Medias et actualités: émissions TV, reportages, livres, actualités...BANQUE MONDIALE = Copinage et corruption ...

Livres, émissions de télévision, films, revues ou musiques à partager, conseiller, faire découvrir...Réagissez à l'actualité touchant de près ou de loin à l'éconologie, l'environnement, l'énergie, la société, la consommation (nouvelles lois ou normes)...
Avatar de l’utilisateur
bojourvous5094
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 212
Inscription : 20/03/05, 20:11
Localisation : LÉVIS, QUÉBEC

BANQUE MONDIALE = Copinage et corruption ...

Message non lupar bojourvous5094 » 04/04/06, 22:27

Qu'en pensez-vous :?: :?: :?:

M. Paul Wolfowitz
comme dixième président du Groupe de la Banque mondiale...depuis le 31 mars 2005.
Auparavant, M. Wolfowitz a, pendant 2 ans, été à la tête du Bureau de la planification des politiques du Département d’État américain...
De 2001 à 2005, en tant que sous-secrétaire d'État à la Défense sous le président George W. Bush, M. Wolfowitz était, entre autres, chargé de surveiller le processus budgétaire et le développement des politiques destinées à répondre aux attaques terroristes du 11 septembre 2001.
**** Paul Wolfowitz, ancien numéro 2 du Pentagone :evil:
_______
« Au cours de l’année écoulée, les positions des néo-conservateurs au sein de l’administration, eux qui façonnèrent la réponse américaine aux attentats du 11 septembre, ont été réduites et leur influence a faibli ». Cet article fait référence au départ de certains des plus éminents administrateurs néo-conservateurs de postes clefs pour la définition des orientations politiques. Certains d’entre eux sont partis en pleine disgrâce, d’autres ont quitté leur poste pour d’autres nominations décidées par Bush. Le plus intéressant de ces changements de carrière est sans doute celui de Paul Wolfowitz, secrétaire d’État à la défense, qui a été promu président de la Banque mondiale pour le rôle qu’il a joué lors de la guerre en Irak.

Dès le premier jour, tous les vice-présidents, directeurs et employés de la Banque mondiale étaient inquiets, à cause de sa réputation de « grand prêtre des faucons » ou des « volcans », surnoms donnés au groupe de conseillers politiques de Bush, tous étroitement liés les uns aux autres, architectes de la guerre en Irak et force idéologique motrice à l’origine de la décision d’envahir l’Irak. Ils s’interrogeaient aussi sur sa façon arrogante de faire fi de tous les doutes qui entouraient cette guerre. Ils se rappelaient ses prévisions prometteuses, ses prédictions selon lesquelles les Irakiens allaient accueillir les soldats américains comme des libérateurs, à bras ouverts, et son rejet désinvolte des avertissements d’Eric Shimseki, ancien chef d’état major états-unien, qui annonçait que les Etats-Unis auraient besoin d’envoyer plusieurs centaines de milliers de soldats en Irak (et qui fut contraint de démissionner pour avoir osé donner son opinion d’expert). Ils se souvenaient très bien de son affirmation selon laquelle « les revenus du pétrole irakien au cours des deux ou trois prochaines années allaient apporter 50 à 100 milliards de dollars, qui viendraient rembourser la propre reconstruction du pays et plus encore ». Mais, pour être honnête, ils avaient tous envie de lui laisser le bénéfice du doute en dépit du profond cas de conscience contre lequel ils sont chacun en train de se débattre : travailler pour un homme qui est moralement et politiquement responsable d’une guerre horrible qui a versé le sang de milliers de victimes innocentes en Irak.

:arrow: Désormais, la lune de miel semble terminée. :arrowd:
Au vu du coût de la guerre en Irak, il est de plus en plus évident que les prédictions de Wolfowitz sont, au mieux, une blague frôlant le ridicule, ou, au pire, des mensonges intentionnels purs et simples. Quand le conseiller économique de la Maison Blanche, Lawrence Lindsay, estima (en septembre 2002) le coût de la guerre en Irak au montant, plus élevé, de l00 à 200 milliards de dollars, l’administration rejeta son analyse, « sûrement très très haute » selon elle, et le licencia rapidement (une autre personne qui perdit son emploi parce qu’elle l’avait exercé avec une véritable conscience professionnelle). Il apparaît maintenant que même ses chiffres étaient largement en-dessous de la réalité. D’après Joseph Stiglitz, professeur à l’Université de Columbia et Prix Nobel d’économie, et Linda Blimes, expert budgétaire à Harvard, la guerre en Irak va probablement coûter plus de 2 000 milliards de dollars. Le magasine American Conservative indique que : « Ce qui est certain c’est que, avant qu’il ne soit nommé à la tête de la Banque mondiale, quelqu’un aurait dû rappeler que Paul Wolfowitz prévoyait que l’Irak allait financer l’opération de reconstruction lui-même. » Des personnes normales, dans des circonstances normales, auraient été licenciées, mais pas « Wolfie » !

Néanmoins, même en ayant cette sombre histoire en tête, qui risque, ils en ont peur, d’avoir un impact sur leur capacité à répondre aux besoins de leurs clients internationaux et à remplir leur mission de s’attaquer à la pauvreté dans le monde, le personnel de la Banque mondiale doit faire face à des soucis encore plus immédiats. Ce que tout le monde perçoit le plus facilement est la fracture grandissante entre Wolfowitz ainsi que son groupe de proches conseillers et le personnel dans son ensemble. Ce problème est en train de se manifester à différents niveaux.

Au cours des derniers mois, on a assisté à un exode massif de talents de haut niveau depuis la Banque mondiale. Le haut responsable sur l’éthique de la Banque mondiale est parti. Sont aussi sur la liste des départs le vice-président pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, le conseiller juridique en chef, le vice-président pour un développement écologiquement et socialement durable, le directeur des ressources humaines de la Banque, le directeur de l’intégrité internationale (qui contrôle la corruption interne et externe), et le chef du groupe des solutions pour l’information.

Steve Clemons indique dans le Washington Note que : « On dirait que Wolfowitz s’efforce de faire fuir les équipes les plus talentueuses de la Banque, et le moral s’effondre. Un grand nombre de personnes de qualité sont en train de partir ».

Qu’a bien pu faire Wolfowitz pour déclencher cette vague inquiétante de sentiments négatifs ?

Il a nommé Kevin Kellems, ancien directeur de la communication et porte-parole du Vice-Président Cheney, au poste nouvellement créé de directeur de la stratégie de la communication en plus de sa position de conseiller du président, mettant ainsi de côté le vice-président pour la communication, les affaires externes et les relations avec les Nations Unies de la Banque. Alors que l’on pourrait s’interroger sur la capacité professionnelle de Kellem et rappeler son poste précédent et la désinformation qui se dégageait du bureau de Cheney année après année, la première difficulté pour le personnel de la Banque mondiale provient du fait qu’il a été imposé à la suite d’un coup de force du président Wolfowitz.

Wolfowitz, en effet, a imposé une nomination politique au niveau de la direction, chose plutôt rare, en particulier depuis que les postes de direction sont moins élevés dans la hiérarchie administrative et sont traditionnellement pourvus à la suite d’un processus de sélection transparent et basé sur le mérite, non par choix politique. :shock:

Un autre exemple scandaleux de coup de force présidentiel est celui de la nomination de la nouvelle tsarine anti-corruption de la Banque, Suzanne Rich Folsom, en tant que nouvelle directrice de « l’intégrité institutionnelle ». Qu’elle soit catapultée de la sorte a poussé Alison Cave, la courageuse et très respectée présidente de l’Association du Personnel de la Banque, à adresser à tout le personnel une lettre ouverte de protestation. Mme Rich, épouse d’un puissant dirigeant républicain et elle-même puissante lobbyiste républicaine, a aussi été nommée au mépris d’un processus de compétition transparent et ouvert. Elle porte en outre le titre de « Conseillère du Président ». Un conflit d’intérêts évident, ou alors il ne pourra jamais y en avoir. :shock:

Un autre exemple concerne la nomination au poste de conseiller du président de Karl Jackson, ami de longue date de Wolfowitz qu’il a côtoyé à l’université Johns Hopkins tout comme au gouvernement, et qui a apparemment géré le portefeuille d’activités de la Société Financière Internationale, la branche de soutien au secteur privé de la Banque.

Mais l’exemple sans doute le plus choquant du copinage de Wolfowitz, et de son absence totale de considération pour les principes de l’institution qu’il a été chargé de diriger, sans parler des manifestations évidentes de conflits d’intérêt, implique le rôle toujours plus important donné à sa conseillère en chef, Robin Cleveland. Mme Cleveland a quitté l’administration Bush dans des circonstances mouvementées, après que fut mise au grand jour sa tentative d’utiliser ses relations pour faire entrer un membre de sa famille dans une grande entreprise d’armement, tandis qu’elle négociait avec cette entreprise un contrat pour le compte du gouvernement des Etats-Unis. Néanmoins, même cela ne semble pas avoir terni son image dans le carnet d’adresses des néo-conservateurs, tout le monde s’accordant pour dire que c’est en réalité Mme Cleveland qui dirige aujourd’hui la Banque mondiale. :!: :shock:

Tous ces exemples ne font qu’alimenter les doutes grandissants du personnel de la Banque au sujet de la gestion de Wolfowitz. Un cadre parle d’« effronterie absolue ». Un autre employé de la Banque, ancien de la maison, indique que « le combat contre la pauvreté généralisée est avant tout une cause morale ; si nous perdons ce fondement moral, en dédaignant la transparence, la compétence et l’intégrité au sein même de notre institution, il ne reste plus rien d’autre. »

D’autres disent qu’il nomme des mercenaires politiques à des postes qui devraient être occupés par des professionnels hautement qualifiés, au terme d’un processus compétitif et transparent. De cadres de la Banque mondiale voient Wolfowitz s’éloigner des hauts fonctionnaires professionnels de la Banque et s’appuyer, au contraire, sur un groupe d’exécutants politiques, de zélotes et d’idéologues. La confusion et l’inquiétude actuelles du personnel de la Banque à propos de la direction de cette institution internationale apparaît au plus clair à travers les résultats du sondage réalisé par l’institution elle-même auprès de son personnel, et rendu public la semaine dernière seulement. A la question : « Avez-vous une bonne compréhension de la direction dans laquelle l’administration de la Banque mondiale entraîne l’institution ? », seulement 48% des sondés ont répondu favorablement, contre 67% de réponses positives lors du précédent sondage réalisé en 2003.

Plus personne aujourd’hui ne compare Wolfowitz à l’un des anciens présidents de la Banque. Tout le monde dit qu’il est en train de se construire son groupe de soutiens aux plus hauts niveaux de l’institution, confirmant ainsi leurs craintes les plus terribles de voir l’agenda de l’administration Bush être imposé à la première agence de développement du monde. Pendant ce temps, le Bureau des Gouverneurs, qui représente les 184 pays membres de la Banque mondiale, demeure scandaleusement silencieux. Quel dommage !*
_________
Rédigé par:
Mohamed Hakki. Un ancien membre du personnel de la Banque mondiale. Cet article a été publié initialement dans Al-Ahram.

____________________________________
En cas de reproduction de la source :
URL: http://www.cadtm.org
Source : www.counterpunch.org, 3 mars 2006
Traduction : Aurélie Vitry (CADTM Orléans)
0 x




Nous récoltons ce que nous semons...
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 45033
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 153
Contact :

Message non lupar Christophe » 04/04/06, 22:33

Pas besoin d'aller chercher un néo con pour sentir l'arnaque monétaire qui nous pend au nez depuis 20 ans...

http://www.econologie.com/l-escroquerie ... -2706.html

et http://www.econologie.com/fonctionnemen ... -2735.html
Dernière édition par Christophe le 03/04/15, 12:39, édité 1 fois.
0 x
Avatar de l’utilisateur
bojourvous5094
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 212
Inscription : 20/03/05, 20:11
Localisation : LÉVIS, QUÉBEC

Plafond de dette

Message non lupar bojourvous5094 » 13/04/06, 02:05

États-Unis au-dessus de leur plafond de dette

Le gouvernement américain est maintenant dans une situation critique: le plafond de dette fixé par le congrès est pratiquement atteint, et le gouvernement devra cesser de payer les comptes à moins que le Congrès n'augmente le plafond de dette bientôt.

Au cours des 50 dernières années, les États-Unis auraient augmenté le plafond de la dette plus de 70 fois et des analystes financiers spéculent que les membres du Congrès sont devenus des experts à repousser à plus tard cette tâche ignoble politiquement.

Les prédictions estiment que la dette nationale sera d'environ 70 % du PIB en 2010.

"Ce n'est pas où nous sommes, c'est notre trajectoire qui est le problème" a mentionné Douglas Holtz-Eakin, qui vient juste de démissionner du Congressional Budget Office, le bureau de recherche financière du Congrès.

"Il n'y a pas de solution facile pour réduire les dépenses, et les programmes sociaux vont coûter une fortune, aussi tôt qu'en 2020."

"Ce qui est effrayant, c'est qu'il ne semble pas y avoir de moyen de contrôler le déficit" a mentionné Alice Rivlin, fondatrice du Congressional Budget Office. "Augmenter le plafond de la dette est une sorte de voyant lumineux qui dit "Nous avons un réel problème!".
__________
Source : http://echo-actu.blogspirit.com/archive ... perat.html
0 x
Nous récoltons ce que nous semons...
Avatar de l’utilisateur
bojourvous5094
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 212
Inscription : 20/03/05, 20:11
Localisation : LÉVIS, QUÉBEC

Bolivie et Banque Mondiale

Message non lupar bojourvous5094 » 13/04/06, 02:14

LA BOLIVIE GAGNE SON POINT

Mettant finalement un terme à ce que l'on a appelé la « Révolte de l'eau », le peuple bolivien vient de remporter une victoire historique en forçant le géant américain Bechtel à laisser tomber une poursuite de 50 millions de dollars intentée contre la population de Cochabamba.

La population de Cochabamba, le Democracy Center aux États-Unis et d'autres entreprirent une campagne internationale pour que Bechtel abandonne la poursuite. Des milliers de lettres et courriels envoyés à la compagnie, des manifestations devant le siège social de Bechtel à San Fransisco, l'occupation de ses bureaux et autres actions d'éclat. Face à cette mobilisation déterminée, Bechtel, entrepris des négociations pour abandonner la poursuite et en venir à un règlement plutôt symbolique de… 2 bolivianos, soit 30 cents américains!

Cette victoire de la population de Cochabamba sur Bechtel constitue un précédent historique puisque c'est la première fois qu'une compagnie retire sa poursuite dans ce genre de dossier. Il faut savoir que la Banque mondiale a déjà traité plus de 200 causes comme celle de Bechtel.
____________
Source : http://www.latribuduverbe.com/archives/ ... tml#004525
0 x
Nous récoltons ce que nous semons...
Avatar de l’utilisateur
bojourvous5094
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 212
Inscription : 20/03/05, 20:11
Localisation : LÉVIS, QUÉBEC

Message non lupar bojourvous5094 » 16/04/06, 05:11

la mécanique des plans d’ajustement structurel

Libéralisation des prix

Cette mesure consiste en l'élimination des subsides et/ou des contrôles sur les prix. L'impact sur les niveaux des salaires réels (que ce soit dans le secteur formel ou informel) est immédiat. La dérégulation des prix des céréales à usage domestique et la libéralisation des importations de réserves de nourriture sont aussi des traits essentiels de ce programme. Des produits agricoles européens ou nord-américains bénéficiant de subventions (PAC - Politique Agricole Commune - dans le cas de l’UE) envahissent le marché local. Cela réduit les revenus des producteurs locaux ou les mène purement et simplement à la faillite. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir des surplus agricoles du Nord revendus au Sud dans le cadre d’un véritable dumping.

Le programme de libéralisation fait aussi sentir ses effets sur les prix de ce qui entre dans le pays et sur les prix des matières premières. Combinées à la dévaluation, les mesures prises conduisent à des hausses substantielles dans les prix domestiques des intrants (fertilisants, herbicides, semences, équipements, etc.) et tendent à avoir un impact économique immédiat sur la structure des coûts dans la plupart des domaines de l'activité économique.
________

Désindexation des salaires

Le FMI impose la compression des salaires réels en désindexant les salaires et en libéralisant le marché du travail. Ceci exige l'élimination dans les conventions collectives des clauses d'ajustement au coût de la vie et tente de mettre fin à la définition légale des salaires minimaux. Il faut absolument faire remarquer que, tandis que les salaires équivalent à 1/10e voire 1/20e des salaires payés dans les pays capitalistes avancés, le programme d'ajustement structurel fait monter les prix des biens domestiques courants qui rejoignent ainsi les prix pratiqués dans les économies des pays capitalistes développés (et dans certains cas les dépassent).
____________

Libéralisation du commerce

L'élimination des barrières tarifaires protectrices est conçue en vue de rendre l'économie nationale plus " compétitive ". En réalité, la libéralisation du commerce mène à l'effondrement de la production industrielle destinée au marché intérieur et au désengagement de capital réellement productif - effet d’éviction.
____________

Privatisation des entreprises publiques

Programme de privatisation et de la réforme du système bancaire, le FMI exige de laisser le champ libre aux mouvements de capitaux. On atteint ainsi deux objectifs :

les sociétés étrangères peuvent rapatrier leurs profits vers le Nord en devises;
on encourage, moyennant l’impunité, le " rapatriement " vers le Sud des capitaux déposés sur des comptes secrets, y compris, de grandes quantités d’argent sale. Orientés vers le marché inter-banques, ils sont ensuite convertis en argent local pour l’achat d’avoirs étatiques et de terrains publics que les institutions de Bretton Woods destinent à la vente dans le cadre de la privatisation.
________

Marché du travail

Le FMI et la Bm recommandent d’assouplir les réglementations du marché du travail. Ces institutions expliquent que les rigidités institutionnelles limitent la mobilité et la réaffectation de la main-d’oeuvre et sont donc source de chômage (Lenain, 1993, p. 58; Decornoy, 1995; Valier, 1996). La Banque mondiale a consacré, en 1995, l’entièreté de son Rapport sur le Développement dans le Monde à la question du travail sous le titre Le monde du travail dans une économie sans frontières (Bm, 1995). Ce rapport ne comprend pas que des propos nuancés, au contraire : " La recherche d’une plus grande mobilité des travailleurs conduira souvent à appliquer des mesures qui permettront au processus de destruction d’emplois - lequel comprendra des licenciements dans le secteur public - de suivre son cours " (sic !) (Bm, 1995, p. 8).
________
Pauvreté et filets de sécurité sociale

Les institutions de Bretton Woods ont abandonné l’idée d’éradiquer ou de réduire la pauvreté de manière générale. Il s’agit maintenant de " gérer la pauvreté " pour qu’elle soit " soutenable ". Dans le même temps qu’on effectue des coupes dans les budgets sociaux, on définit des programmes ciblés vers les plus pauvres. Ce système prétend être plus efficace mais ces programmes ciblés sont combinés avec la " récupération des coûts " et la " privatisation " de la santé et de l’éducation (les médicaments, les consultations médicales, l’inscription scolaire deviennent payants).
__________
Source: http://www.attac.org/planet/doc/doc08.htm
0 x
Nous récoltons ce que nous semons...
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Medias et actualités: émissions TV, reportages, livres, actualités... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité