Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
olivier75
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 116
Inscription : 20/11/16, 18:23
x 13

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar olivier75 » 20/04/17, 13:33

On voit régulièrement sur la toile des voiles de forçage ou des minis tunnels dans les serres.
Olivier.
0 x




Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5178
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 151

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Ahmed » 20/04/17, 14:05

Pour ce qui est du dimensionnement du cheptel de poules, il faut noter deux choses: 1- la température de chaque bouillotte poule est de 40 à 42° et 2- le but n'est pas de chauffer la serre la nuit, mais simplement de la maintenir hors gel lors de la période délicate du début du printemps...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
sicetaitsimple
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 470
Inscription : 31/10/16, 18:51
x 50

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 20/04/17, 19:25

Did67 a écrit :Aïe aïe aïe ! Grosse gelée ce matin : - 6,5° C enregistré DANS la serre, au ras du sol, par la sonde, - 3,5 et - 4° dans les deux châssis...

Désolé pour toi Didier, mais bien sûr encore plus désolé pour les professionnels, ceux qui en vivent.

Les poules, ça me parait comme toi un peu ridicule, mais je suis prêt à écouter les arguments de ceux qui en ont, notamment ce que peut être le dégagement calorifique d'une poule.
Au risque de me faire lyncher, il me semble qu'un petit poêle à pétrole style marine (rien à voir avec les élections....) qui vaut moins de 50€ est peut-être une solution non pas élégante mais efficace. Si ça doit servir 3 ou 4 nuits par an, ce n'est pas un drame.
0 x
Swiss_Knight
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 29
Inscription : 06/11/16, 13:54
x 5

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Swiss_Knight » 20/04/17, 19:44

Tu as aussi la solution des couches chaudes, ça ne coûte rien avec un peu de bonne volonté.
Les micro-organismes (bactéries surtout) du sol peuvent être une formidable source de chaleur s'ils sont utilisés à bon escient.

Image
Src: http://jardin-esperande.blogspot.ch/201 ... haude.html

Le fumier de cheval est tout indiqué pour ça, en plus c'est un excellent amendement pour le sol.
La technique est vieille comme le monde, les anciens l'utilisaient bien avant l'arrivée du pétrole.

Faut juste faire attention de ne pas cramer ses plants (!), ça peut monter haut en température, c'est donc un art délicat que de trouver les bons paramètres ; quelle épaisseur ? quand planter ? etc.
Si tu isoles ta couche avec des bottes de paille par exemple, et une vitre par-dessus c'est le must !
Je suis persuadé qu'on arrive à rester hors gel même par des -10°C comme ça.

Et si ça se fait, le simple fait de stocker un ou deux mètres cube de fumier de cheval sous une serre permet d'y maintenir une température supérieure à 0° mais je ne m'avance pas trop là.


L'idéal resterait quand même de combiner autant de facteurs favorables que possible ;
- coller la serre contre un mur ou une maison pour la protéger de la bise,
- y adjoindre un poulailler
- y faire des couches chaudes
- etc.
0 x
kiki65
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 9
Inscription : 06/04/17, 10:43

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar kiki65 » 20/04/17, 20:22

Ici, "que" - 2 cette nuit et feuilles des pommes de terre un peu noircies...
0 x


dede2002
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 641
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 29

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar dede2002 » 20/04/17, 22:06

sicetaitsimple a écrit :Les poules, ça me parait comme toi un peu ridicule, mais je suis prêt à écouter les arguments de ceux qui en ont, notamment ce que peut être le dégagement calorifique d'une poule.


Salut :)

J'ai deux poules et cet hiver, quand il faisait -7° pendant de nombreux jours, je m'inquiétais pour elles et j'ai mis un thermomètre mini-maxi dans leur chambre à coucher.

Au plus froid j'ai enregistré +1° le matin (en réinitialisant le thermomètre le soir), alors que l'après-midi il faisait -5° dans leur chambre quand elles étaient dehors. (j'ai isolé le toit, le plancher et l'arrière de leur chambre)

Donc oui les poules ça chauffe, quand on voit ce qu'elles sont capables d'ingurgiter c'est compréhensible (je leur donne les restes de repas, et je constate qu'un volume de nourriture qui me suffirait, alors que je pèse au moins 50x plus qu'elles, est avalé en très peu de temps, et elles en redemandent encore!).
1 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8867
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1018

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 20/04/17, 22:32

Juste pour préciser : aucun doute que les poules, ça chauffe. Les poulaillers sont ventilés pour ça. Comme tout mammifère "à sang chaud" (qui maintient sa température interne), c'est un "radiateur"...

Ma question était, en lien avec une serre "conséquente" (même si pour des plants, on peut voir plus petit que la mienne), de savoir combien il en faudrait. Je doute que deux ou trois poules "domestiques" assurent le hors gel d'une serre qui aurait une surface équivalente à mes deux châssis - ce qui est ce dont j'aurais besoin.

Deux ou trois points sur ce qui m'arrive :

a) Je me suis particulièrement mal organisé cette année ; une des couches (qui maintient mieux la température, sans être chaude) est occupée par de la salade ; je me suis emballé question production de plants, qui ont envahi la serre-tunnel, qui n'était pas faite pour ! Avec des gelées blanches, à - 2 ou - 3° C, cela passait (on en avait déjà eu)... Là, avec le coup de bambou, cela n'est pas passé...

A l'instant, les sondes indiquent :

- dans le premier châssis vitré, sous double couverture isolante : + 6,5
- dans le second, vitré, sans couverture isolante : + 1,0 °
- dans la serre : - 2,5 ° C

Ils ont tous été fermés en même temps ce soir, au coucher du soleil.

A noter que Météofrance annonce + 1 jusqu'à 2 h du matin, puis - 1° C à 5 h !!!! Ils sont dans les choux, là !

Je pense qu'avec deux châssis vitrés + couvertures isolantes (type "isolants minces"), j'aurais pû sauver tous mes plants. A confirmer demain matin...

b) Cependant, malgré ça, je suis loin d'avoir tout perdu : en gros, les tomates, certaines cucurbitacées, les concombres, des fleurs (trou de mémoire ce soir, je ne me souviens plus lesquelles), les aubergines y sont passés.

Mais survivent, à ce stade : les poireaux, les oignons, les tournesols, des pavots de Chine, les fenouils, différentes sortes de choux...

c) J'ai réussi à sauver quelques tomates et les poivrons tout simplement en leur balançant une bonne couche de foin hier soir et ce soir, à la fourche, et en l'enlevant durant la journée...

A confirmer demain, car ce soir, le froid attaque encore plus dur : - 2,5° à l'instant à la sonde dans la serre !

d) Je pense que cela rentrera dans les annales comme une situation assez exceptionnelle ; je ne suis donc pas prêt à "modifier" ma tactique, avec beaucoup plus de travail, à l'avenir : les couches chaudes j'ai pratiqué dans ma jeunesse, c'était la méthode de mon père pour produire les plants qu'ils vendaient sans serre...

La "vraie" méthode consiste à enterrer la partie qui fermente, à la recouvrir d'une couche de terre fine, dans laquelle on sème les plants. Cette couche de terre évite la surchauffe... Il y a bien sûr des proportions entre l'épaisseur de fumier frais et la couche de terre qu'on met dessus... J'ai les images en tête, mais plus les dimensions. Au début, c'est bine 30 à 40 cm de fumier frais qu'on enterre. La couche de terre devrait être d'une dizaine / quinzaine de cms. Le tout sous vitres, bien sûr. Et en cas de menaces de gelées, les nattes de paille qu'on déroulait par-dessus les vitres... Dans ces conditions, non sans craintes certaines nuits, mon père produisait avant tout le monde, pour pouvoir les vendre.

e) Ma tactique va sans doute consister à aller vers un caisson isolé, dans la serre, construit avec des chutes d'isolants issus de mes chantiers sur la maison, couvert de vitrage [peut-être double-vitrage récupéré ???] et avec... une résistance électrique pour assurer juste le "hors gel" pour des nuits comme celles de ces jours-ci. Tant pis pour la compromission électro-nucléaire !!! [les résistances, c'est plus facile à gérer qu'un poêle, avec un thermostat ; dans un caisson isolé, la conso devrait être minime].

Ce sera pour les plants fragiles - ceux qui vont crever ces jours-ci...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8867
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1018

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 20/04/17, 22:35

sicetaitsimple a écrit :
Désolé pour toi Didier, mais bien sûr encore plus désolé pour les professionnels, ceux qui en vivent.



Donc pas de raison d'être désolé. Si j'avais été courageux et prévoyant, il était possible de tout "rentrer" dans la maison !!!!

J'ai joué au loto, j'ai perdu. Pas de quoi se désoler... Ce serait trop simple s'il suffisait de faire le mariole et de gagner à tous les coups !!!
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5178
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 151

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Ahmed » 20/04/17, 22:57

@ Sicetaitsimple: je ne fais pas une fixation sur le chauffage gallinacéen, je me suis contenté de l'évoquer en tant que simple possibilité. Je suis de ton avis que lorsqu'il s'agit d'un chauffage très ponctuel, point n'est besoin de recourir à une méthode qui entraîne des contraintes durables (sauf si les poules sont déjà là!).
Pour des différentiels de température modestes, un film en non-tissé, comme le note judicieusement Olivier75, convient très bien et reste d'une mise en œuvre facile.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8867
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 1018

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 20/04/17, 23:02

Ou un cageot retourné / un carton + une bonne fourche de foin par-dessus (à enlever le lendemain matin)...
0 x
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités