Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5178
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 151

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Ahmed » 21/04/17, 13:40

J'ai sauté des poules aux vaches, aux mammifères...

Ou plutôt du coq à l'âne! :wink:
Je pense que tu voulais dire qu'il s'agissait d'animaux à sang chaud, ce qui inclut bien les oiseaux et les mammifères.
0 x




"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8867
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1018

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 21/04/17, 14:25

C'est moi l'âne ???

En effet, j'étais dans les animaux à sang chaud !
0 x
olivier75
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 116
Inscription : 20/11/16, 18:23
x 13

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar olivier75 » 21/04/17, 14:37

Didier,
Pour les limaces, tu as vu la vidéo de Herve coves sur la gestion holistique des limaces? Et le lien direct entre champignons et régulation des limaces.
Personnellement le feramol et la seule chimie que je m'autorise, j'ai arrêté même les purins. Plus pour longtemps j'espère.
Olivier
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8867
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1018

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 21/04/17, 14:55

Je la connais, j'ai commencé à la regarder et... toujours pas finie !

J'ai de moins en moins de problèmes de limaces - cette année, c'est insignifiant.

J'ai toujours des problèmes avec les petits-pois, dont je suis convaincu qu'ils sont ravagés par... les cloportes, qui abondent cette année chez moi. Ce matin, en soulevant une feuille de scarole qui m'étouffait un plant d'aubergines (qui du coup, protégé par cette feuille, avait réchappé au gel), j'en ai trouvé 4 ou 5 vautrés sur le terreau, sous la feuille...

J'ai aussi beaucoup plus d'araignées (carnivores ??? mais de quoi ??? de cloportes ??? de limaces ??? de collemboles ???) que les années passées...

Je pense donc que comme la flore adventice, qui s'adapte, il y a un "glissement" dans les espèces animales qui "dominent"...

J'enrage de ne pas mieux connaître ces animaux, leur écologie... J'aimerais tant comprendre !
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8867
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1018

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 21/04/17, 14:58

olivier75 a écrit :
Personnellement le feramol et la seule chimie que je m'autorise...



Pas véritablement de la "chimie", dans le sens où c'est un composé assez banal (phosphate de fer)...

Je ne m'interdis pas non plus. Comme je peux utiliser du Frutogard (extraits d'algues) ou du bicarbonate de potassium ou encore du soufre micronisé (ces deux derniers contre l'oïdium - mais l'an dernier, je n'ai pas traité du tout).

Il existe aussi des poudres de roches volcaniques, qui sont des renforçateurs de défenses naturelles...
0 x


olivier75
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 116
Inscription : 20/11/16, 18:23
x 13

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar olivier75 » 21/04/17, 15:23

J'ai eu aussi un bout de ligne, de 1,5m où seul 2 ou 3 petits pois ont poussés dans le potager de la maison, pas de restes visible des autres, j'ai resemé à Pâques, on verra. Il y a aussi araignées cloportes, carabes etc.
Plus que le fait que ce soit de la chimie, ce sont les "cides" que je souhaite faire disparaître.
Pour l'instant je ne suis embêté que pour le poireau, et encore on en a mangé à Pâques des plantés en septembre, il faut insister pour que la régulation se fasse paraît il, les 4 dernières années 99% de perdu, cette année 70%.
J'ai très peu d'oidium et de mildiou que j'attribue au purin avant et aux apports d'ortie et de consoude b14 en paillage maintenant.
Olivier.
0 x
paysan.bio
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 45
Inscription : 07/03/17, 08:50
x 9

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar paysan.bio » 21/04/17, 18:01

olivier75 a écrit :J'ai eu aussi un bout de ligne, de 1,5m où seul 2 ou 3 petits pois ont poussés dans le potager de la maison, pas de restes visible des autres, j'ai resemé à Pâques, on verra. Il y a aussi araignées cloportes, carabes etc.
Plus que le fait que ce soit de la chimie, ce sont les "cides" que je souhaite faire disparaître.
Pour l'instant je ne suis embêté que pour le poireau, et encore on en a mangé à Pâques des plantés en septembre, il faut insister pour que la régulation se fasse paraît il, les 4 dernières années 99% de perdu, cette année 70%.
J'ai très peu d'oidium et de mildiou que j'attribue au purin avant et aux apports d'ortie et de consoude b14 en paillage maintenant.
Olivier.


il y a un truc pour les poireaux.
les planter comme d'habitude dans le foin mais pas profond
couper des tubes PVC de 100 mm à 40 cm de hauteur.
dès que les premiers poireaux sont assez gros et assez hauts,mettre le tube dessus et faire une sorte de bouchon en haut
avec du foin
15 jours plus tard,le blanc est fait.
soulever légèrement le tube et couper le poireau au raz de la terre.
poser le tube sur un autre poireau.
le poireau va repousser tout seul mais il n'aura plus de bestiole ni de bactériose.
il faut un mois pour retrouver un poireau de grande taille en été,plus longtemps en hiver
on peut avoir 4 poireaux à partir d'un plant au cours de la saison.
à cette époque,fin avril début mai ,le poireau monte à graine.
soit je laisse faire,soit je casse la tige et souvent le poireau se multiplie en se divisant en trois poireaux plus fins
on peut diviser la touffe et replanter : on a obtenu une sorte de poireau perpétuel..
1 x
olivier75
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 116
Inscription : 20/11/16, 18:23
x 13

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar olivier75 » 21/04/17, 18:41

Paysan bio,
Après une image de poireau en repousse sur un bord de Fenetre sur Pinterest, je voulais cette année couper à ras de terre les poireaux infectés, à la place de les arracher. Il y a le ver et la teigne, souvent les 2 ou plus sur le même poireau, ta proposition me renforce dans mon idée. Même si, vu que je ne passe que rarement et qu'ils sont contaminés avant même d'atteindre le cm, je n'essayerai pas de les blanchir.
Et puisque j'ai du mal à réussir j'en mettrai plus et en plusieurs fois!
Merci.
Olivier
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8867
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1018

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 21/04/17, 21:17

Swiss_Knight a écrit :Est-on certain que les plantes qu'on préférera mettre sous serre sous nos latitudes soient des plantes qui aient besoin,... mettons sur 100 jours de croissance moyenne, de 500mm (valeur correspondante à la pluviométrie annuelle de ta région grosso modo), soit 500l / m² --> environ 5 lites par jour et par mètre carré (!) ?
J'imagine aisément que la serre sera utilisée davantage que 100 jours, bien entendu. Donc on peut allègrement diviser par deux cette valeur, mais même 2,5 litre par mètre carré et par jour sur 200 jours ça me paraît énorme.

De plus, il me semble au contraire que les plantes qu'on met plus facilement sous serre sont les "plantes du soleil", soit des plantes adaptées à une pluviométrie bien inférieure et résistantes à une plus grande sécheresse, normalement.

Et puis, le fait de récupérer l'eau qui tombe sur la surface extérieure d'une serre pour la distribuer à l'intérieur, c'est comme si, au niveau de l'input en eau sur le sol, il n'y avait pas de serre finalement. Après je veux bien que la part d'évaporation à l'intérieur soit non plus importante qu'à l'air libre (mais de combien, bonne question... sachant qu'une part non négligeable de condensation pourrait être récupérée ?).



Je reviens rapidement là-dessus :

a) J'ai écrit cela à la "louche - louche" ! Juste pour dégrossir un "ordre de grandeur"...

b) J'aurais en fait à couvrir les besoins des deux serres (une serre de forçage, fermée, et la serre-tunnel ouverte, abritant les tomates).

c) Le "besoin en eau" d'un système sol-plantes s'appelle l'évapo-transpiration potentielle (ETP) et c'est une donnée climatique. En gros, un système sol-plante perd ce qui s'appelle l'ETP peu importe le besoin de l'espèce cultivée. En somme, en première approximation, l'eau "réclamée" par le climat (selon le vent, la température, l'hygrométrie) passe soit par les plantes, soit est évaporée par le sol ; c'est l'ensemble qu'il faut voir et compenser (en sachant qu'en sortie d'hiver, il y a un stock dans le sol - normalement.

Et sous ma serre, l'ETP sera mahousse (températures élevées, hygrométrie relative basse car je devrais faire circuler l'air pour éviter une surchauffe) !

d) Mais je ne l'ai pas calculée. Cela pourrait être supérieur à 500 mm ! Mais, en effet, minoré par le recyclage de l'eau tombée sur la serre, quand le système de recyclage sera en place !!!

e) Sans calcul précis, au final, je crains ne pas couvrir mes besoins !
0 x
Swiss_Knight
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 29
Inscription : 06/11/16, 13:54
x 5

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Swiss_Knight » 21/04/17, 21:41

olivier75 a écrit :Didier, swiss Knights, paysan bio, et ceux qui veulent.

Peut ont revenir sur vos efforts ou pas de tassement du sol couvert, dans le but de "définir", je ne sait pas trop de quelle façon, une compacité idéale, Si il y en a une et de quelle taille autour du plant, à partir du moment où le sol n'est pas déstructuré mécaniquement. Et de pouvoir en parler avec les mots compréhensibles par tous.
Olivier.


Pour faire vraiment très simple (mon raisonnement de fond est complexe parce que j'ai trop de choses en tête :S ) voir carrément un peu bébête (mais selon moi c'est tout ce qu'il y a de mieux à faire) : observe le fonctionnement de la nature, autour de toi.

Si je devais faire une réponse concise et compréhensible ;
"le taux de compaction idéal (i.e. la porosité) est celui que la vie met en place pour créer les conditions qui lui sont les plus favorables."

Vous avez 4h. :D


Mis à part ça, vu la complexitié des paramères qui entrent en jeu, la diversité de la vie et des sols du monde, tu peux gentiment arrondir à : "il n'y a pas de compacité idéale" !
Elle dépend de ton sol, de ce qui s'y passe, de ton climat, etc.

Concrètement ? J'ai envie de dire "agis de manière instinctive et respectueuse et tout ce passera bien". :)


@ paysan.bio :
le coup du poireau perpétuel, j'ai du mal à m'en remettre haha, certains en rêverait :'D hum, bref...

@ Didier :
1) que je sache, les cloportes sont détritivores ; ils ne mangent que de la matière organique morte.
2) l'ETP doit être bien rabotée par la présence de foin je pense, non ? Genre 30 à 50% de moins pour rester dans les louches ?
0 x
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités