier sur place ?
Comme pour l’H d’ailleurs !

Ca dépend de la crédulité de la personne

Tout à fait encore ! Nous en sommes tous là, chacun croit ce qu’il veut surtout quand l’information vient de personnes crédibles à leurs yeux et confirmée par l’expérience, le vécu dans la vraie vie.
et de son niveau d'information.

Tout dépend du type d’information.
Par exemple entre celle des journaleux sur la considération que peut avoir la FTC américaine sur le sujet et celle de l’Inde par exemple : Qui a le plus ou le moins raison et donc qui croire ?
Le développement de l’intérêt pour l’H par les populations montre de quel coté la balance penche.

[*]je ne me souviens pas avoir lu la dilution minimale imposée, comme en France, pour l'Amérique!!!
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 374
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 19/02/17, 20:05

janic a écrit :Si c’est le cas, ça tient à la responsabilité du fabricant n’ayant pas suffisamment contrôlé ses produits et cela ressort de la justice américaine et non de la remise ne question de l’H elle-même. [*]Ce genre de bavure existe aussi chez nous en matière de médicaments A.
Tout à fait ce genre de bavure ne remet pas en question tout un système.

janic a écrit :Rien du tout ! tu indiques un jugement de valeur sur la validité d’un taux pourtant supérieur à 50%,
Exemple: Si je t'affirmes que je peux détecter avec un pendule un caillou caché aléatoirement dans le creux d'une de tes 2 mains mais qu'en faisant l'expérience 100 fois, je me trompe environ une fois sur deux (50% de réussite et d'echec sur un test à 2 possibilités :wink: ). Pour savoir si j'ai réellement un don, tu vas te baser sur mon affirmation initiale ou sur le résultat de l'expérience?

janic a écrit :
Le "bouche à oreille" serait une preuve plus fiable que des expériences méthodiques reproductibles et contrôlées?

Pas plus fiable, mais plus réaliste de ce qui se passe dans la vraie vie.
Mais bien sûr....

janic a écrit :Le fait même de ce genre d’expérience montre que le sujet leur est inconnu. C’est exactement le cas des expériences faite par l’A concernant l’H. : C’est complètement à coté de la plaque.
Pourtant c'est un phénomène facilement vérifiable et mesurable.

janic a écrit :Renseignes-toi plutôt auprès des professionnels concernés !
De même que je me tournerai vers les seuls "voyants" pour savoir si la "voyance" fonctionne réellement. :? :?

janic a écrit : Par exemple entre celle des journaleux sur la considération que peut avoir la FTC américaine sur le sujet et celle de l’Inde par exemple : Qui a le plus ou le moins raison et donc qui croire ?
Le développement de l’intérêt pour l’H par les populations montre de quel coté la balance penche.
La popularité d'une pratique en serait une preuve scientifique?
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4869
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 36

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 20/02/17, 09:52

janic a écrit :Si c’est le cas, ça tient à la responsabilité du fabricant n’ayant pas suffisamment contrôlé ses produits et cela ressort de la justice américaine et non de la remise ne question de l’H elle-même. [*]Ce genre de bavure existe aussi chez nous en matière de médicaments A.
Tout à fait ce genre de bavure ne remet pas en question tout un système.

Nous sommes bien d’accord sur ce point…au moins ! Donc ça ne remet pas en cause l’H.
janic a écrit :Rien du tout ! tu indiques un jugement de valeur sur la validité d’un taux pourtant supérieur à 50%,

Exemple: Si je t'affirmes que je peux détecter avec un pendule un caillou caché aléatoirement dans le creux d'une de tes 2 mains mais qu'en faisant l'expérience 100 fois, je me trompe environ une fois sur deux (50% de réussite et d'echec sur un test à 2 possibilités ). Pour savoir si j'ai réellement un don, tu vas te baser sur mon affirmation initiale ou sur le résultat de l'expérience?

Ce qui souligne, une fois de plus que tu parles d’un sujet que tu ignores complètement car tu ne retiens qu’un un taux de réussite moyen plutôt qu’un taux de réussite élevé. Mais c’est ton droit ! mais dans une même expérience, si cela donne 72 % de résultats positifs c’est l’expérience répétée sur un grand nombre qui aura valeur finale. D’où mon conseil de contacter les organisations représentatives du sujet, plus à même de te répondre…sauf si tu préfères ne rien savoir !
janic a écrit :
Le "bouche à oreille" serait une preuve plus fiable que des expériences méthodiques reproductibles et contrôlées?

Pas plus fiable, mais plus réaliste de ce qui se passe dans la vraie vie.

Mais bien sûr....

Evidemment. Si des dizaines de milliers de médecins et des millions de malades y ont recours, c’est que c’est bien la seconde option qui a valeur à leurs yeux.
janic a écrit :Le fait même de ce genre d’expérience montre que le sujet leur est inconnu. C’est exactement le cas des expériences faite par l’A concernant l’H. : C’est complètement à coté de la plaque.

Pourtant c'est un phénomène facilement vérifiable et mesurable.

Effectivement, sur le plus grand nombre possible, dans la vraie vie, par des personnes compétentes.
janic a écrit :Renseignes-toi plutôt auprès des professionnels concernés !

De même que je me tournerai vers les seuls "voyants" pour savoir si la "voyance" fonctionne réellement.

Difficile de faire autrement ! Si tu veux des renseignements sur le fonctionnement sur ta voiture, tu iras voir un garagiste (pas un plombier) qui pourra détecter une panne ultérieure, ou ne pas y arriver, et un autre y parviendra parce qu’il a plus d’expérience, de connaissance, que le premier, c’est valable pour tous les secteurs où l’humain est concerné. Maintenant si la personne que tu auras contacté t'informe sur quelque chose que personne d'autre que toi ne peut connaitre, ce sera à toi de décider d'y croire ou pas; mais après, pas avant selon un a priori culturel.
C'est valable pour toutes choses, on a cette liberté de choix, de croyance et de pratique, quels que soient les points de vue des autres.
janic a écrit : Par exemple entre celle des journaleux sur la considération que peut avoir la FTC américaine sur le sujet et celle de l’Inde par exemple : Qui a le plus ou le moins raison et donc qui croire ?

Le développement de l’intérêt pour l’H par les populations montre de quel coté la balance penche.

La popularité d'une pratique en serait une preuve scientifique?

C’est vraiment obsessionnel ! Il t’a été dit et redis et répété que le grand public ne tient pas compte de preuves (supposées scientifiques) alors même que les scientifiques en question, n’ont pas réussi à régler leur problème de santé. C’est donc leur satisfaction d’aller mieux avec les médecines non conventionnelles qui détermine leur choix final et non des discours de comptoir « expérience source unique de vérité »
L’expérience scientifique indienne sur (les cancers) montre d'ailleurs que la science n’est pas incompatible avec l’H puisqu’elle obtient des résultats là où l’allopathie est tenue en échec.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 374
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 20/02/17, 21:41

janic a écrit :
Exemple: Si je t'affirmes que je peux détecter avec un pendule un caillou caché aléatoirement dans le creux d'une de tes 2 mains mais qu'en faisant l'expérience 100 fois, je me trompe environ une fois sur deux (50% de réussite et d'echec sur un test à 2 possibilités ). Pour savoir si j'ai réellement un don, tu vas te baser sur mon affirmation initiale ou sur le résultat de l'expérience?

Ce qui souligne, une fois de plus que tu parles d’un sujet que tu ignores complètement car tu ne retiens qu’un un taux de réussite moyen plutôt qu’un taux de réussite élevé.
C'est un exemple. Avec 3 mains et 2 cailloux, si le taux de réussite ne dépasse pas significativement les 66,66% ça revient au même: Dans ces expériences, si le taux de réussite ne dépasse pas le hasard, le don n'est pas prouvé.
Si un sourcier ou un magnétiseur peut ressentir son action et/ou affirmes qu'il a un don, il est facile de mettre en place une expérience méthodique et contrôlée pour le prouver en éliminant tous les biais d'interprétation (hasard, trucage, etc...)

janic a écrit :
Pourtant c'est un phénomène facilement vérifiable et mesurable.
Effectivement, sur le plus grand nombre possible, dans la vraie vie, par des personnes compétentes.
Les expériences réalisées en sourcellerie sont simples à mettre en oeuvre et à reproduire: Aucun sourcier testé jusqu'alors n'a pu démontrer un quelconque don.

janic a écrit :
La popularité d'une pratique en serait une preuve scientifique?
C’est vraiment obsessionnel ! Il t’a été dit et redis et répété que le grand public ne tient pas compte de preuves (supposées scientifiques) alors même que les scientifiques en question, n’ont pas réussi à régler leur problème de santé.
Ce n'est pas parce que la science n'a pas réponse à tout que d'autre l'ont.
0 x
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité