Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 9068
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1382

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 14/02/17, 15:29

Champignons : j'hallucine !

Un auditeur sur Youtube a attiré mon attention sur ce site.

Du boulot en perspective, mais qui étaye ce qui jusque là n'était parfois que mes "convictions" !

Pour ceux qui lisent l'anglais :

https://phys.org/news/2017-02-nature-fu ... ships.html

Un extrait traduit :

«Les champignons se révèlent jouer un rôle très important dans la restauration de la nature, semblant conduire le développement de nouveaux réseaux dans le sol. Dans les sols agricoles, les hyphes fongiques sont considérablement réduits par le labour par exemple, et par conséquent les bactéries du sol non endommagées ont un avantage et commandent. Les chercheurs ont étudié une série d'anciens champs agricoles qui avaient changé d'utilisation 6 à 30 ans auparavant. Avec le temps, il y a une forte augmentation du rôle des champignons.

Dans le temps, les chercheurs se sont penchés sur la biomasse fongique, mais cela ne vous révèle pas toute ce qui se passe. Après six ans, il y a environ 10% de biomasse fongique et 90% de biomasse des bactéries, mais nous avons découvert que déjà à ce stade, environ la moitié du carbone - qui est la nourriture - va aux champignons. Après 30 ans, cette part représente trois quarts du carbone stocké. Les champignons sont vraiment les pilotes dans les sols naturels. "


Ah, voilà qui me réconforte.

Le terme "plus que bio" prend du sens. Je rappelle que les traitements thermiques des sols ne sont pas interdits par les cahiers des charges. Et que le travail du sol est la règle. Sans parler du compostage qui "envoie le carbone en l'air", directement dans le tas de compost. Je vais pouvoir le changer en "plus malin que le bio" ?
1 x




Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 9068
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1382

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 14/02/17, 15:31

Station météo

Je me suis installé une petite station météo (pour moins de 100 euros), avec capteur de pluie, de vent, températures, humidité...

Et surtout, connectée à l'ordinateur ce qui permet de sauvegarder les données et de les exploiter (connexion USB). De quoi me souvenir un peu plus précisément des évènements météo et d'être plus précis dans mes posts - ayant la flemme de relever un pluviomètre, de tenir un agenda, etc...
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 9068
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1382

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 14/02/17, 18:34

Granulométrie : des précisions

N'ayant plus jamais de granulométrie depuis mes études, et encore, c'était un TP dont je ne me souviens guère, j'ai été à la recherche des infos pour préciser l'un ou l'autre point :

Destruction de la matière organique et des carbonates

Dans un bécher de 1000 ml, peser précisément environ 40,0 g d’échantillon sec de granulométrie inférieur à 2 mm.

Ajouter 10 ml d’acide acétique pour détruire les carbonates [je pense que le vinaigre blanc fera l'affaire - la notice ne dit pas s'il est pur ?]

Ajouter 20 ml de peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée) à 30 % [je viens d'en trouver au rayon "parapharmacie" d'un hypermarché]

Chauffer légèrement la solution sur une plaque chauffante tout en agitant pour démarrer la réaction. La retirer au besoin pour contrôler le dégagement gazeux.

Attendre la fin de la réaction et ajouter 10 ml de peroxyde d’hydrogène. Chauffer légèrement en s’assurant de bien contrôler la réaction.

Répéter l’étape précédente jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’effervescence ou jusqu’à un ajout total de 70 ml de peroxyde d’hydrogène 30 %. Chauffer jusqu’à la fin de la réaction.

Retirer de la plaque chauffante et laisser refroidir. Procéder à la mesure granulométrique.
1 x
sicetaitsimple
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 568
Inscription : 31/10/16, 18:51
x 67

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 14/02/17, 19:19

Did67 a écrit :Granulométrie : des précisions

N'ayant plus jamais de granulométrie depuis mes études, et encore, c'était un TP dont je ne me souviens guère, j'ai été à la recherche des infos pour préciser l'un ou l'autre point :

[


Moi aussi! A l'instant! Norme ISO 11277-2009...."Soil quality — Determination of particle size distribution in mineral soil material — Method by sieving and sedimentation"

Beaucoup plus complexe bien entendu que le protocole "simplifié"... Mais effectivement il faut à un moment chauffer....

Et puis le Calgon ça ne va pas du tout! Extrait: Buffered sodium hexametaphosphate is commonly referred to in the literature as “Calgon”. This is a tradename. The substance sold as such is often not the reagent described in this subclause, is of variable
composition, and shall not be used as a dispersing agent in the method given in this International Standard

Tout bien réfléchi je vais peut-être me contenter du "boudin", qui dans mon cas ne sera jamais un bretzel!
0 x
sicetaitsimple
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 568
Inscription : 31/10/16, 18:51
x 67

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 14/02/17, 19:32

Did67 a écrit :SERRES- TUNNEL

Je viens d'acquérir deux serres-tunnel de 6 m x 6 m...


Bah on n'est pas couché!

Plus sérieusement, ça m'étonnait que tu n'en aies pas. Bon, yapluka! Bon courage, et tu nous raconteras.
0 x


sicetaitsimple
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 568
Inscription : 31/10/16, 18:51
x 67

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 14/02/17, 22:46

Did67 a écrit :
h) je viens d'indiquer que j'ai acheté deux serres-tunnels de 6 m X 6 m. Je pense les aménager ainsi : sous chaque pan, recueillir l'eau dans une gouttière ; regrouper dans une petite cuve enterrée : de là, envoyer avec une pompe vide-cave vers une citerne placé en haut de mon terrain ; de là, laisser un système de goutte-à-goutte à demeure sous le foin, dans la serre ; donc les plantes recevront les pluies naturelles (sauf sol engorgés au printemps ; je coupe la pompe) sous la serre ; c'est un peu d'électricité ; je pourrais fignoler avec du pompage solaire...


Loin de moi l'idée de te faire changer d'avis, malgré tout quelques réflexions:

Personnellement, je récupère de l'eau de pluie via gouttières sur deux pans de toiture d'environ 35 à 40m2 chacun et 2 réservoirs( dédiés à chaque pan) d'environ 400l chacun. Après c'est arrosoir, pas de pompe.Utilisation uniquement dédiée à l'arrosage (pas d'utilisation type WC ou autre).

Clairement cet été ce n'était pas suffisant et de loin, même en Normandie et même pour moins de 100m2 cultivés. Bien entendu pas en serres, qui présentent un besoin particulier.

Par ailleurs, combien vas -tu récupérer d'eau à la période où tu en as besoin? Je pense que sur une serre tunnel plastique, il doit y avoir un "effet tambour",qui fait que beaucoup d'eau, notamment en cas d'orage (ce qui fait une partie importante des apports en été), ne va pas arriver à tes "gouttières".

Si j'étais toi, il me semble que je commencerais par la première phase ( "gouttières" au sol + fosse enterrée), plus arrosoir.

La deuxième ( pompe de relevage + réservoir amont+ canalisation de retour) pouvant venir après en fonction des résultats de la première.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 9068
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1382

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 15/02/17, 09:14

sicetaitsimple a écrit :
Et puis le Calgon ça ne va pas du tout! Extrait: Buffered sodium hexametaphosphate is commonly referred to in the literature as “Calgon”. This is a tradename. The substance sold as such is often not the reagent described in this subclause, is of variable
composition, and shall not be used as a dispersing agent in the method given in this International Standard

Tout bien réfléchi je vais peut-être me contenter du "boudin", qui dans mon cas ne sera jamais un bretzel!


Je pensais que sans être dans les normes, cela irait. De toute façon, c'est approximatif, ne nous leurrons pas ! Mais ce sera nettement mieux que sans "dispersant" du tout, comme beaucoup le font (vu sur le net).

Eh bien vérification faite sur le site du fabricant, le Calgon actuellement en vente ("2 en 1", etc) n'est plus à base de hexamétaphosphate de calcium !!!
0 x
SimonKZ
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 15
Inscription : 13/02/17, 15:17
Localisation : Kazakhstan
x 3

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar SimonKZ » 15/02/17, 09:45

Fix78 a écrit :- Est-ce qu'il y a quelque part des explications pour la taille des arbres fruitiers du paresseux ? pour le moment je n'ai pas l'impression d'avoir trouvé d'équivalent au potager du paresseux, appliqué aux arbres fruitiers ? A part pailler au BRF au sol...


Bonjour Fix78,

Qq remarques de paresseux pour l'arboriculture fruitière (j'ai bossé quelques années en production de pommes):

Si tu n'as pas encore de verger et que tu compte en faire un, je te conseille de bien planifier, c'est ce qui permet d'éviter beaucoup de travail ensuite! Contrairement au potager, le verger est prévu pour durer 15-20 ans, d'où l'intérêt de bien le prévoir car il est difficile de rattraper ensuite!

1) Choix de variétés peu sensibles aux maladies: Il faut bien chercher, car les variétés courantes sont plutôt sensibles, voire très sensibles (gala, golden, etc...). Il n'y a aucune variétés "parfaite" qui serait résistante à tout, donc il faut connaitre son terrain et les risques sanitaires présents. Tu peux aussi mélanger des variétés avec des sensibilités différentes.

2) Les porte-greffes: Il permet d'équilibrer la vigueur de l'arbre, et donc d'avoir un bon équilibre entre développement végétatif et mise à fruits. Il permet aussi d'adapter l'arbre au sol de ton terrain (tu peux trouver des tableaux partout sur internet). Personnellement, je ne suis pas un grand fanatique des porte-greffe trop nanisants (type M9, M26...), qui sont à mon avis destinés au professionnels: je trouve leur système racinaire trop faible, du coup il faut les tuteurer, et leur apporter à boire et à manger! Après, plus ton porte-greffe est vigoureux, plus il faudra attendre pour avoir des fruits!

3) L'emplacement: Le terrain est très important: Suffisamment drainant, sinon ton arbre va végéter. Ou alors, il faudrait planter sur buttes. Bien aéré pour éviter les maladies cryptogamiques.

4) Bien placer les arbres, et prévoir des arbres pollinisateurs ou des variétés compatibles pour la pollinisation, sinon.... Pas de récolte! (sauf si il y a des arbres compatibles chez le voisin!).

Il faut aussi penser à avoir des réservoirs pour la faune auxiliaire (un peu comme les plantes martyres de Didier!)

Voici à ce sujet quelques idées du conservatoire végétal d'Aquitaine
https://www.youtube.com/watch?v=szOGNyVNrDI

Voila, c'est un peu succinct...
Si tu as déjà un verger, là c'est plus compliqué, car il faut s'adapter aux arbres et à l'emplacement présent
0 x
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1784
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 56
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar izentrop » 15/02/17, 09:57

Bonjour,
Sinon, plus simple mais moins complet, je suppose :wink: http://www.permaculturedesign.fr/wp-con ... on-sol.pdf
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 9068
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1382

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 15/02/17, 12:57

SimonKZ a écrit : j'en profite pour les drèches: C'est utilisé comme complément azoté pour l'alimentation des vaches. La aussi, il s'agit de parties noiratres qui ont commencé à se composter.



Les drêches, c'est donc ce qui reste des céréales quand on a fabriqué la bière, avec aussi les levures.

Fraiches, elles font environ 30 % de MS (matière sèche), mais jusqu'à 80 % si elles ont été séchées...

Elles sont riches en azote : environ 30 % de la MS (ce qui est élevé). Logique, les sucres sont partis - ils sot devenus éthanol d'un coté, gaz carbonique (donc bulles) de l'autre... Restent le gluten et quelques autres protéines des céréales. ET celles des levures.

Restent aussi la cellulose du grain, notamment des enveloppes. Cela fait environ 15 % de la MS. C'est appréciable.

Du point de vue des éléments minéraux, les drêches sont riches en phosphore (seul point faible du foin !), en calcium et en soufre.

Phsophore et soufre sont tès intéressants.

Donc, oui, ce produit est aussi une bénédiction - à utiliser quand même en dose raisonnable, un peu comme un compost ou un fumier mûr ! Et si tu as une matière "cellulosique" pauvre ne azote : feuilles mortes, paille, BRF, tu as intérêt à mélanger. Tu corriges la pauvreté en azote de ces substances, tout en boostant l'humification...

Je les mettrais donc en-dessous (ce n'est pas une bonne couverture), et foin - ensilage par-dessus... Et cela devrait te faire un beau jardin.
1 x
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités