Economie et finance, durabilité, croissance, PIB, fiscalités écologiquesHervé Kempf: la dictature du PIB et limites de la croissance

Economie actuelle et développement durable sont-ils compatibles? PIB, croissance (à tout prix), développement économique, inflation...Comment concillier l'économie actuelle avec l'environnement et le développement durable.
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 45126
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 161
Contact :

Hervé Kempf: la dictature du PIB et limites de la croissance

Message non lupar Christophe » 02/02/09, 00:36

Après l'excellent article de Gegard Mermet, le monde en publie encore un qui met un coup de pied dans la fourmillière!! Alors le Monde, 1er masstream media (r)éveilleur des consciences...pour sauver le monde? :mrgreen:

Dépasser la dictature du PIB LE MONDE | 31.01.09 | 14h49

Prononcez le mot de "décroissance" devant un économiste, et vous le verrez lever les yeux au ciel, vous accuser de vouloir la misère du tiers-monde et, vraisemblablement, tourner les talons en fulminant contre les écologistes rétrogrades. Mais il se trouve que... nous sommes déjà en décroissance. Par la crise, qui fait reculer pour la première fois depuis longtemps le niveau du produit intérieur brut (PIB) ? Non. Du fait de l'atteinte continue que l'humanité inflige au capital naturel de la planète, c'est-à-dire à l'ensemble des ressources biologiques qui servent de support à ses activités.

Dossiers, archives, fiches pays... toutes les chances de réussir !
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts
Sur le même sujet
Compte rendu Doris Lessing et le cauchemar d'un monde sans eau
Essai "L'Autonomie brisée. Bioéthique et philosophie", de Corine Pelluchon
Forum Littérature

Mais, si cette atteinte est documentée par des milliers d'études sur le changement climatique, la crise de la biodiversité, la multiplication des pollutions, elle souffrait de ne pas pouvoir être synthétisée par un indicateur significatif. Rien à opposer au règne du PIB - qui en est venu à devenir le fétiche de l'enrichissement et du bien-être. Hausse du PIB, bien. Baisse du PIB, mal. Et quand le PIB monte, et que pourtant, la société exhibe de manière de plus en plus manifeste ses malaises et ses tensions, c'est... qu'il ne monte pas assez ! Quant à la crise écologique, eh bien, c'est une autre affaire, que le PIB ne peut pas mesurer, et qui est donc secondaire...

NOUVEAUX INDICATEURS

De la même manière qu'il a fallu passer de la médecine des docteurs moqués par Molière à la médecine infectieuse inspirée par Pasteur, de même il faut passer d'une "science économique" à une vision de la société humaine au XXIe siècle qui pense la prospérité générale en relation avec son environnement. Il y faut, pour commencer, de nouveaux indicateurs. La bonne nouvelle est que, depuis une dizaine d'années, un tel indice s'est progressivement développé et affermi : "l'empreinte écologique" suscite un intérêt croissant dans les milieux académiques.

Le livre d'Aurélien Boutaud et Natacha Gondran vient donc à point : expliquant en termes clairs et rigoureux la méthode élaborée par Mathis Wackernagel et William Rees depuis une dizaine d'années, il est à notre connaissance la première présentation en français de cet outil essentiel. L'exposé commence par la question première : "En quoi la capacité de l'environnement à répondre à nos besoins actuels et à venir est-elle limitée ?" Pour le comprendre, un rappel du fonctionnement général de la biosphère souligne le jeu des interrelations qui s'y établissent et que l'énergie en est fournie par le Soleil, à travers différentes formes dont celle, essentielle, de la photosynthèse.

L'économie est ramenée à la modestie : "La sphère des activités humaines ("l'éconosphère") est intimement dépendante de la biosphère dont elle tire son énergie et ses matières premières." Donc, "l'activité humaine ne saurait continuer à se développer sur le long terme si la biosphère venait à être trop gravement endommagée". Mais "l'éconosphère mobilise-t-elle aujourd'hui davantage de services issus de la biosphère que celle-ci peut en régénérer ?"

Pour répondre, il faut comparer la quantité consommée et la quantité fournie. C'est ce que va faire la méthode de l'empreinte écologique, en ramenant les types d'écosystèmes (forêts, terres cultivées, pâturages...) à une unité commune, l'"hectare global". Celui-ci est à la fois producteur de biomasse et assimilateur de gaz carbonique, principal gaz à effet de serre. La méthode parvient ainsi à définir l'empreinte écologique des différents pays ou de la Terre entière.

Bien sûr, l'empreinte écologique présente des lacunes, que l'ouvrage ne manque pas de signaler : elle laisse de côté matières minérales, eau, éléments toxiques et déchets radioactifs et accorde peu de place à l'érosion de la biodiversité. Mais elle n'en constitue pas moins un outil qui nous permet de comprendre que... les limites sont dépassées. Depuis 1987, selon cet indice, l'humanité consomme plus de services naturels que la biosphère ne peut en regénérer, c'est-à-dire consomme son capital naturel. La question suivant logiquement, à laquelle ne répond pas l'empreinte écologique, est celle de la dimension du capital naturel. Autrement dit : combien de temps cela peut-il durer sans catastrophe générale ? Economistes écologistes, au travail !

L'Empreinte écologique, d'Aurélien Boutaud et Natacha Gondran, La Découverte "Repères", 128 p., 9,50 €. Inédit.

Hervé Kempf


Source
0 x




Avatar de l’utilisateur
minguinhirigue
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 447
Inscription : 01/05/08, 21:30
Localisation : Strasbourg
x 1

Message non lupar minguinhirigue » 02/02/09, 00:53

Il y a des discussions sur la manière dont élargir l'empreinte écologique aux autres domaines de la biosphère (pollution, eau, ressources minérales...) mais rien qui fasse consensus aujourd'hui.

Une réflexion amusante néanmois avec cette outils : la mégalopole japonaise a 200 hab/ha en moyenne, avec un empreinte écologique moyenne de 9 ha/hab en 2003 (WWF si je me souvient bien... mais il est tard alors e vérifirai...) : chaque hectare de la mégalopole japonaise moyenne emprunte donc le capital de 1799 hectares vierges !
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 45126
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 161
Contact :

Re: Hervé Kempf: la dictature du PIB et limites de la croissance

Message non lupar Christophe » 17/05/17, 21:02

Tiens on dirait qu'ils se réveillent outre-atlantique: https://www.lesechos.fr/monde/etats-uni ... 087180.php (bon moins lié à l'écologie qu'à l'économie version UBER ou 2.0 mais bon c'est déjà ça...)

PIB : et si les instruments de mesure étaient dépassés ?

Plusieurs anciens et actuels responsables des statistiques économiques américaines mettent en doute l'efficacité de leur système de calcul.


Et si le thermomètre économique était cassé ? C'est ce que laissent entendre plusieurs anciens et actuels responsables des statistiques américaines à propos du PIB et de l'inflation. Selon eux, les méthodes de calcul des principaux indicateurs sont obsolètes, faute d'avoir réussi à intégrer les spécificités de la nouvelle économie.

Dans des déclarations à la presse et un article conjoint dans la revue scientifique de l'Association américaine de prospective économique, les cinq statisticiens expliquent qu'il existe des biais dans le calcul de l'indice des prix, c'est-à-dire l'inflation, et de la croissance américaine.

Ces erreurs conduisent notamment à une sous-estimation de la "croissance réelle" de la première économie mondiale, qui a enregistré un léger ralentissement au premier trimestre.

(...)
0 x
Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 624
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 19

Re: Hervé Kempf: la dictature du PIB et limites de la croissance

Message non lupar Exnihiloest » 17/05/17, 21:20

Même si sa méthode est plus ou moins scientifique, l'économie n'est pas une science : complexité de causes multifactorielles, éléments non tous quantifiables, facteurs humains bien trop nombreux, prépondérants et aux effets de seuils imprévisibles à cause de l'évolution des sociétés, pas étonnant que son système de calcul prête à caution, les modèles ne peuvent être que très grossiers.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Flytox
Modérateur
Modérateur
Messages : 12033
Inscription : 13/02/07, 22:38
Localisation : Bayonne
x 131

Re: Hervé Kempf: la dictature du PIB et limites de la croissance

Message non lupar Flytox » 17/05/17, 23:20

Peut être que les Ricain ont besoin de changer cet outil s'il n'est plus capable de dire qu'ils sont la première économie du monde....Il n'y a que la première place qui compte pour eux. Passer après la Chine, c'est offensant! :mrgreen:
2 x
La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie.
[Eugène Ionesco]
http://www.editions-harmattan.fr/index. ... te&no=4132


Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 45126
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 161
Contact :

Re: Hervé Kempf: la dictature du PIB et limites de la croissance

Message non lupar Christophe » 18/05/17, 17:19

Flytox a écrit :Peut être que les Ricain ont besoin de changer cet outil s'il n'est plus capable de dire qu'ils sont la première économie du monde....Il n'y a que la première place qui compte pour eux. Passer après la Chine, c'est offensant! :mrgreen:


Cpacon :)

J'avais pas vu la chose de ce point de vue là :)
0 x
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Economie et finance, durabilité, croissance, PIB, fiscalités écologiques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités