Le bistrot: vie du site, loisirs et détente, humour et convivialitéL’Internet change notre vision du monde…

Les développements du forums et du site. Humour et convivialité entre les membres du forum - Tout est n'importe quoi - Présentation des nouveaux membres inscrits Détente, temps libre, loisirs, sports, vacances, passions...Que faites vous de votre temps libre? Forum d'échanges sur nos passions, activités, loisirs...créatifs ou récréatifs!
Avatar de l’utilisateur
bojourvous5094
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 212
Inscription : 20/03/05, 20:11
Localisation : LÉVIS, QUÉBEC

L’Internet change notre vision du monde…

Message non lupar bojourvous5094 » 12/03/06, 21:14

Depuis toujours, l’information a été unidirectionnelle. Souvent la censure a nuie à l’évolution de notre humanité. Il y avait les détenteurs de la vérité et les autres… :evil:
La radio et la TV ont accélérés la vitesse de l’information, mais ils demeuraient unidirectionnels et monopolisés par les pouvoirs. :frown:

LA RÉVOLUTION DE L’INTERNET : :idea:

1) A ouvert la possibilité à tous ceux qui ont accès au Réseau d’échanger un volume d’informations toujours croissant et impossible à contrôler à ce jour…C’est la démocratie de l’information. :lol:

2) Le Réseau permet de communiquer de l’information bidirectionnelle en temps réel n’importe où sur la planète…

3) La distance n’a plus d’importance, l’information se propage à haute vitesse…

4) Nous sommes toujours aussi loin des autres pays, mais nous nous sentons plus proches, plus accessibles que jamais…

5) L’Internet a changé la façon de diffuser la connaissance… :idea:
0 x




Neant
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 298
Inscription : 12/02/06, 12:47

Message non lupar Neant » 14/03/06, 20:31

Et à juste titre, regardez ce qui se prépare, et là c'est plus que grave, faut faire circuler l'info, serieux, c'est flippant.
******************************************

Après le P2P, le journalisme citoyen dans le collimateur du ministre ?
Par Guillaume Champeau (agoravox)

Cet article a été rédigé par un reporter d'AgoraVox, le journal média citoyen qui vous donne la parole.


Ce mardi à 15h doit reprendre à l'Assemblée nationale la discussion sur le projet de loi sur le droit d'auteur dans la société de l'information (DADVSI). Alors que les manoeuvres du ministre de la Culture ont été condamnées jusque dans les rangs de l'UMP, une déclaration de Renaud Donnedieu de Vabres nous fait craindre bien pire encore pour notre avenir, y compris celui d'AgoraVox.


Nous sommes tous concernés au plus haut point par le projet de loi sur le droit d'auteur dans la société de l'information. Car au-delà du droit d'auteur, c'est toute la liberté d'expression qui est menacée à terme, et notre liberté à seconder les médias traditionnels.

Nous l'avons souvent répété sur Ratiatum, le peer-to-peer et le journalisme citoyen sont deux sujets extrêmement proches dans leurs causes et dans leurs conséquences. Le journalisme citoyen, dominé en France par le journal en ligne Agoravox.fr, est un mouvement qui fait de milliers d'internautes les premiers reporters d'évènements et souvent les meilleurs commentateurs. Comme l'explique Dan Gillmor, gourou du journalisme citoyen aux Etats-Unis, lorsqu'un rédacteur écrit un article sur Internet, il est toujours certain que des lecteurs seront mieux informés que lui. Le journaliste, spécialiste de tout mais expert en rien, se trouve confronté aux réponses immédiates de milliers d'experts dans les sujets qu'ils traitent. Les journalistes traditionnels sont habitués à une information monodirectionnelle, d'eux vers le lecteur. Les journalistes citoyens au contraire, veulent engager des conversations et attendent de leurs lecteurs qu'ils les instruisent davantage. La relation entre le rédacteur et l'auteur, et la manière d'aborder le journalisme, s'en trouvent totalement bouleversées.

Surtout, nous le disions, le journalisme citoyen et le P2P ont les mêmes causes et les mêmes conséquences. Grâce au réseau, les internautes deviennent eux-mêmes producteurs et distributeurs (de contenus ou d'information) et les producteurs et distributeurs traditionnels perdent la concentration qui assurait leur monopole.

Là où une dizaine de quotidiens au plus diffusent toute l'information, la blogosphère se compose de millions d'internautes qui témoignent, informent, et analysent. Le monopole des grands journaux, des radios et des télévisions se trouve menacé par cette déconcentration de l'offre informationnelle.

Sans doute est-ce pour le mieux, et là où les maisons de disques et les distributeurs peuvent se réfugier derrière le droit d'auteur pour refuser d'évoluer, les journaux n'ont aucun droit de propriété sur l'information. Les médias traditionnels seront obligés de se réformer s'ils veulent survivre à l'heure d'Internet, et beaucoup ont déjà amorcé cette transition.

Attention, ce train peut en cacher un autre

Mais Renaud Donnedieu de Vabres, déjà très impopulaire pour le DADVSI, semble vouloir encore protéger les grands médias. "Ce texte pour moi, n'est d'ailleurs que le premier d'une longue série d'adaptations de notre droit à l'ère numérique et je compte bien, par exemple, m'attaquer un jour au problème de la presse et de l'Internet", prévient ainsi le ministre dans une interview à Libération. "C'est un autre sujet capital parce qu'il n'y aura pas d'informations de qualité sur l'Internet sans de vraies signatures, de vrais acteurs dont c'est le métier. L'Internet est une grande chance, mais je ne veux pas l'idéaliser, et sans un cadre clair, beaucoup de ces chances pourraient être gâchées", explique RDDV.

Qui ne sursaute en lisant que le projet de loi DADVSI est, pour RDDV, "le premier d'une longue série" ?

Mardi matin, RDDV rencontrait Patrick Le Lay, président-directeur général de TF1. Alors que les débats sur DADVSI reprendront l'après-midi, les deux hommes sont convenus sans doute d'éviter d'en faire écho dans le journal de 20h. Au bord du précipice après ses erreurs successives et ses caricatures répétées, RDDV veut éviter tout ce qui pourrait l'y pousser, d'autant plus que le projet de loi semble être devenu otage du CPE, sur décision du premier ministre.


Relisons Dan Gillmor pour mieux comprendre RDDV

Pour comprendre l'interaction, bien plus fine et perverse qu'on ne le croit, entre le droit d'auteur, Internet et le journalisme, il est parfois bon de retourner à quelques lectures de référence. Au hasard (ou presque) d'une lecture de l'introduction du livre We the media de Dan Gillmor, le lecteur ne pourra être qu'interloqué d'autant de clairvoyance sur ce que Renaud Donnedieu de Vabres (RDDV) promet de mettre en place.


Dan Gillmor a été pendant plus de 25 ans journaliste, éditorialiste américain reconnu du Mercury News. Son ouvrage We the media est une référence absolue pour qui s'intéresse au phénomène des médias citoyens, dont il est l'un des précurseurs et l'un des meilleurs spécialistes. Dans l'introduction de cet ouvrage phare, l'auteur s'interroge sur les conséquences des médias citoyens, qui font potentiellement de millions de blogueurs de nouveaux "journalistes". Alors qu'il écarte d'abord le scénario d'une anarchie totale de l'information, Gillmor craint l'arrivée d'un deuxième scénario, d'un monde de musellement de l'information. Page XVII, on peut ainsi lire : (traduction)


"Dans ce scénario, nous pourrions être témoins d'une alliance redoutable entre l'industrie du divertissement - ce que j'appelle 'le cartel du copyright', et du gouvernement. Les gouvernements sont très mal à l'aise face à la libre-circulation de l'information, et ne la permettent que dans une certaine mesure. Les réformes législatives restrictives et les mesures techniques pour empêcher la violation de droit d'auteur pourraient mener un jour à devoir demander la permission pour publier, ou alors à ce que publier hors des sentiers battus semble trop risqué. Le cartel a ciblé certaines des innovations essentielles pour les actualités de demain, telles que le partage des fichiers qui facilite effectivement la violation de droits d'auteur mais qui offre aussi aux journalistes citoyens l'un des seuls moyens abordables pour distribuer ce qu'ils créent. Le gouvernement insiste sur le droit de tracer tout ce que nous faisons, mais de plus en plus d'hommes politiques et de bureaucrates ferment l'accès à ce que le public doit savoir - l'information qui fait de plus en plus surface à travers les efforts des médias non traditionnels".


De quoi mettre en lumière les récentes déclarations du ministre de la Culture... et surtout de quoi faire peur. A la veille des discussions sur la DADVSI, il aurait été paranoïaque d'y croire. Aujourd'hui et après cette déclaration du ministre de la Culture, il serait dangereux de ne pas y songer.


Les ramifications du projet de loi sont inconnues, mais au delà d'AgoraVox, c'est la liberté d'expression dans ce qu'elle a de plus cher qui est menacée.

Seules des actions symboliques concrètes, qui feront sortir les internautes de l'invisibilité médiatique d'Internet, semblent désormais capables de convaincre le gouvernement de faire marche arrière. Il semble plus important que jamais de bloquer le train DADVSI qui traîne derrière lui nombre de wagons encore inconnus.

Amis lecteurs et rédacteurs d'AgoraVox, pesez de tout votre poids pour que l'avenir dessiné par Renaud Donnedieu de Vabres ne se réalise pas.
***********************************
A vos réactions
0 x
Avatar de l’utilisateur
krissg29
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 80
Inscription : 07/11/04, 21:26
Localisation : Centre-Finistère

Message non lupar krissg29 » 14/03/06, 22:41

Première chose à faire: enregistrer tout ce qui vous parait intéressant sur le net! (je parle pas des CD d'artistes ou autre, mais des informations)
ça sera toujours ça de sauvé quelque part en cas de censure.

Je crois qu'on en avait déjà parlé sur un autre sujet à propos des sites intéressants qui "disparaissaient".

un logiciel très efficace pour pomper
http://www.httrack.com/
0 x
Il ne faut pas confondre ingénieur et ingénieux
Bibiphoque
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 749
Inscription : 31/03/04, 07:37
Localisation : Bruxelles

Message non lupar Bibiphoque » 15/03/06, 09:40

Salut,
Il existe aussi un projet de loi européenne qui interdirait les mentions genre "bon pour la santé" sur les compléments allimentaires comme les vitamines, qui interdirait aussi toute information relative à la santé qui ne serait pas "officielle", ce qui veut dire que toutes les informations pour se soigner soi-même par les plantes, par exemple, seraient banies sur tous les supports et sur le net. ( ça deviendrait illégal) :shock:
C'est vraiment faire des gens des moutons, forcés dans un même moule par des reglementations idiotes faites uniquement dans le but de favoriser les gros industriels de la pharmacie !! un vrai scandale.
:x @+
0 x
Ce n'est pas parce qu'on dit depuis toujours que c'est impossible qu'il ne faut pas essayer :)
Neant
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 298
Inscription : 12/02/06, 12:47

Message non lupar Neant » 15/03/06, 10:00

Si la société s'engage sur ces chemins, et que personne ne réussit à changer cet avenir incertain que l'on nous dessine, la question se pose, à quoi bon vivre? :frown:
0 x


Avatar de l’utilisateur
bojourvous5094
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 212
Inscription : 20/03/05, 20:11
Localisation : LÉVIS, QUÉBEC

Message non lupar bojourvous5094 » 15/03/06, 15:48

Paldeolien a écrit :Si la société s'engage sur ces chemins, et que personne ne réussit à changer cet avenir incertain que l'on nous dessine, la question se pose, à quoi bon vivre? :frown:

____________________________________________________

Trouver la paix en soi…. 8)
J’ai quelques années d’expérience de vie… Selon ma perception nous vivons à une époque où le temps s’accélère de plus en plus … Les gens ont de moins en moins de temps pour réfléchir aux vraies questions… Le sens de la vie et de la mort. La vie pour moi est une école, j’ai 54 ans et j’ai l’impression parfois que j’ai tellement de choses à apprendre… Ce qui me donne confiance, c’est que nous pouvons revenir sur cette planète autant de fois que nous voulons. Oui, nous nous réincarnons plusieurs fois si nécessaire… Sans cela, la vie n’a aucun sens… J’apprend toute ma vie et quand enfin je pense avoir compris, je suis devenu vieux et incapable de mettre en pratique ce que j’ai mis si longtemps à intégrer…
J’aurai donc la chance de continuer mes classes dans une autre vie et apprendre encore à devenir meilleur… On ne devient pas Mozart, même en pratiquant et en jouant toute une vie….
Il en faut plusieurs pour atteindre un tel niveau d’excellence !!!
Nous avons tous un chemin de vie propre et nos leçons particulières…
Quant à l’époque actuelle, nous sommes dans le « virage global » si je peux dire…. Ce n’est pas facile pour tout le monde…Mais nous avons en nous, tous les outils pour traverser toutes les épreuves placées sur notre chemin…
_________________________

AU COURS D’UN RÊVE…….... 8)

Une mer très tourmentée et déchaînée,
avec des vagues hautes comme des
montagnes, me fut montrée. Puis je
m'aperçus que, sous la surface, régnaient
une paix et un calme merveilleux.
J'entendis ces mots:

Cherche au fond de toi et trouve cette
paix qui dépasse tout entendement;
conserve-la, ce qui se passe au-dehors
importe peu.
_________________________
0 x
Avatar de l’utilisateur
bojourvous5094
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 212
Inscription : 20/03/05, 20:11
Localisation : LÉVIS, QUÉBEC

Message non lupar bojourvous5094 » 15/03/06, 16:32

Bibiphoque a écrit :Salut,
Il existe aussi un projet de loi européenne qui interdirait les mentions genre "bon pour la santé" sur les compléments allimentaires comme les vitamines, qui interdirait aussi toute information relative à la santé qui ne serait pas "officielle", ce qui veut dire que toutes les informations pour se soigner soi-même par les plantes, par exemple, seraient banies sur tous les supports et sur le net. ( ça deviendrait illégal) :shock:
:x @+

_________________________________________________

Si tu me permets, je vais te donner quelques indications sur les produits naturels…. Je dois dire que je demeure au Québec, donc nos règlements varient d’un pays à l’autre, mais certains points doivent être communs dans tous les pays…
Souvent, ceux qui font la promotion de produits naturels vantent les qualités médicinales de leurs ingrédients… C’est très risqué… Les entreprises ici, vendent ces produits comme «suppléments alimentaires »

Pourquoi ?
La réponse est simple……….
les règlements sur les suppléments alimentaires est à peu près la même que « les aliments ». Mais quand on donne des propriétés médicales à un produit, on se retrouve ici, face au Collège des médecins, Santé Canada et l’industrie pharmaceutique… Je n’ai pas besoin de dire la puissance légale de ces organismes qui paient des batteries d’avocats à plein temps pour garder le monopole des médicaments… Tous ceux qui touchent à leur territoire avec un produit naturel vont passés sous le rouleau compresseur………..

Certaines entreprises très intéressées à vendre des produits naturels ont contournées la Loi d’une façon légale en vendant des suppléments alimentaires beaucoup moins réglementés…….. Si tu regardes sur les tablettes de ces suppléments tu vas voir de tout !!!! D’autres on compris l’astuce qui permet la vente de ces produits… Au Québec, les pharmacies vendent beaucoup de suppléments et ce sont eux également qui en défendent maintenant la mise en marché….. Ils ont plusieurs tablettes remplies de suppléments et les profits sont en conséquence…… Ceci a eu pour effet de rendre très difficile le blocage systématique des produits naturels…… :P

Également, notre gouvernement, ayant des coûts de santé qui dépasse 30% de son budget, est obligé de tolérer la pratique de médecins alternatives et la vente de produits naturels….. Il veut bien réglementer, mais il ne veut pas payer, il se retrouve dans l’obligation de « laisser faire » c’est la force des choses qui ouvrent les portes aux changements dans nos systèmes….. :lol: @ +

____________________________
0 x
Andre
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 3787
Inscription : 17/03/05, 02:35

Message non lupar Andre » 15/03/06, 20:20

bien le Bonjourvous 5094

Le cout de la santé et 44% du budget Charrette la dit hier soir au nouvelle, et d'aprés moi cela vas augmenter si je me fie au statistique que je fait sur la population de Richelieu, (Sorel) le groupe d'age viellissant le pic de la population a 50 ans (940 personnes ) actuellement et sur 43 000 élécteurs cela rentre a coup de 450 (age de 18ans) alors qu'ils en décedent annuellement 404 (en 2004)
La moyenne de mortalité dans richelieu et 72,9 ans pour les hommes et 74,3 pour les femmes..


André
0 x
Avatar de l’utilisateur
Misterloxo
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 480
Inscription : 10/02/03, 15:28

Message non lupar Misterloxo » 15/03/06, 21:58

En tout cas, c'est vrai que c'est à Internet que l'on doit tous d'être ici et de pouvoir avoir à autant d'information et d'échanges.

C'est la révolution de l'Information qui précède la révolution énergétique qui précède .... ?

Je vois que bonjourvous est assez spirituel (certains propos ressemblent à ceux de "Kryeon").
Enfin, pour moi ces évolutions (Internet, énergie libre ...) sont liéées à la spiritualité : pas de physique sans métaphysique (je crois que c'est d'Einstein)

@+
0 x
L’apprentissage de la désobéissance est un long cheminement. Il faut toute une vie pour atteindre la perfection. » Maurice Rajsfus
Penser, c’est dire non. » Alain, philosophe
Avatar de l’utilisateur
bojourvous5094
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 212
Inscription : 20/03/05, 20:11
Localisation : LÉVIS, QUÉBEC

Internet du futur...

Message non lupar bojourvous5094 » 23/04/06, 05:07

L'Internet du futur 8)

L'histoire du réseau Internet est celle d'une fabuleuse collaboration entre des gens de domaines totalement différents qui, en combinant leurs efforts, ont réussi à créer ce que nous connaissons aujourd'hui comme étant le World Wide Web. Le consortium Internet2 tente à son tour de combiner les efforts de spécialistes de divers domaines afin de créer l'Internet du futur, le réseau Abilene.

Commençons par un résumé rapide de l'histoire du réseau Internet actuel (commercial). Il a été d'abord principalement créé aux États-Unis. Il est le descendant du réseau ARPANET créé, lui, par l'Advanced Research Projects Agency (ARPA) du département américain de la Défense en 1969. En 1983, le réseau passe au TCP/IP, le protocole de communication actuel d'Internet. En 1986, la National Science Foundation se joint à l'équipe en créant la colonne vertébrale du réseau, soit les connexions entre les universités majeures des États-Unis. Finalement, en août 1991, Tim Berners-Lee annonce son projet d'un réseau mondial accessible à tous : le World Wide Web, popularisé en 1993 par le lancement de Mosaic, le premier véritable navigateur populaire du Web. C'est donc une histoire de collaboration entre l'armée, les universitaires et les informaticiens qui a donné naissance à cet incroyable outil qui fait maintenant partie de la vie de tous les jours.

Internet 2

L'idée derrière la formation du consortium Internet2 est de recréer cet esprit de collaboration à l'origine du réseau Internet afin de créer le réseau de la nouvelle génération. Internet2 est un consortium dont font partie 207 universités qui travaillent en partenariat avec l'industrie informatique et les gouvernements. Ce consortium a pour but de créer un réseau avancé pour la communauté de la recherche scientifique, de développer de nouveaux services révolutionnaires pour Internet et de s'assurer de leur utilisation rapide dans l'Internet conventionnel lorsque ceux-ci sont prêts et testés.

En plus des universités, la communauté d'Internet2 regroupe 70 compagnies et 40 organisations, dont des centres de recherche du gouvernement américain. Tous travaillent en collaboration avec plus de 30 réseaux du genre dans le monde dont CA*net 4 au Canada. Leurs efforts se concentrent entre autres sur de nouvelles applications des réseaux permettant un accès interactif à des ressources d'une façon qui serait impossible par l'Internet traditionnel. L'éducation à distance, l'accès à des instruments scientifiques éloignés, l'accès à d'énormes bases de données et des conférences vidéo interactives à très haute définition sont quelques-unes des utilisations possibles du réseau.

Les nouveautés en développement sur les réseaux d'Internet2 seront utilisées dans le futur sur l'Internet conventionnel. L'un des développements majeurs qui permettra l'expansion de l'Internet commercial sera le IPv6. Il s'agit de la version 6 de l'Internet Protocol (IP). L'une des applications les plus connues de l'Internet Protocol est l'adresse IP. Il s'agit de l'adresse de chacun des ordinateurs et serveurs connectés aux réseaux, un peu comme les adresses de résidence et de bureau. Dans le cas de l'Internet traditionnel, le Ipv4 est présentement utilisé. Celui-ci spécifie une adresse de 4 groupes de 3 chiffres allants de 0 à 255. Par exemple, votre ordinateur pourrait avoir l'adresse suivante : 207.142.131.235.

Ce type d'adresse ne permet que 4 milliards d'adresses IP. Ce nombre est suffisant pour le moment, mais avec le développement informatique partout en Asie et de nouveaux services demandant leurs adresses individuelles, il deviendra insuffisant d'ici 2025. Le IPv6, lui, est composé de 8 groupes de 4 caractères hexadécimaux (chiffres de 0 à 9 et lettres de A à F). Une adresse en IPv6 pourrait être:
2001:0db8:85a3:08d3:1319:8a2e:0370:7334 ; le IPv6 permet la création de 3,4 x 10 38 adresses (34 suivi de 37 zéros). Pour donner une idée de grandeur, on pourrait avec ce système donner 6,7 x 10 17 (670 millions de milliards) d'adresses IP par millimètre carré de la planète. Assez pour durer quelque temps, espérons.

Abilène

Le réseau sur lequel toutes les technologies de l'Internet du futur sont développées par Internet2 s'appelle Abilene. Son nom lui vient d'un tronçon de chemin de fer qui se terminait à Abilene au Kansas dans les années 1860. L'ambitieux projet de chemin de fer du 19e siècle faisait du terminus le plus éloigné de la côte est des États-Unis la frontière du pays en croissance. Les concepteurs du projet pensent que tout comme le réseau ferroviaire a permis l'exploration et le développement de nouvelles technologies et le changement du mode de vie des gens de l'époque, le réseau Abilene transforme le travail des chercheurs et des éducateurs d'aujourd'hui et le monde de demain.

Le tout commença lors d'une cérémonie à la Maison Blanche le 14 avril 1998 où le vice-président de l'époque, Al Gore, annonça le projet. Le réseau fut entièrement déployé en 1999 et permettait des transferts à 2,5 gigabits par seconde. Si l'on compare cette vitesse de transfert à la vitesse des cartes Fast Ethernet, celles-ci ne sont qu'à 100 mégabits, soit environ 250 fois moins rapide. On voit donc tout de suite qu'avec une telle vitesse de transmission de données, beaucoup de choses deviennent possibles. En 2004, la vitesse du réseau Abilene est passée à 10 gigabits par seconde, soit environ 1000 fois plus rapide que l'Internet commercial, ce qui permet de transmettre facilement des vidéoconférences avec de la vidéo haute définition.

La participation au réseau Abilene n'est pas gratuite : il en coûtera 28 500 $US aux universités et aux grandes entreprises pour avoir accès au réseau et 11 500 $US aux plus petites entreprises et aux membres affiliés. Les membres se doivent aussi de respecter un code de conduite qui n'autorise aucune activité commerciale sur le réseau Abilene. Les universités et les compagnies doivent s'assurer que ce type d'utilisation passe par l'Internet conventionnel et que seule l'utilisation pour la recherche utilise le haut débit d'Abilene. Il s'agit là d'une surveillance assez difficile à mettre en place puisque, dernièrement, 405 étudiants ont été accusés par la RIAA (Industrie américaine du disque) d'utilisation illégale du réseau Abilene pour l'échange de fichiers musicaux protégés par les droits d'auteurs, un peu comme sur le réseau Internet.

CA*net 4 8)

Du côté canadien, un réseau semblable se développe aussi. Canarie, un organisme sans but lucratif soutenu par ses membres, par ses partenaires de projet et par le gouvernement fédéral, a pour mission d'accélérer l'aménagement et l'utilisation de l'Internet évolué au Canada en encourageant l'adoption généralisée de réseaux plus rapides et plus efficaces et en préparant la prochaine génération de produits, d'applications et de services évolués. Une mission semblable à Internet2 avec un réseau semblable à Abilene, le CA*net 4 qui roule, lui aussi, à 10 gigabits par seconde.

L'une des applications directes de ce réseau est le développement d'un réseau de vidéoconférence haute définition et sans délai à l'Université McGill de Montréal : l'Ultravideo Conférence. Ce système permet à ses utilisateurs de discuter en temps réel d'une ville à l'autre par l'entremise de 3 écrans géants de 64 pouces. Ce système sera testé sous peu, mais un système précédant a déjà démontré qu'il était même possible de jouer de la musique en duo par ce système tant le son est clair et le délai à peine perceptible. Voilà l'une des nombreuses applications des super réseaux qui travaillent à forger l'Internet de demain.
Par Jean-François Gélinas
Source:
http://www.quebecmicro.com/dossier_juillet.php
0 x
Nous récoltons ce que nous semons...
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


Revenir vers « Le bistrot: vie du site, loisirs et détente, humour et convivialité »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité