Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementauxHoméopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4711
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 30

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 10/01/17, 09:24

http://www.ijrh.org/article.asp?issn=09 ... t=Barvalia

En gros, un groupe de 60 cas d'enfants autistes a été observé pendant 6 mois avant le début du traitement homéopathique en question: 52 ont vu leurs scores chuter, 5 n'ont pas bougé, 3 se sont améliorés.

Le même groupe après traitement Homéopathique selon les règles de l'art: 88,34% des cas se sont améliorés.

La moyenne d'amélioration des traits autistiques a été de 19,03% avec comme meilleure performance 44% de progrès, 16 cas se situant dans les 30% d'amélioration. Le suivi trimestriel pendant un an a révélé une amélioration continue dans le temps.
Et évalués selon l'échelle d'évaluation de l'autisme infantile (CARS), 60% des enfants du groupe traité par homéopathie sont carrément sortis de la zone "Autiste" après!

Source de soutien: Département de AYUSH (Département de l' Ayurveda, le yoga et la naturopathie, Unani, Siddha et Homéopathie), Ministère de la Santé et de la Famille, Gouvernement de l' Inde , Conflit d'intérêts: Aucun
0 x




« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 369
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 10/01/17, 18:18

janic a écrit :http://www.ijrh.org/article.asp?issn=09 ... t=Barvalia

En gros, un groupe de 60 cas d'enfants autistes a été observé pendant 6 mois avant le début du traitement homéopathique en question: 52 ont vu leurs scores chuter, 5 n'ont pas bougé, 3 se sont améliorés.

Le même groupe après traitement Homéopathique selon les règles de l'art: 88,34% des cas se sont améliorés.

La moyenne d'amélioration des traits autistiques a été de 19,03% avec comme meilleure performance 44% de progrès, 16 cas se situant dans les 30% d'amélioration. Le suivi trimestriel pendant un an a révélé une amélioration continue dans le temps.
Et évalués selon l'échelle d'évaluation de l'autisme infantile (CARS), 60% des enfants du groupe traité par homéopathie sont carrément sortis de la zone "Autiste" après!

Source de soutien: Département de AYUSH (Département de l' Ayurveda, le yoga et la naturopathie, Unani, Siddha et Homéopathie), Ministère de la Santé et de la Famille, Gouvernement de l' Inde , Conflit d'intérêts: Aucun

Joli copier/coller d'un autre forum :D
http://planete-homeo.org/formation/foru ... t3746.html

Ne pas oublier la conclusion finale:
"However, more extensive multicenter double-blind study with diverse population will be extremely helpful."
http://www.ijrh.org/article.asp?issn=09 ... t=Barvalia
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4711
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 30

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 10/01/17, 18:51

Joli copier/coller d'un autre forum
http://planete-homeo.org/formation/foru ... t3746.html

C’est tout à fait vrai. :cheesy: Ce qui importe c’est de savoir si cette étude (résumée par ces chiffres) donne les résultats indiqués. Et ce n’est pas sur Big pharma qu’il faut compter pour ce faire étant donné son négationnisme et ses études bidons.

Ne pas oublier la conclusion finale:
"However, more extensive multicenter double-blind study with diverse population will be extremely helpful."
http://www.ijrh.org/article.asp?issn=09 ... t=Barvalia

« Cependant, une étude plus approfondie multicentrique à double insu avec une population diversifiée sera extrêmement utile. »

Exactement ! Ce serait de l’orgueil que de croire qu’une étude suffise, quelle que fut son importance et c’est donc un souhait que ce genre d’étude soit faite ailleurs. Ainsi certaines pathologies sont plus spécifiques dans une région (climat, nourriture, soins, pollution, vaccins[*], etc…) qu’ailleurs. L’intérêt de celle-ci tient au fait d’un soutien du ministère de la santé et du gouvernement, ce qui doit être une première.
L’autre aspect, qui différencie ce pays des USA, par exemple, c’est que son industrie du médicament est uniquement tournée vers les génériques (donc à bas coût), contrairement aux USA qui ont un maxi de médocs sous brevets et donc aux prix élevés et aux bénéfices importants pour big pharma. Le Pr Even, dans son ouvrage sur les 4.000 médocs soulève cet aspect important.
[*] travail de Wakefield sur l'autisme et le vaccin ROR
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 369
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 10/01/17, 20:16

janic a écrit :Et ce n’est pas sur Big pharma qu’il faut compter pour ce faire étant donné son négationnisme et ses études bidons.
1/ L'homéopathie fait partie de big-pharma.
2/ Quelles sont les études bidons?

janic a écrit :L’intérêt de celle-ci tient au fait d’un soutien du ministère de la santé et du gouvernement, ce qui doit être une première.
Le soutien d'un gouvernement n'a rien d’exceptionnel:
"NHMRC Statement on Homeopathy and NHMRC Information Paper - Evidence on the effectiveness of homeopathy for treating health conditions"
https://www.nhmrc.gov.au/guidelines-publications/cam02

janic a écrit :L’autre aspect, qui différencie ce pays des USA, par exemple, c’est que son industrie du médicament est uniquement tournée vers les génériques (donc à bas coût), contrairement aux USA qui ont un maxi de médocs sous brevets et donc aux prix élevés et aux bénéfices importants pour big pharma.
Tu te bases toujours sur des apriori sans source.
Premièrement, le modèle indien est largement contestable:
http://www.lemonde.fr/sciences/article/ ... 50684.html

Deuxièmement, les USA sont parmi les meilleurs élèves des pays devellopés en terme d'utilisation des génériques.
http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/pla ... rs2015.pdf
Capture.JPG
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4711
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 30

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 18/01/17, 10:20

janic a écrit :Ou les tiennes avec les miennes : va savoir sinon en reprenant tout depuis le début !

???
Réponse du berger à la bergère!
Donc depuis le début des débats sur l’homéopathie dont tu occupes une grande partie
janic a écrit :Ce n’est pourtant pas si difficile que ça de relire les sources citées.

Je te demandais: quel lien en particulier?

Tous ceux indiqués, je ne vais pas faire le boulot à ta place ! Le mien consiste (dans ce débat)à montrer les aspects positifs de l'H , toi de tenter de les démolir par d'autres articles venant de sources incompétentes sur ce sujet.
Pas dans les mêmes proportions.

si de 10 à 90% quelle que soit la thérapie concernée.

L'effet placebo varie en fonction de plein de facteur:

"Environ 35% des sujets sont sensibles à cet effet placebo. L'effet placebo a été observé à tous les âges de la vie, même chez les nourrissons. On ne note pas de différence sensible selon les sexes. Plus étonnant encore : on a observé l'effet placebo en médecine vétérinaire chez les animaux domestiques. Il s'agit sans doute d'une conséquence du conditionnement. L'efficacité du placebo dépend de la nature du patient et de sa maladie, ainsi que du rapport avec son médecin. Les effets placebo les plus notables sont relevés dans les conditions suivantes :
-troubles psychiques et nerveux (insomnies, anxiété, dépression) ;
-douleurs diffuses ou douleurs prémenstruelles ;
-rhumes, tuberculose ;
-allergies, asthme ;
-troubles gastro-intestinaux.
Conditions et conséquences de l'effet placebo:
Plusieurs facteurs font varier l'intensité de l'effet-placebo.
-Médicament et mode d'administration (taille, forme, couleur, goût, fréquence, présentation et conditionnement...) : on a montré qu'une pilule bleue et une pilule rouge n'ont pas le même effet, par exemple.
-Implication du médecin : l'effet placebo est d'autant plus prononcé que le praticien est engagé avec le malade, qu'il a bonne réputation, qu'il inspire confiance et se montre attentionné.
-État d'esprit du malade : il joue bien sûr un rôle important selon la nature de son attente, son degré de confiance voire de crédulité, son conformisme (effet d'autorité de la « blouse blanche »), sa volonté ou son espoir de guérir.
-Nature de la maladie : plus la vie psychique (le cerveau et le système nerveux) a de l'importance comme facteur de risque et de déclenchement du trouble, plus l'effet placebo sera prononcé."
http://sante-medecine.journaldesfemmes. ... conviction

C’est vers le topic qui fait mention de ce chiffre de 10 à 90% qu’il fallait chercher.
Mais même en se limitant au chiffre indiqué (on ne va pas chipoter) il en reste 65% non sensibles quelque soit la thérapie utilisée. Or la littérature anti H. fait comme si les 35% ne concernait que les médecines non conventionnelles et particulièrement l’H. Ce qui n’est guère scientifique !
janic a écrit :Tu lis trop vite tout simplement ou bien encore tu n’as pas tout lu !

Possible mais alors même que tu fais d'interminables posts et citations, il est quand même bizarre que tu ne cites pas toi-même simplement les preuves de ce que tu affirmes quand je te le demandes.

Tu ne demandes que ce qui pourrait soutenir ton discours sur" les preuves scientifiques" inexistantes. Ces pages en font témoignage même si tu ne t’en rend pas compte.
Je cite des articles qui font preuves et, bizarrement, tu n'en fast pas mention ensuite et tu t'arrêtes à des broutilles comme des points de vue personnels alors que ce sont ces études scientifiques que tu réclames que tu devrais approfondir.
janic a écrit :Pour l’aspect scientifique la législation a tranché le problème.

la législation ne fait pas les lois de la science et dans le cas de l'homéopathie, 200 ans après son invention, il n'y a toujours pas de fondement scientifique valide ni de preuve de l'efficacité (cf les méta-analyses des plusieurs centaines d'essais cliniques réalisés ex:
http://www.sciencesetavenir.fr/sante/l- ... ucre_28730)
Et le disque rayé se remet en route !
1) ce sont des méta-analyses sur des critères de l'A., DONC SANS VALEURS en ce qui concerne l'H
2)Le rôle de l’Etat (bis repetita et re-bis repetita) n’est pas scientifique mais social et il rend ses lois en fonction de ce dernier critère (avec consultations de scientifiques en opposition d’avis dans des commissions)
3)Ensuite la notion de scientifique est toute relative aux critères retenus et comme ceux de l’A et de l’H ne sont pas les mêmes (pas plus que la physique newtonienne par rapport avec la physique quantique) ça donne un dialogue de sourds dont le grand public se moque comme nombre de médecins d’ailleurs.
janic a écrit :a)Lorsque j'indique des torchons de papier je donne mon avis, qui n’a de valeur que l’opinion donnée par chacun

Ok donc l'argument "torchon de papier" n'a pas vocation à réfuter un article.

Evidemment ! Mais la réfutation ne peut pas venir de moi, mais des spécialistes en H. ou en A. pour leurs parties de compétences respectives. Or l’A veut se mêler de donner un avis dans un domaine qui n’est pas le sien et qui est repris par des journaleux en mal d’articles à sensation qui font vendre leur littérature. D’où l’expression torchon de papier pour l’incompétence du journaliste qui ne reprend que les points de vues de big pharma par « spécialistes incompétents » interposés sur le sujet.
janic a écrit :c)témoignages personnels : ça va de soi. La multiplication de ceux-ci parmi la population explique l’intérêt croissant par les thérapies non conventionnelles.

Un intérêt croissant n'est pas une preuve scientifique.

La preuve scientifique de l’A. uniquement, donc partiale. Et, bis répétita, le grand public est pour sa majorité ignorant de ce que tu désignes comme scientifique, il sait à peine, voire pas du tout, ce que signifient essais randomisés, phases d’essais cliniques et AMM. Ce qu’il voit c’est que ça fonctionne ou pas, toutes thérapies confondues, et l’argument que tu utilises n’a quasiment aucun poids, ni pour ce public, ni pour les scientifiques et médecins qui le pratiquent.
Donc inutile de le répéter comme un mantra quasi religieux !
janic a écrit :f) pour le transfert l’article déviait du sujet d’où la création d’un nouveau plus spécifique et de la partie s’y référant.

Ma dernière réponse sur l'autre topic que tu as repris sur celui-ci ne déviait absolument pas du sujet et n'a d'ailleurs pas de lien/référence avec l'article que tu cites dans ce topic. Intérêt?

L’intérêt est de montrer que d’un pays à l’autre, l’attitude vis-à-vis des modes médicaux, les opinions, diffèrent et que l’Amérique (plutôt le FTC) n’a pas de valeur sur le plan mondial et que d’autres pays comme l’Inde ont une approche différente avec des résultats en faveur de cette H. et dont acte :

http://initiativecitoyenne.be/article-l ... 54750.html
L'HOMEOPATHIE CONTRE LE CANCER

Vous n'en entendrez pas parler dans les journaux mais le fait est qu'en Inde, l'homéopathie soigne des milliers de cas de cancer.

Et en effet, même si les grands médias maintiennent un silence assourdissant à ce sujet, des études financées par le gouvernement américain montrent que l’homéopathie pourrait être notre meilleure défense contre le cancer. D’après des essais cliniques, plusieurs remèdes homéopathiques sont aussi efficaces qu’une chimiothérapie et des milliers de cas de cancer sont soignés grâce au recours exclusif de l’homéopathie.(voir ci-dessous)

Le succès extraordinaire des remèdes homéopathiques (qui sont dilués des centaines de fois) contre la plus redoutable des maladies est, en particulier, démontré chaque jour dans plusieurs cliniques homéopathiques de Calcutta en Inde.

Dans un rapport sur le travail de la Prasanta Banerji Homeopathic Research Foundation, 21 888 patients atteints d’une tumeur maligne ont été traités uniquement par homéopathie, sans chimiothérapie ni radiothérapie, entre 1990 et 2005.

D’après les comptes rendus cliniques, on a constaté une régression complète de la tumeur dans 19 % des cas (4 158 patients) et une stabilisation ou une amélioration dans 21 % des cas (4 596 patients). Ceux dont la tumeur n’évoluait pas ont été suivis ensuite pendant deux à dix ans afin de surveiller l’amélioration (1).

Cela tend à montrer que l’homéopathie est capable à elle seule de guérir ou, du moins, de stabiliser 40 % de tous les cancers, un taux de réussite qui équivaut aux meilleurs résultats obtenus avec des traitements conventionnels, et ce sans subir les effets invalidants de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

DES RESULTATS CONFIRMES PAR DES LABORATOIRES INDEPENDANTS

Des laboratoires indépendants ont étudié la thérapie homéopathique de cetteBanerji Foundation, ou protocole Banerji. Deux des remèdes utilisés, Carcinosin(ou Carcinosinum) et Phytolaccadecandra, se sont avérés aussi efficaces contre le cancer du sein que le Taxolâ prescrit en chimiothérapie. (2)

Etonnamment, tous les traitements employés par la Banerji Foundation sont disponibles en pharmacie et Ruta 6 (Rutagraveolens) est l’un des quelques remèdes régulièrement prescrits. (3)

Pour l’élaboration de ce protocole, la Banerji Foundation n’a pas hésité à utiliser une combinaison de plusieurs remèdes homéopathiques et à s’appuyer sur des équipements de dépistage de haute technologie. Ces deux pratiques sont contraires à l’homéopathie classique, uniciste, c’est-à-dire qui recherche le remède unique – et non une combinaison de remèdes –adapté à un profil individuel corps/esprit.

Une autre clinique à Kolkata, le Advanced Homeopathic Healthcare Centre, se targue d’un taux similaire de succès chez des patients atteints d’un cancer. Quoique bien documentés, leurs résultats n’ont pas été soumis au même degré de validation scientifique que la Prasanta Banerji Foundation.

UN DEBUT DE RECONNAISSANCE

Le travail à la Banerji Foundation a commencé à attirer l’attention des Occidentaux dès 1995 lorsque le docteur Prasanta Banerji et son fils, le docteur Pratip Banerji, ont présenté lors de la 5e Conférence internationale de recherche contre le cancer une étude de seize cas de tumeur du cerveau ayant régressé en utilisant uniquement des traitements homéopathiques. À l’époque, ils testaient dans leur fondation depuis 1992 ce type de remède sur des patients atteints de cancer. Ils déclarèrent traiter actuellement une moyenne de 120 patients par jour.

Le docteur Sen Pathak, professeur en biologie cellulaire et en génétique au centre contre le cancer MD Anderson de l’université du Texas (MDACC) à Houston, est entré en contact avec les Banerji. Ensemble, ils ont mis au point un essai visant à tester deux remèdes homéopathiques, Ruta 6 et Calcarea Phosphorica 3X sur 15 patients atteints d’une tumeur au cerveau. Six d’entre eux qui souffraient d’un gliome (un type de cancer du cerveau) ont vu leur tumeur complètement régresser. Dans une étude in vitro parallèle, des scientifiques ont constaté que les remèdes induisaient des voies de signalisation de la mort des cellules cancéreuses. (4)

Les résultats sont stupéfiants. On considère en effet qu’un gliome est incurable. Sur 10 000 personnes diagnostiquées chaque année d’un gliome malin rien qu’aux États-Unis, seule la moitié d’entre elles étaient encore en vie un an plus tard et juste 25 % au bout de deux ans. (5)

Au MDACC, les scientifiques ont été si impressionnés par ces résultats qu’ils ont commencé à proposer des remèdes homéopathiques contre le cancer.

En 1999, l’Institut National Contre le Cancer (NCI) américain a évalué les effets du protocole Banerji sur dix patients atteints de différents types de cancers. Dans quatre cas de cancer du poumon et de l’œsophage, les chercheurs du NCI ont confirmé l’existence de réponses partielles aux remèdes homéopathiques. Aucun des patients n’avaient reçu au préalable de traitement conventionnel anticancéreux.

Le NCI a conclu qu’il existait une preuve suffisante d’efficacité pour poursuivre les recherches sur ce protocole. Ce fut une décision historique car c’était bien la première fois qu’aux États-Unis un organisme de santé officiel travaillait sur une thérapie alternative pour traiter le cancer. (6)

RESULTATS PROBANTS EN LABORATOIRE

Afin de comprendre le mécanisme d’action des traitements homéopathiques sur les cellules cancéreuses, huit scientifiques du MDACC ont testé quatre remèdes sur deux lignées cellulaires de cancer du sein chez la femme : Carcinosin en 30 CH, Conium maculatum en 3 CH, Phytolacca decandra en 200 CH et Thuya occidentalis en 30 CH.

Environ cinq cents cellules ont été exposées à ces produits ainsi qu’à un placebo (le solvant dépourvu des principes actifs des remèdes) durant des périodes de un à quatre jours. Cette expérience a été répétée trois fois.

Avec deux des remèdes, Carcinosin et Phytolacca decandra, on a obtenu jusqu’à 80 % de réponse, preuve de l’apoptose ou mort cellulaire et seulement 30 % avec le solvant-placebo. L’effet était donc presque trois fois supérieur.

En outre, plus les dilutions étaient fortes, plus l’effet sur les cellules était important, ce qui, est conforme aux règles de l’homéopathie. En effet, les remèdes sont paradoxalement plus actifs si la dilution est plus importante et si les périodes d’exposition sont plus longues.

Les remèdes ont provoqué une « cascade apoptotique » qui a interféré avec le cycle de croissance normal des cellules cancéreuses. Pourtant, les chercheurs ont constaté que les cellules saines environnantes n’avaient pas été touchées. En d’autres termes, les remèdes homéopathiques n’avaient ciblé que les cellules cancéreuses alors que les médicaments utilisés en chimiothérapie attaquent toutes les cellules qui se multiplient. D’après eux, les effets de Carcinosin et dePhytolacca étaient aussi puissants que ceux du Taxolâ, le médicament le plus souvent prescrit en chimiothérapie lors d’un cancer du sein. (7)

LE SUCCES DE RUTA AU STADE TERMINAL

Bien que Carcinosin et Phytolacca aient fait leurs preuves en laboratoire, nombre de patients de la Banerji Foundation prennent Ruta 6 qui a eu un succès extraordinaire lors d’une étude portant sur 127 patients américains atteints d’une tumeur au cerveau, la moitié d’entre eux au stade IV, le stade terminal avant le décès.

D’après l’IRM ou Imagerie par Résonance Magnétique, les tumeurs avaient complètement disparu chez 18 des 127 patients qui ne prenaient que Ruta, sans traitement conventionnel complémentaire. Chez neuf autres patients, la tumeur avait régressé de manière significative. Ces tumeurs étaient stables chez environ la moitié des patients, mais avaient augmenté de volume chez 27 patients. En conclusion, l’action de Ruta s’était avérée bénéfique, dans une plus ou moins grande mesure, chez environ 79 % d’entre eux.

Dans une étude antérieure de la Banerji Foundation portant sur des patients à qui l’on avait prescrit Ruta ainsi qu’une chimiothérapie conventionnelle pour une tumeur du cerveau, 72 % avaient tiré un profit plus ou moins grand de cette association, ce qui, comparé à l’étude précédente, suggère que Ruta serait à lui seul plus efficace (ou certainement aussi efficace) qu’un produit de chimiothérapie, et ce sans effets indésirables invalidants. (8)

Dans une autre étude sur des cas de tumeur du cerveau (148 patients atteints d’un gliome malin et 144 d’un méningiome) traités à la Banerji Foundation entre 1996 et 2001, les 91 patients exclusivement sous Ruta et CalcareaPhosphorica ont eu une durée de survie moyenne de 92 mois alors que onze autres patients traités de manière conventionnelle et recevant de l’homéopathie en complément n’ont survécu que 20 mois. En outre, 7 % des patients uniquement sous homéopathie ont connu une rémission totale, 60 % une amélioration, 22 % une stabilisation (la tumeur n’évoluant pas dans un sens ou dans l’autre) et 11 % une aggravation. (9)

UN IMMENSE ESPOIR POUR LES AUTRES CAS DE CANCER

Ces succès de l’homéopathie pour soigner le cancer donnent de l’espoir à tous les chercheurs dont l’esprit est un minimum ouvert aux médecines alternatives.

La Banerji Foundation n’est pas la seule clinique qui a adopté une approche moderne de l’homéopathie, dite « homéopathie avancée ». Au contraire, les exploits de la Banerji Foundation ont même plutôt donné une vaste impulsion pour la création d’autres fondations sur l’homéopathie en Inde. Leurs résultats sont également très prometteurs. Je vous ferai part de mes dernières découvertes sur ce sujet dans la prochaine lettre Santé & Nutrition.

En attendant, force est de constater que les mentalités occidentales peinent à évoluer lorsqu’il s’agit de donner plus de crédit à l’homéopathie et à tester son potentiel à soigner des maladies graves, telles que le cancer.

A noter que je vous ai préparé cet article à partir d’une recherche réalisée par le spécialiste Bryan Hubbard, qui a été publié en version originale dans la revue anglaise WDDTY, en mai 2012. Il est reproduit ici avec autorisation, et grâce à la traduction de Catherine Sobecki.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

********************
Sources :

- Banerji, 2008
- International Journal of Oncology, 2010 ; 36 : 395-403
- Ruta 6 selectively induces cell death in brain cancer – Virtual Trials. http://www.virtualtrials.com/pdf/ruta6.pdf - Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat de SEN PATHAK – 2003
- Internal Journal of Oncology, 2003 ; 23 : 975-982
- The Washington Post du 20 mai 2008
- Oncology Reports, 2008 ; 20 : 69-74
- Internal Journal of Oncology, 2010 ; 36 : 395-403
- http:/health.groups.yahoo.com/group/Ruta6
- Prasanta Banerji Homeopathic Research Foundation, http://www.pbhrfindia.org
- Palliative Medicine, 2002 ; 16 : 227-233
- Journal of Alternative and Complementary Medicine, 2005 ; 11 : 21-27
- Br Homeopath J., 2000 ; 89 : 8-12
- Cancer, 2001 ; 92 : 684-690
- Biomedical Therapy, 1998 ; 16 : 261-265
- Homeopathy, 2003 ; 92 : 131-134
- Homeopathy, 2002 ; 91 : 75-79
- BBC News, 20 août 2009 ; http://news.bbc.co.uk/2/hi/8211925.stm

Lire la réaction/mise en garde (du 5 décembre 2014) du Dr Broussalian, médecin homéopathe, à cet article ci-dessus: ICI

Si des milliers de vies humaines n’étaient pas ici en jeu, les avis d’instances officielles comme le KCE sur l’homéopathie pourraient presque faire rire ou sourire, tant ils vont à l’encontre du simple bon sens. Le KCE (= Centre fédéral d’expertise des soins de santé), qui se présente pourtant comme une instance indépendante dont le travail consiste à fournir des avis étayés censés aider la décision politique, avait en effet recommandé dans un récent rapport de ne pas rembourser cette médecine alternative efficace et sûre qui satisfait pourtant des dizaines de milliers de concitoyens. Le motif? "Pas de preuve d'efficacité" disait alors le KCE (sic!)

Une fois encore, on peut donc juger de la pertinence de tels avis, d’autant que la même instance est toujours particulièrement prompte à recommander le remboursement de nouveaux vaccins ou de nouvelles versions vaccinales (rotavirus, pneumocoques, HPV, etc) dont le service médical rendu, au vu du risque d’effets secondaires graves, apparaît pourtant autrement plus discutable !

Qu’il s’agisse en fait du cancer ou des vaccinations, il est manifeste que tout est officiellement organisé pour restreindre ou décourager le pluralisme thérapeutique. Ainsi, il faut absolument que le dogme des traitements officiels et autres vaccinations « officiellement recommandées » reste bien ancré dans les esprits les plus crédules qui n’auraient ainsi le droit de recourir à des alternatives qu’ « en complément » sans quoi ils seraient sans doute en proie à « des dérives sectaires » ou Dieu sait quoi d’autre encore. C’est ainsi que les remèdes homéopathiques ne sont habituellement tolérés par les services de cancérologie que parce qu’ils sont censés accroître l’acceptation des traitements officiels (en diminuant leurs effets secondaires). Le simple fait que d’AUTRES traitements et d’AUTRES préventions puissent ainsi se suffire à eux-mêmes est donc tout bonnement inacceptable pour cet establishment avide de monopoles confortables. Pendant ce temps, des épidémies de leptospirose et de méningitessont efficacement évitées respectivement à Cuba et au Brésil grâce à l’homéopathie (comme démontré par des études officielles!) et des cancers sont parfois entièrement guéris par le seul recours à l’homéopathie mais dans le même temps aussi, d’autres personnes sont privées de ces chances de prévention et de guérison et succombent ainsi en quelque sorte à leur docilité ou à leur crédulité dont les autorités officielles ont usé et abusé, à leur détriment. Rien n’est plus désagréable que ce discours aux yeux et aux oreilles des officiels dont la posture consiste en permanence à faire croire qu’ils travaillent à « notre bien » (dans la droite ligne du mythe de l’ « Etat protecteur » ou « Etat providence ») et qui détestent donc par-dessus tout être dévoilés dans leurs plus infâmes contradictions et autres petits manèges.

Pourtant, à l’heure où les pharmas perdent de plus en plus pied en termes de crédibilité mais aussi de rentabilité (expiration des brevets, manque d’inspiration d’où besoin d’inventer sans cesse de vrais faux besoins et des nouvelles fausses maladies) et où elles ont plus que jamais besoin du soutien des officiels, il reste plus que jamais nécessaire de lutter pour la liberté thérapeutique et la liberté vaccinale. Car ces tyrannies vont évidemment de pair avec des monopoles écrasants que se partagent un petit nombre de multinationales avides et sans compassion, qui tenteront évidemment le tout pour le tout dans ce genre de contexte de « fin de règne ». Par exemple, les pressions, le flicage et le racolage vaccinal vont croissant avec les près de 300 futurs vaccins dans le pipeline des industriels (en attendant l’explosion inéluctable de la bulle), exactement comme la liberté semencière se restreint également au fur et à mesure que le totalitarisme de Monsanto trouve un espace pour s’exercer. Dans tous les secteurs de notre vie courante, il est en fait question de supprimer toute comparaison ou de la rendre moins aisée, de façon à minimiser toute possibilité de changement ou de révolution citoyenne : engluer un maximum de pays dans la folie d’une "monnaie unique-carcan" qui amène crises financières et vie chère ; engluer un maximum de gens dans le cercle vicieux vaccinal au nom du « Bien collectif » et du mythe de l’ « immunité de groupe », ce qui empêche ainsi de comparer aisément gens vaccinés et non vaccinés ; engluer un maximum de médecins dans l’illusion que seules les méthodes de soin « officiellement recommandées » sont utiles, efficaces et prouvées ; engluer un maximum d’agriculteurs dans la dépendance aux OGM et aux pesticides, etc etc

Il ne tient qu’à nous de prendre conscience de ces mécanismes et de cette dynamique mortifère pour y échapper et pour enfin, reprendre les « clés de notre destin ».
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest


pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 369
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 18/01/17, 18:36

janic a écrit :Donc depuis le début des débats sur l’homéopathie dont tu occupes une grande partie
Je comprends rien à ce que tu dis, tu dois mal interpréter ma remarque initiale qui était: Tu mélanges mes posts avec les tiens, ou comme déjà dit, tu places mal tes "quotes".

janic a écrit :
Je te demandais: quel lien en particulier?
Tous ceux indiqués, je ne vais pas faire le boulot à ta place !
Tu fais d'interminables posts mais tu ne peux pas indiquer ou même ré-indiquer un lien (ou faire une citation sourcée) sur une simple question afin de valider ce que tu affirmes... ok.

janic a écrit :il en reste 65% non sensibles quelque soit la thérapie utilisée.
L'effet placebo est de 35% en moyenne: Variable de 10 à 90% en fonction de plusieurs facteurs, la maladie, le malade, la thérapie, le thérapeute.

janic a écrit :[/size] Or la littérature anti H. fait comme si les 35% ne concernait que les médecines non conventionnelles et particulièrement l’H.
Les 35% concernent toutes les thérapies, certaines plus que d'autres. Ce que démontre les différentes méta-analyses sur l'homéopathie, c'est que les effets mesurés de cette "médecine" ne sont pas supérieurs à l'effet placebo.

janic a écrit :1) ce sont des méta-analyses sur des critères de l'A., DONC SANS VALEURS en ce qui concerne l'H
Les "méthodes classiques, standardisées et acceptées, relatives à l’évaluation de la fiabilité de l’efficacité" des thérapies appliquées dans les méta-analyses ne sont pas spécifiques à telle ou telle thérapies. Elles sont classiques et standards: Ne pas confondre l'essai clinique et l'évaluation de la fiabilité de l'essai clinique. :arrow: http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2436

janic a écrit :D’où l’expression torchon de papier pour l’incompétence du journaliste qui ne reprend que les points de vues de big pharma par « spécialistes incompétents » interposés sur le sujet.
Comment sais-tu ce qui est Big-Pharma et ce qui ne l'est pas? Exemples: La décision de l'organisme gouvernemental américain FTC? La conclusion du National Health and Medical Research Counc (NHRMC) australien?

janic a écrit :La preuve scientifique de l’A. uniquement, donc partiale. Et, bis répétita, le grand public est pour sa majorité ignorant de ce que tu désignes comme scientifique, il sait à peine, voire pas du tout, ce que signifient essais randomisés, phases d’essais cliniques et AMM. Ce qu’il voit c’est que ça fonctionne ou pas, toutes thérapies confondues, et l’argument que tu utilises n’a quasiment aucun poids, ni pour ce public, ni pour les scientifiques et médecins qui le pratiquent.
L'ignorance d'un argument ne le réfute pas pour autant.

Si les informations contenues dans ce lien (accessible à tous) étaient validées/vérifiées/avérées, les professionnels de santés du monde entier (oncologues, infirmiers, personnels soignants en tout genre, etc...), qui voient mourir leurs patients tous les jours, le diffuseraient largement, le défendraient et le soumettraient à l'évaluation scientifique (si cela n'a pas déjà été fait).
Les laboratoires Boiron en feraient echo (ils en ont les moyens et le besoin).
Hors voici ce que le leader mondial de l'homéopathie déclare à ce sujet précis:
"L’homéopathie ne soigne pas le cancer"
http://www.boiron.fr/les-medicaments-ho ... -de-cancer
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4711
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 30

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 19/01/17, 17:27

janic a écrit : Donc depuis le début des débats sur l’homéopathie dont tu occupes une grande partie

Je comprends rien à ce que tu dis, tu dois mal interpréter ma remarque initiale qui était: Tu mélanges mes posts avec les tiens, ou comme déjà dit, tu places mal tes "quotes".

Si ce n’est que ça ! Comme nous sommes les deux seuls à échanger, tu sais pertinement ce que chacun d’entre nous a écrit et rectifie les quotes en question.
janic a écrit :
Je te demandais: quel lien en particulier?

Tous ceux indiqués, je ne vais pas faire le boulot à ta place !

Tu fais d'interminables posts mais tu ne peux pas indiquer ou même ré-indiquer un lien (ou faire une citation sourcée) sur une simple question afin de valider ce que tu affirmes... ok.

Lorsque je les indique, tu n’en tiens pas compte , et moi guère plus, alors à quoi bon !
janic a écrit :il en reste 65% non sensibles quelque soit la thérapie utilisée.

L'effet placebo est de 35% en moyenne: Variable de 10 à 90% en fonction de plusieurs facteurs, la maladie, le malade, la thérapie, le thérapeute.

En effet ! Et donc par quel tour de passe-passe, de magie, qui pourra dire si les cas cités sont de l’ordre de 10 ou de 90% ? Surtout par des individus incompétents en H.
janic a écrit :[/size] Or la littérature anti H. fait comme si les 35% ne concernait que les médecines non conventionnelles et particulièrement l’H.

Les 35% concernent toutes les thérapies, certaines plus que d'autres.

et bien entendu, ou plutôt sous entendu, les médecines non conventionnelles!?
Ce que démontre les différentes méta-analyses sur l'homéopathie, c'est que les effets mesurés de cette "médecine" ne sont pas supérieurs à l'effet placebo.

Ce que démontrent certaines études conduites en dehors des règles de l’homéopathie, c’est comme les études, même méga études, sur l’aviation qui ne vont pas montrer de supériorité de la marine sur le vol(l’effet placebo n’a pas d’existence dans le milieu industriel.)
janic a écrit :1) ce sont des méta-analyses sur des critères de l'A., DONC SANS VALEURS en ce qui concerne l'H

Les "méthodes classiques, standardisées et acceptées, relatives à l’évaluation de la fiabilité de l’efficacité" des thérapies appliquées dans les méta-analyses ne sont pas spécifiques à telle ou telle thérapies. Elles sont classiques et standards: Ne pas confondre l'essai clinique et l'évaluation de la fiabilité de l'essai clinique. http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2436

C’est bien là qu’est la confusion ! D’un coté l’Australie en conclue "selon ces méthodes, standardisées et acceptées (sic)"que l’H n’est pas efficace et de l’autre l’Inde et d’autres pays prouvent le contraire : qui croire ?
Pour la spécificité, si tu prenais le temps de lire calmement : les essais cliniques A. se font pour UN médicament = une maladie. Au contraire en H. c’est un malade= un médicament similinum (juste un i de différence, mais quelle différence) et donc à chaque malade son similinum et non un produit bateau passe partout. Donc non, pas d’essais standards.
janic a écrit :D’où l’expression torchon de papier pour l’incompétence du journaliste qui ne reprend que les points de vues de big pharma par « spécialistes incompétents » interposés sur le sujet.

Comment sais-tu ce qui est Big-Pharma et ce qui ne l'est pas? Exemples: La décision de l'organisme gouvernemental américain FTC? La conclusion du National Health and Medical Research Counc (NHRMC) australien?

Si tu te tenais un peu mieux informé, ailleurs que chez pseudo science (autre torchon de papier virtuel), les experts consultés par ces organismes ont pendant des années été partie prenante des labos, alors de plus en plus la tendance est à contrôler l’indépendance réelle des experts.[*] Or, pour expertiser l’homéopathie, ce sont des homéopathes qui en ont les compétences, pas des allopathes incompétents. (relis les documents que je t’ai indiqués). Où sont nommément les experts H consultés par ces organismes qui, pour l’instant, ont une politique d’opposition aux thérapies non conventionnelles ?
Mais ça va changer, c’est juste une question de temps !
janic a écrit :La preuve scientifique de l’A. uniquement, donc partiale. Et, bis répétita, le grand public est pour sa majorité ignorant de ce que tu désignes comme scientifique, il sait à peine, voire pas du tout, ce que signifient essais randomisés, phases d’essais cliniques et AMM. Ce qu’il voit c’est que ça fonctionne ou pas, toutes thérapies confondues, et l’argument que tu utilises n’a quasiment aucun poids, ni pour ce public, ni pour les scientifiques et médecins qui le pratiquent.

L'ignorance d'un argument ne le réfute pas pour autant.

Sauf que le grand public, utilisateur de l’H et des médecines non conventionnelles en général, s’assoit dessus : en clair il n’en a rien à faire, rien à foutre, rien à glander, etc… comme le montre le nombre de plus en plus élevé de ses utilisateurs. Tu poursuis un travail d’arrière garde en supposant que cette marche en avant va s’arrêter avec des arguments pseudo scientifiques, que dis-je des pseudo sciences (je suis arrivé à le placer !) :cheesy:
janic a écrit :http://initiativecitoyenne.be/article-l-homeopathie-denigree-par-le-kce-mais-efficace-contre-le-cancer-108154750.html

Si les informations contenues dans ce lien (accessible à tous) étaient validées/vérifiées/avérées, les professionnels de santés du monde entier (oncologues, infirmiers, personnels soignants en tout genre, etc...), qui voient mourir leurs patients tous les jours, le diffuseraient largement, le défendraient et le soumettraient à l'évaluation scientifique (si cela n'a pas déjà été fait).


Ah ! l’argument du « si c’était vrai, ça se saurait » un peu et même beaucoup usé.
Malheureusement, c’est loin d ‘être aussi simple. L’abandon d’un système, quel qu’il soit, ne peut se faire brutalement, sans provoquer des problèmes sociétaux. (Modifications des méthodes, bouleversement des industries productrices de nombreux emplois, etc…) il suffit de voir l’opposition énergies fossiles, nucléaire, et énergies renouvelables où l’on perçoit que cela ne peut se faire sans changement fondamental des comportements et des choix de vie. Donc ça se fait lentement, au rythme des sociétés et des individus. Même chose pour l’agriculture où, théoriquement, l’AB pourrait remplacer l’agrochimie, mais les industriels des phytosanitaires et des engrais ne le voient pas d’un bon œil et disposent d’énormes moyens pour s’y opposer, ridiculiser, un mode agraire qui pourtant, et malgré eux, continue de plus en plus à être plébiscité par le grand public. (comme l'H) (bien aidé par les scandales sanitaires d’ailleurs, genre Monsanto et Cie.)
Les laboratoires Boiron en feraient echo (ils en ont les moyens et le besoin).

C’est une erreur de croire cela. Boiron et les autres fabricants d’H. savent pertinemment que la puissance des lobbies d’opposition dépassent largement leur influence possible (plus de 1000 milliards contre 0.6 milliard de chiffre d’affaires) Pour une information ou pub de Boiron, big pharma peut noyer les médias de 2.000 pubs ou "infos" contradictoires. En fait, le meilleur publicitaire de l'H c'est le bouche à oreille, c'est plus long mais aussi plus efficace. (le combat de David contre Goliath pour ceux qui connaissent)
Hors voici ce que le leader mondial de l'homéopathie déclare à ce sujet précis:
"L’homéopathie ne soigne pas le cancer"
http://www.boiron.fr/les-medicaments-ho ... -de-cancer

Cela s’appelle une mesure de précaution...hypocrite, qui ne trompe personne ![*][*] En effet affirmer une chose…(n’importe quoi d’ailleurs) demande une large démonstration dans la vie réelle. Or, l’Ordre des médecins interdit (en France) à ses adhérents d’affirmer pouvoir soigner des cancers sous peine de se faire virer et ne plus pouvoir exercer. D’où les formules du genre « l’H ne peut pas soigner le cancer, mais elle aide… » une façon à peine cachée de dire que l’H peut soigner, mais pas officiellement.
La formule est intéressante d’ailleurs (ah, la sémantique encore !) puisqu’elle ne dit pas guérir , mais soigner. Or, déjà dit, l’H. orthodoxe, ne soigne pas des maladies, mais des malades et donc soigner holistiquement, sauf le cancer, revient à dire que si le cancer n’est qu’une manifestation particulière de l’organisme et qu’en tant que signes l’H. peut intervenir (sur les signes, pas la maladie) le résultat peut avoir pour effet la disparition ou pour le moins la stabilisation et des régressions pathologiques. C’est ce qui se constate d’ailleurs dans le cas cité de l’Inde comme des autres sur l’autisme, la septicémie déjà indiqués.
Or, toujours, Boiron n’a pas des labos comme Big Pharma pour dépenser des millions à prouver ce qui sera dénié aussitôt par BF et ses fidèles aficionados comme pseudo science.
Donc il ne peut (et les médecins H. aussi) que suivre l’air du temps en attendant des circonstances plus favorables comme ces expériences en Inde et d’autres pays qui suivront, c’est juste une question de temps, mais on n'est pas pressés!.
[*] revoir ce qu'en dit le Pr Even.
[*][*] comme l'ordre des médecins en conflit avec Mességué.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 369
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 19/01/17, 21:39

janic a écrit :En effet ! Et donc par quel tour de passe-passe, de magie, qui pourra dire si les cas cités sont de l’ordre de 10 ou de 90% ?
La méthode scientifique via des essais cliniques.

janic a écrit :Ce que démontrent certaines études conduites en dehors des règles de l’homéopathie,
Où sont définis ces règles? Comment sais-tu dans les différentes études citées quelles règles ont été appliquées?

janic a écrit :c’est comme les études, même méga études, sur l’aviation qui ne vont pas montrer de supériorité de la marine sur le vol(l’effet placebo n’a pas d’existence dans le milieu industriel.)
Par contre, les études comparatives sur le rendement vont montrer la supériorité d'un moteur électrique sur un moteur thermique.

janic a écrit :C’est bien là qu’est la confusion ! D’un coté l’Australie en conclue "selon ces méthodes, standardisées et acceptées (sic)"que l’H n’est pas efficace et de l’autre l’Inde et d’autres pays prouvent le contraire : qui croire ?
Entre un essai clinique dont la conclusion est :
"However, more extensive multicenter double-blind study with diverse population will be extremely helpful."
"Cependant, une étude plus approfondie multicentrique à double insu avec une population diversifiée sera extrêmement utile."

Et une méta-analyse de plusieurs centaines d'essai clinique qui conclu:
"Il n’y a pas de preuves fiables que l’homéopathie est efficace"
Pour tout cartésien qui se respecte, le choix est évident.

janic a écrit :Si tu te tenais un peu mieux informé, ailleurs que chez pseudo science (autre torchon de papier virtuel), les experts consultés par ces organismes ont pendant des années été partie prenante des labos, alors de plus en plus la tendance est à contrôler l’indépendance réelle des experts.[*]
L'argument de l’indépendance des experts, si il est avéré, est valable également pour l'homéopathie. Les experts en homéopathie (qui sont-ils?) n'auraient-ils pas aussi des intérêts dans ce business?

janic a écrit :(plus de 1000 milliards contre 0.6 milliard de chiffre d’affaires)
Que représente les 1000 milliards et les 0.6 milliard?

janic a écrit :Pour une information ou pub de Boiron, big pharma peut noyer les médias de 2.000 pubs ou "infos" contradictoires.
J'ai souvent vu des pubs pour Sédatif PC ou Oscilloccinum. Ça c'est du big-pharma!
ou encore:
"Les laboratoires Boiron s’en prennent à un blogueur amateur"
http://droit-medical.com/actualites/evo ... ur-amateur
ou encore:
"Boiron signe un accord valant $12 millions pour éviter un procès collectif"
https://terrassecafe.wordpress.com/2012 ... collectif/
http://www.quackometer.net/blog/2012/03 ... suits.html
https://www.law360.com/health/articles/ ... sing-suits
Ça c'est du big-pharma!

janic a écrit :D’où les formules du genre « l’H ne peut pas soigner le cancer, mais elle aide… » une façon à peine cachée de dire que l’H peut soigner, mais pas officiellement.
http://www.boiron.fr/les-medicaments-ho ... ncer#_ftn1
Donc, d'après le leader mondial, l'homéopathie ne soigne pas le cancer (D'après la médecine en générale non plus d'ailleurs).
Mais d'après Jean-Marc Dupuis (qui est-ce?) sur santé nature innovation, elle le soigne.
Bizarre....
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4711
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 30

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar janic » 20/01/17, 10:48

janic a écrit :En effet ! Et donc par quel tour de passe-passe, de magie, qui pourra dire si les cas cités sont de l’ordre de 10 ou de 90% ?

La méthode scientifique via des essais cliniques.

Applicable pour l’A. seulement, ça a déjà été vu et revu. Si ces essais A.étaient applicables à l’H l’Etat aurait déjà légiféré dans ce sens ce qui n’est pas le cas.
janic a écrit :Ce que démontrent certaines études conduites en dehors des règles de l’homéopathie,

Où sont définis ces règles?

Où sont les règles qui définissent un avion plutôt qu’un sous marin ? L’usage et son efficacité propre.
Comment sais-tu dans les différentes études citées quelles règles ont été appliquées?

Comme ci dessus. L’expérience acquise dans chaque domaine au fil du temps. L’hélice est commune aux avions, aux bateaux, aux sous marins, mais un avion ne volera pas avec une hélice de bateau et un bateau avec une hélice d’hélicoptère.
« A chacun son métier et les vaches seront bien gardées »

janic a écrit :c’est comme les études, même méga études, sur l’aviation qui ne vont pas montrer de supériorité de la marine sur le vol(l’effet placebo n’a pas d’existence dans le milieu industriel.)

Par contre, les études comparatives sur le rendement vont montrer la supériorité d'un moteur électrique sur un moteur thermique.

La technique n’est pas ton fort là non plus. Entre un avion et un sous marin, quels que soient les rendements possibles, c’est l’adaptation de chacun à l’usage que l’on veut en faire qui est décisif, pas le rendement. Une turbine d’avion sur un sous marin (malgré son efficacité) donnerait une catastrophe et un moteur nucléaire sur un avion serait une catastrophe de plus.
Même chose, l’H comme L’A ont quelques points communs et de nombreuses et incontournables différences qui rendent inapplicables les règles des uns aux autres.
janic a écrit :C’est bien là qu’est la confusion ! D’un coté l’Australie en conclue "selon ces méthodes, standardisées et acceptées (sic)"que l’H n’est pas efficace et de l’autre l’Inde et d’autres pays prouvent le contraire : qui croire ?

Entre un essai clinique dont la conclusion est :
"However, more extensive multicenter double-blind study with diverse population will be extremely helpful."
"Cependant, une étude plus approfondie multicentrique à double insu avec une population diversifiée sera extrêmement utile."
Et une méta-analyse de plusieurs centaines d'essai clinique qui conclu:
"[i]Il n’y a pas de preuves fiables que l’homéopathie est efficace
"

Des essais cliniques Allopathiques, donc sans valeurs pour l’H.
Des centaines d’essais faits sur des avions montreront toujours leur inefficacité pour la marine. Elémentaire mon cher Watson.
Pour tout cartésien qui se respecte, le choix est évident.

Un cartésianisme mal compris et surtout mal appliqué.
janic a écrit : Si tu te tenais un peu mieux informé, ailleurs que chez pseudo science (autre torchon de papier virtuel), les experts consultés par ces organismes ont pendant des années été partie prenante des labos, alors de plus en plus la tendance est à contrôler l’indépendance réelle des experts.[*]

L'argument de l’indépendance des experts, si il est avéré est valable également pour l'homéopathie.

Tout à fait !
Les experts en homéopathie (qui sont-ils?) n'auraient-ils pas aussi des intérêts dans ce business?

Les experts en homéopathie le sont par leur formation et leur exercice professionnel comme tous les experts, y compris en A.. C’est aux tribunaux civils ou aux commissions de l’Etat d’en décider. Or, pour l’instant, ce n’est pas la compétence professionnelle qui est possiblement remise ne cause, mais les conflits d’intérêts (travaillant et étant rémunérés par l’industrie pharmaceutique concernée). Donc si un expert en H est en conflit d'intérêt, son expertise ne sera pas retenue non plus.
janic a écrit : (plus de 1000 milliards contre 0.6 milliard de chiffre d’affaires)

Que représente les 1000 milliards et les 0.6 milliard?

Comme indiqué le chiffre d’affaire des industries pharmaceutiques. Lis ce que j’écris.
janic a écrit :Pour une information ou pub de Boiron, big pharma peut noyer les médias de 2.000 pubs ou "infos" contradictoires.
J'ai souvent vu des pubs pour Sédatif PC ou Oscilloccinum. Ça c'est du big-pharma!

Non, little pharma !(rapport de 1 à 2.000) Le big concerne l’importance financière et industrielle et Boiron fait piètre figure à coté.
et c’est à comparer avec toute la pub (les médias ne sont pas regardants quand aux annonceurs) pour les paracétamol et ibuprofène et autres
ou encore:
"Les laboratoires Boiron s’en prennent à un blogueur amateur"
http://droit-medical.com/actualites/evo ... ur-amateur
Là encore c’est aux tribunaux de décider le bon droit de chacun et si il y a eut diffamation (de la société, pas sur l’H.) la décision leur en appartient, pas toi, ni moi. Sinon c‘est la porte ouverte à n’importe quoi par n’importe qui !
Ainsi chacun peut dire tout en n’importe quoi sur un système comme l’A ou l’H qui sont des techniques, des moyens et n’ont aucune représentation civile.
ou encore:
"Boiron signe un accord valant $12 millions pour éviter un procès collectif"
https://terrassecafe.wordpress.com/2012 ... collectif/
Toutes les industries, aux USA, approvisionnent des comptes pour de futurs procès collectifs. Même chose, c’est l’Etat par ses juges qui décidera de la validité ou pas des mises en accusation. Donc la FDA a entièrement raison (c’est elle qui décide DES AFFICHAGES sur médocs (pas la FTC) )en faisant indiquer « que la FDA n’a pas évalué l’efficacité du produit en tant que remède »(sic) . Ce n’est pas tout à fait le texte officiel, mais passons.
http://www.quackometer.net/blog/2012/03 ... suits.html
Ce qui veut dire qu'à l'avenir, Boiron ajoutera une clause de non-responsabilité pour dire que ses allégations n'ont pas été évaluées par la Food and Drug Administration des États-Unis
Plus proche du texte officiel portant SUR LES ALLEGATIONS pas sur le produit comme le déforme terrasse café ci-dessus.

https://www.law360.com/health/articles/ ... sing-suits
Selon la plainte déposée en Californie en août dernier, les plaignants ont affirmé que les ingrédients actifs des produits Boiron, s'ils étaient efficaces, sont tellement dilués qu'ils sont effectivement inexistants. Par exemple, l'ingrédient actif dans Oscillococcinum a été dilué 100 fois,
Je dois me contenter de cette traduction approximative pour la commenter :
Le principe de dilution ne peut être contesté puisqu’il existe dans l’industrie et pas seulement dans les médicaments. Une goutte d’un médicament dans un verre d’eau, c’est une dilution de type « homéopathique » et ça marche. D’où la réglementation française qui impose une dilution minimale de 10.000 soit du 2CH. La dilution peut donc être acceptée jusqu’au nombre d’Avogadro (10 puissance 23) ce qui correspond à des dilutions courantes en H. L’inexistant ne concernerait donc que les dilutions supérieures et créditant alors les dilutions en dessous. Or les opposants, dans leur ignorance, mélangent tout. Donc Boiron n’est pas condamné pour inefficacité de ses produits mais pour manque d’information. (comme d’autres médicaments A)
janic a écrit :D’où les formules du genre « l’H ne peut pas soigner le cancer, mais elle aide… » une façon à peine cachée de dire que l’H peut soigner, mais pas officiellement.
http://www.boiron.fr/les-medicaments-ho ... ncer#_ftn1
Donc, d'après le leader mondial, l'homéopathie ne soigne pas le cancer (D'après la médecine en générale non plus d'ailleurs).

déjà vu précédemment! Suis le fil!
La encore tu mélanges soigner et guérir. La médecine conventionnelle soigne aussi par sa chimio, sa radio thérapie, sa chirurgie mais ne guérit pas, effectivement.
Mais d'après Jean-Marc Dupuis (qui est-ce?) sur santé nature innovation, elle le soigne.

Dupuis, Dupont, Durand ou chmol peu importe, il informe, sous sa responsabilité, comme d’autres que tu as cités.
L’important est de savoir si l’information est juste ou une simple fantaisie imaginative comme dans pseudo science.
Bizarre....

Tu as dit bizarre, comme c’est étrange ! 8)
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
pedrodelavega
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 369
Inscription : 09/03/13, 21:02
x 3

Re: Homéopathie: Efficacité remise en cause aux États-Unis

Message non lupar pedrodelavega » 20/01/17, 16:24

janic a écrit :
Comment sais-tu dans les différentes études citées quelles règles ont été appliquées?
Comme ci dessus. L’expérience acquise dans chaque domaine au fil du temps.
En fait, tu ne sais pas quelles règles ont été appliquées sur les études citées.

janic a écrit :
Par contre, les études comparatives sur le rendement vont montrer la supériorité d'un moteur électrique sur un moteur thermique.
La technique n’est pas ton fort là non plus. Entre un avion et un sous marin, 5...)
Ton analogie n'est pas bonne. Les domaines comparés doivent avoir le même objectif( = Soigner). Vient ensuite la mesure de l'atteinte de cette objectif. Et là, la comparaison est possible: Tu as d'ailleurs cité des exemples.

janic a écrit :
Entre un essai clinique dont la conclusion est :
"However, more extensive multicenter double-blind study with diverse population will be extremely helpful."
"Cependant, une étude plus approfondie multicentrique à double insu avec une population diversifiée sera extrêmement utile."
Et une méta-analyse de plusieurs centaines d'essai clinique qui conclu:
"[i]Il n’y a pas de preuves fiables que l’homéopathie est efficace
"
Des essais cliniques Allopathiques, donc sans valeurs pour l’H.
Comment connais-tu la nature (allopathique??) des 225 essais cliniques compilés dans cette méta-analyse?

janic a écrit : Donc si un expert en H est en conflit d'intérêt, son expertise ne sera pas retenue non plus.
On est d'accord, donc l'argument de l’indépendance des experts n'est pas déterminant puisqu'applicable sur chacun des cas.

janic a écrit : Comme indiqué le chiffre d’affaire des industries pharmaceutiques. Lis ce que j’écris.
600M, c'est le chiffre d'affaire de Boiron en France ou c'est le chiffre d'affaire mondial de l'homéo?

janic a écrit : La encore tu mélanges soigner et guérir. La médecine conventionnelle soigne aussi par sa chimio, sa radio thérapie, sa chirurgie mais ne guérit pas, effectivement.
C'est toi qui mélange: Dans ce cas précis, Boiron ne parle pas de guérir mais bien soigner:
"L’homéopathie ne soigne pas le cancer. "
http://www.boiron.fr/les-medicaments-ho ... -de-cancer

janic a écrit : Dupuis, Dupont, Durand ou chmol peu importe, il informe, sous sa responsabilité, comme d’autres que tu as cités.
L’important est de savoir si l’information est juste ou une simple fantaisie imaginative comme dans pseudo science.
En l'occurence, ca l'air d'être un personnage sulfureux :
http://www.hoaxbuster.com/forum/jean-ma ... xiste-t-il
0 x
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité