Catastrophes humanitaires, naturelles, climatiques et industriellesLa 6 iéme extinction

Les catastrophes humanitaires (dont les guerres et conflits liés aux ressources), naturelles, du climat et industrielles (sauf accident nucléaire ou pétrolier qui sont dans le forum énergies fossiles et nucléaire). Pollution de la mer et des océans.
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2809
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 96

La 6 iéme extinction

Message non lupar moinsdewatt » 30/08/15, 15:18

La 6ème extinction
Comment l'homme détruit la vie, Prix Pulitzer 2015 en catégorie non fiction - Elisabeth Kolbert (Auteur) - Marcel Blanc (Traduction) - Paru le 14 août 2015 - Essai (broché)

Image

RÉSUMÉ LA 6ÈME EXTINCTION

PRIX PULITZER. "Une histoire claire et extremement complete des extinctions de masse en meme temps qu'une merveilleuse evocation de la complexite de la vie.
Depuis l'apparition de la vie sur Terre, il y a eu cinq extinctions massives d'especes. Aujourd'hui, les scientifiques estiment que notre planete est en train de vivre la sixieme, la plus devastatrice depuis la disparition des dinosaures. Mais cette fois, c'est l'homme qui en est la cause.Pour prendre toute la mesure de ce moment critique, Elizabeth Kolbert a mene une enquete passionnante sur la grande histoire de la vie terrestre, en remontant aux decouvertes de Cuvier et Darwin, et sur le peril imminent qui la guette. Des iles du Pacifique jusqu'au Museum national d'histoire naturelle de Paris en passant par la foret amazonienne, elle est partie a la rencontre des scientifiques qui enregistrent chaque jour de nouveaux indices d'une realite implacable.Avec ce livre majeur, salue dans le monde entier comme un evenement, Elizabeth Kolbert signe d'une plume alerte et lumineuse le reportage le plus saisissant sur le sujet. Elle montre que l'humanite ne peut plus ignorer la crise environnementale, au risque de disparaitre a son tour.


LE MOT DE L'ÉDITEUR LA 6ÈME EXTINCTION

Depuis l’apparition de la vie sur Terre, il y a eu cinq extinctions massives d’espèces. Aujourd’hui, les scientifiques estiment que notre planète est en train de vivre la sixième, la plus dévastatrice depuis la disparition des dinosaures. Tous les jours, sous nos yeux, parfois même dans notre jardin, des espèces s’éteignent. Mais cette fois, c’est l’homme, et l’homme seul, qui en est la cause.
Pour prendre toute la mesure du moment critique que nous sommes en train de traverser, Elizabeth Kolbert se livre à une enquête passionnante sur la grande histoire de la vie terrestre, en remontant aux découvertes de Cuvier et Darwin, et le péril imminent qui la guette. Des îles du Pacifique jusqu’au Muséum d’histoire naturelle de Paris en passant par la forêt amazonienne, elle part à la rencontre des scientifiques de terrain qui enregistrent chaque jour de nouveaux indices d’une réalité qu’on ne peut plus nier.
Avec ce livre majeur, salué dans le monde entier comme un événement, Elizabeth Kolbert signe d’une plume alerte et lumineuse le reportage le plus saisissant sur le sujet. Elle montre que l’humanité ne peut plus ignorer la crise environnementale, au risque de disparaître à son tour.

Elizabeth Kolbert est journaliste au New Yorker.



http://livre.fnac.com/a8272899/Elisabet ... icheResume
0 x




moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2809
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 96

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar moinsdewatt » 18/06/16, 13:42

Le lynx d'Espagne, le félin le plus menacé au monde

le 11/09/2013

Le lynx d'Espagne est le félin le plus menacé d'extinction au monde. Sa population à l'état sauvage est estimée à seulement 250 individus, répartis dans deux régions du sud de l'Espagne. Les auteurs d'une étude espagnole parue fin juillet dans Nature Climate Change, citée par Sciences et Avenir, s'alarment de ces chiffres. Le lynx pardelle est classé en danger critique d'extinction dans la Liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), soit l'ultime stade avant que l'espèce soit considérée comme éteinte à l'état sauvage, explique ce reportage de France 2 diffusé mardi 10 septembre.

Ces gros chats tachetés, qui peuvent mesurer jusqu'à un mètre de long et peser 15 kilos, n'occupaient plus que 1 200 km2 en 2005, contre 40 600 km2 dans les années 1950. Le déclin du lynx s'explique en premier lieu par la disparition de sa principale source d'alimentation : les lapins, pour plus de 80%, décimés par la myxomatose dans les années 1950, et plus récemment par la maladie hémorragique du lapin (RHD).

Selon cette étude, le réchauffement climatique va encore accroître les menaces pesant sur la survie de cette espèce, et pourrait conduire à sa disparition dans les 50 ans qui viennent. Les changements attendus arriveront trop rapidement pour permettre au lynx de s'adapter ou de se déplacer vers des régions plus favorables.

http://www.francetvinfo.fr/monde/enviro ... 08673.html

Image

Image

http://www.especes-menacees.fr/lynx-pardelle/
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2809
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 96

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar moinsdewatt » 19/01/17, 19:35

60 % des espèces de primates sont menacées

Le 19.01.2017

Selon une étude alarmante signée par 31 chercheurs, environ 60 % des espèces de primates seraient menacées d'extinction.

ALARME. Qu'ils soient petits ou grands, tous les primates subissent la dévastation de leur habitat par les activités humaines. Selon une recherche parue le 18 janvier 2017 dans la revue américaine Science Advances, 60 % des espèces de primates seraient désormais menacées d'extinction. Ce sont les travaux de pas moins de 31 primatologues qui font état de cette découverte alarmante. "La vérité, c'est que nous sommes à un moment critique pour un grand nombre de ces créatures", juge Paul Garber, professeur d'anthropologie à l'Université d'Illinois, principal co-auteur avec Alejandro Estrada, de l'université nationale autonome de Mexico. En plus des espèces menacées d'extinction, les chercheurs ont constaté que 75% des espèces voyaient leur population décliner.

Des populations de quelques individus

Plusieurs espèces comme les lémurs à queue annelée (Lemur catta), les colobes rouges (Piliocolobus badius), les singes à nez retroussé (Rinopithecus roxellana), les semnopithèques à tête blanche (Trachypithecus vetulus) et les gorilles de Grauer (Gorilla beringei graueri), ont des populations très réduites de seulement quelques milliers d'individus. Malheureusement, ces espèces sont loin d'être les moins bien loties. En effet, selon cette étude, il ne resterait par exemple plus que trente gibbons d'Hainan (Nomascus hainanus). Les orangs-outangs de Sumatra (Pongo abelii) sont quant à eux en danger extrême de disparition après avoir perdu 60 % de leur habitat entre 1985 et 2007. "Ces espèces sont confrontées à un ensemble de menaces dont la chasse, le commerce illégal d'animaux de compagnie et la perte de leur habitat, les humains continuant de couper des arbres dans les forêts tropicales, de construire des routes et d'exploiter des mines", déplore le professeur Garber. Des activités menées "d'une manière inutilement destructrice et non-durable". "Tristement, au cours des 25 prochaines années, un grand nombre de ces espèces de primates disparaîtront à moins que nous ne fassions de leur préservation, une priorité mondiale", plaide le primatologue. Seulement quatre pays (le Brésil, l'Indonésie, Madagascar et la RDC) abritent les deux-tiers de toutes les espèces de primates que compte la planète. Ils constituent donc de manière évidente les zones à cibler pour mettre en œuvre des mesures afin d'arrêter, voire peut-être même d'inverser le phénomène d'extinction des primates.

Agriculture, exploitation minière et forages pétroliers

La perte d'habitat de ces animaux est souvent liée à des taux élevés de croissance démographique et à la pauvreté des populations vivant à proximité. Alors pour le professeur Garber, il est évident que "s'attaquer à la pauvreté locale et réduire la croissance de la population sont indispensables pour la préservation des primates"."Développer des économies fondées sur la conservation des forêts et des primates qui y vivent tout en augmentant les possibilités d'éducation des femmes des populations locales seraient des mesures qui commenceraient à répondre à certaines des plus grandes menaces à la survie des primates", estime-t-il. Pour le moment, l'agriculture construit la plus grande menace pour ces animaux. En effet, selon l'étude, entre 1990 et 2010, l'expansion des zones agricoles dans des régions abritant des primates a été de 1,5 millions de km2, soit une aire égale à trois fois la superficie de la France. "Les pratiques agricoles sont perturbatrices et détruisent des habitats vitaux de 76 % de toutes les espèces de primates sur la Terre", poursuit le chercheur. Il cite en particulier la production d'huile de palme, de soja et de caoutchouc ainsi que l'exploitation forestière et l'élevage qui ont entraîné la destruction de plusieurs millions d'hectares de forêts. En outre, l'exploitation minière et le forage pétrolier contribuent aussi largement à la destruction des forêts qui abritent les primates. Les chercheurs demandent une mobilisation collective pour protéger ces animaux rappelant que "les primates sont terriblement importants pour l'humanité".

http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/ ... ees_109884
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2809
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 96

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar moinsdewatt » 21/01/17, 19:38

Image

RHINO VOLANT. Profondément endormi, les yeux bandés et les pattes solidement attachées à l'hélicoptère qui le transporte dans les airs, ce rhinocéros noir d'Afrique du Sud aura sans doute tout oublié de son singulier baptême de l'air. Un voyage à haut risque, du bush vers un endroit tenu secret, pour essayer de le sauver d'une mort certaine sous les balles des braconniers et des trafiquants prêts à payer des fortunes pour obtenir sa corne écoulée principalement au profit de la médecine traditionnelle asiatique. Evaluées à 50 000 dollars le kilo au marché noir, les cornes de ces paisibles herbivores sont devenues pour eux une véritable malédiction. En 2015, 1 342 de ces pachydermes ont été tués en Afrique. Et rien, pour l'instant, ne permet vraiment d'arrêter le massacre.


le 24h photo du Figaro
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4821
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 65

Re: La 6 iéme extinction

Message non lupar sen-no-sen » 21/01/17, 20:43

Malheureusement je ne vois pas comment dans le cadre actuel la disparition des espèces pourrait être enrayé.
Toutes ses mesures de sauvegarde sont un pis aller face à l'écocide mondiale dont l'ampleur augmente de jour en jour.
Peut être serait il urgent de comprendre que cette destruction est en réalité "logique",et que la prochaine étape est celle de notre disparition...
1 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Catastrophes humanitaires, naturelles, climatiques et industrielles »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité