Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion)Thorium: l'avenir du nucléaire?

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire, REP, EPR, fusion chaude, ITER, centrales thermiques, cogénération, trigénération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques.
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1676
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 51
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar izentrop » 15/01/17, 23:39

le MSFR est un concept très tolérant aux transuraniens, leur incinération est possible, y compris en cas d’abandon de la fission comme source énergétique. Le fait de pouvoir alors éliminer les charges ultimes des réacteurs permet de réduire significativement (facteur 10 environ) la quantité d’actinides, hors thorium, existant en fin de vie de la filière. https://fissionliquide.fr/2013/10/06/re ... ls-fondus/
Le réacteurs à sels fluorés fondus MSFR a maintenant prouvé sa sureté. Plus simple et moins cher, qu'est-ce qu'on attends pour le développer ?
https://www.youtube.com/watch?v=vVQ0lyQ7kYs
0 x




Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4821
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 65

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar sen-no-sen » 16/01/17, 10:10

Il existe d'autres projets de surgénérations comme ASTRID:http://www.cea.fr/Pages/domaines-recherche/energies/energie-nucleaire/astrid-option-quatrieme-generation.aspx,les nucléocrates y tiennent à leurs "génération 4"...en attendant la fusion.

Maintenant concernant la "sureté",il me semble que le terme est quelque peu usurpé lorsqu'il s'agit de fission à neutron rapide! :lol:
Tout va bien sur un gentil schéma non soumis au catastrophe naturelle, au terrorisme, ou à un effondrement économique...
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
lilian07
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 280
Inscription : 15/11/15, 13:36
x 15

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar lilian07 » 16/01/17, 19:22

Bonsoir,
La 4eme génération filière Thorium n'est qu'un concept, rien ne prouve qu'il est fonctionnel car c'et objet est encore théorique que EDF et AREVA abandonnent d'ailleurs au profit de ASTRID.
Rien ne prouve également qu'il soit moins coûteux que la génération RAP à maintenir, enfin rien ne prouve qu'il soit moins toxique également dans les conditions de confinement qu'on lui connait.
Admettons que le concept théorique soit vérifié et que la génération soit lancé par la France disons. Et bien nous atteindrons alors probablement un feu vert des politiques qu'à partir de 2040 au mieux pour un générateur probable en 2070.
L'Ademe a démontré en théorie dans un rapport que le 100% mix énergie Enr est réalisable à partir de 2050 à un coût moindre, cette état théorique est au même stade que la filière Thorium mais avec de meilleurs résultats.
Il est donc plus que probable qu'un choix se fasse par limitation des risques comme par maximisation des chances de réussite et donc le mix énergie est mieux placé.
En prenant la même réflexion la filière Charbon pour soutenir la déflation du nucléaire est d'avantage crédible et tout de suite réalisable sans risque politique. Au moins jusqu'en 2040...
Je pense que cette énième génération 4 va rester à l'état théorique.
0 x
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1676
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 51
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar izentrop » 17/01/17, 10:02

sen-no-sen a écrit :Il existe d'autres projets de surgénérations comme ASTRID:http://www.cea.fr/Pages/domaines-recherche/energies/energie-nucleaire/astrid-option-quatrieme-generation.aspx,les nucléocrates y tiennent à leurs "génération 4"...en attendant la fusion.
Astrid est le projet du CEA à base de sodium liquide.
Celui du CNRS est à base d'un mélange de sels fluorés. C'est le sel utilisé au Laboratoire National d’Oak Ridge (ORNL), dans le réacteur expérimental à neutrons thermiques de 8 MWth (MSRE) qui a fonctionné pendant 4 ans (1966/69) sans incident. Il utilisait un sel fondu formé d’un mélange de fluorures pouvant être utilisé à haute température sans pressurisation.

Seul le sel fluoré ne pose pas de problème selon Daniel Heuer, alors pourquoi n’embrayons nous pas rapidement sur cette voie ?
https://www.youtube.com/watch?v=FDy9FemEk8Y

La voie thorium / sels fluorés est la suite logique. Faut pas se leurrer, Inde et Chine l'ont compris et nous on va laisser filer ...
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4821
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 65

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar sen-no-sen » 17/01/17, 10:52

izentrop a écrit :Celui du CNRS est à base d'un mélange de sels fluorés. C'est le sel utilisé au Laboratoire National d’Oak Ridge (ORNL), dans le réacteur expérimental à neutrons thermiques de 8 MWth (MSRE) qui a fonctionné pendant 4 ans (1966/69) sans incident.


4 ans sans incident,whaouh! :lol: Manque peut-être un ordre de grandeur pour valider le concept non? :mrgreen:

Seul le sel fluoré ne pose pas de problème selon Daniel Heuer, alors pourquoi n’embrayons nous pas rapidement sur cette voie ?

Selon Daniel Heuer ...c'est un peu léger.
Il y a peu près autant d'avis sur le nucléaire que d'ingénieurs ou de scientifiques...
Et je ne vois pas pourquoi nous devrions rapidement nous engager sur cette voie?


La question à se poser est la suivante:pourquoi continuer dans une filière aussi incertaine,sachant que même dans les scénarios les plus "nucléoptimiste",la part de la fission ne représentera jamais grand chose de significatif pour enrayer l'émission de GES?

A la rigueur est dans une logique de recyclage, les seules centrales nucléaire citoyenne-ment acceptable serait des Rubbiatron (type Myrrha),soit un réacteur à thorium couplé à un synchrotron,ce qui permettrait de réduire sensiblement la durée de vie des déchets radioactive.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.


Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1676
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 51
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar izentrop » 17/01/17, 13:34

sen-no-sen a écrit :A la rigueur est dans une logique de recyclage, les seules centrales nucléaire citoyenne-ment acceptable serait des Rubbiatron (type Myrrha),soit un réacteur à thorium couplé à un synchrotron,ce qui permettrait de réduire sensiblement la durée de vie des déchets radioactive.
Comparé à un réacteur conventionnel, le Rubbiatron présenterait les avantages suivants :

la conception « sous-critique » exclut tout risque d'excursion de criticité. En cas d'accident, la réaction s'arrête d'elle-même et le réacteur refroidit. Il est toutefois théoriquement possible que le réacteur fonde si le liquide de refroidissement est perdu ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Rubbiatron
Le MSFR n'a pas ce risque.
Si la température dépasse 700 ° le sel se dilate, ce qui diminue la réaction et en cas de panne totale, les bouchons s'ouvrent, le liquide s'évacue, la réaction est complètement arrêtée. Le réacteur peut être remis en route sans dommage :lol:

Les déchets radioactifs les plus agressifs sont retraités au sein du liquide avec un minimum de dégradation des parois. Relis le doc que j'ai cité et écoute ce que dit Daniel Heuer.
4 ans sans incident,whaouh! :lol: Manque peut-être un ordre de grandeur pour valider le concept non? :mrgreen:
C'est à dire ?
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4821
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 65

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar sen-no-sen » 19/01/17, 10:45

izentrop a écrit :Le MSFR n'a pas ce risque.
Si la température dépasse 700 ° le sel se dilate, ce qui diminue la réaction et en cas de panne totale, les bouchons s'ouvrent, le liquide s'évacue, la réaction est complètement arrêtée. Le réacteur peut être remis en route sans dommage :lol:


Le MSFR ne réduit pas sensiblement la durée de vie des déchets,quid de ceux ci?
Après rien n’empêcherait d’envisager une méthode combinant synchrotron et MSFR,mais le cout risque risque d'anéantir ce genre de projet.

Tu n'as pas répondu à ma question:pourquoi continuer dans une filière aussi incertaine,sachant que même dans les scénarios les plus "nucléoptimiste",la part de la fission ne représentera jamais grand chose de significatif pour enrayer l'émission de GES?

C'est à dire ?

Il faudrait au moins 20 ans d'expériences en réelle pour pouvoir considérer un réacteur comme étant "sûre"...
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1676
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 51
Contact :

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar izentrop » 19/01/17, 15:38

sen-no-sen a écrit :sachant que même dans les scénarios les plus "nucléoptimiste",la part de la fission ne représentera jamais grand chose de significatif pour enrayer l'émission de GES?
Pas de GES avec le nucléaire et il y a suffisamment de thorium exploitable sur terre pour des milliers d'années.
Plan de Daniel Heuer https://youtu.be/M4MgLixMrz8?t=756
sen-no-sen a écrit :Le MSFR ne réduit pas sensiblement la durée de vie des déchets,quid de ceux ci?
Les plus méchants transhuraniens sont réinjectés et retraités dans le réacteur https://youtu.be/M4MgLixMrz8?t=1026
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4821
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 65

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar sen-no-sen » 20/01/17, 21:09

izentrop a écrit :
sen-no-sen a écrit :sachant que même dans les scénarios les plus "nucléoptimiste",la part de la fission ne représentera jamais grand chose de significatif pour enrayer l'émission de GES?
Pas de GES avec le nucléaire et il y a suffisamment de thorium exploitable sur terre pour des milliers d'années.
Plan de Daniel Heuer https://youtu.be/M4MgLixMrz8?t=756
sen-no-sen a écrit :Le MSFR ne réduit pas sensiblement la durée de vie des déchets,quid de ceux ci?
Les plus méchants transhuraniens sont réinjectés et retraités dans le réacteur https://youtu.be/M4MgLixMrz8?t=1026


Le secteur nucléaire est producteur de GES,notamment à travers l'extraction du minerai,la construction des centrales,leurs entretiens,leurs démantèlements etc...ce qui est très loin d'être neutre!
Si il existe des millénaires de réserves de thorium,nous avons plus d'un milliards d'années de solaire devant nous! 8)
Toutefois l'argument des réserves n'a guère de sens car la génération 4 n'est qu'un "amuse bouche" pour préparer le saut énergétique vers la fusion...
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5123
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 138

Re: Thorium: l'avenir du nucléaire?

Message non lupar Ahmed » 20/01/17, 22:37

Le secteur nucléaire est producteur de GES, notamment à travers l'extraction du minerai, la construction des centrales, leurs entretiens, leurs démantèlements, etc... ce qui est très loin d'être neutre!

Jancovici est peu disert (ce n'est bien sûr pas le seul) sur cet aspect des choses pourtant indiscutable...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités