Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
paysan.bio
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 9
Inscription : 07/03/17, 08:50
x 6

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar paysan.bio » 16/03/17, 09:28

izentrop a écrit :Bonjour,
Merci paysan.bio pour les conseils au sujet des framboisiers. Je savais qu'on pratiquait la courbure des branches de fruitiers pour favoriser les fruits mais pas pour les framboisiers.
paysan.bio a écrit :on n'a pas de problème de dilution ou de dosage comme avec le compost thé.
Tu parles peut-être du thé de compost http://www.aujardin.info/fiches/compost-the.php
Avec un compost de surface ou le foin, il se réalise à chaque pluie ou arrosage, donc travail en moins aussi.


si vous avez des framboisiers,,l'effet de la courbure est très facile à comparer par rapport aux tiges droites.
les pousses des bourgeons sont bien plus grosse.

mais les vrais résultats sont,à mon avis,la conjugaison de 4 techniques:
le paillage par le foin(voire pour moi la plantation dans le foin avec les racines posées sur la terre )
la courbure des tiges
l'arrosage un peu fort au moment de la floraison pour faire tomber les pétales qui restent acrochées
le ramassage avec les queues comme les fraises.
ce qui m'intéresse c'est la cohérence entre diverses techniques pour ammener les plantes à exprimer tout leur potentiel.

cela m'amène à (en vrac)
tailler les bouquets des tomates en fonction de la floraison du bouquet suivant
polliniser les courges courgettes,gérer le nombre de fleurs males.
couper les poireaux au lieu de les arracher,faire du blanchiment aérien

planter les pommes de terre sous le foin à partir de plants déjà démarés.
les récolter sans arracher la plante pour avoir des pommes de terre primeur tout l'été et l'automne

cette année,mon délire est de greffer des tomates sur des germes de pomme de terre que j'ai séparé et que j'ai mis à raciner dans du terreau.
mon jardin est assez grand pour faire les deux cultures séparément mais j'aime bien l'expérimentation.

je suis comme didier,
je ne crois que ce que je vois.
donc je teste.

comme je l'ai dit,le foin reste ma base mais j'ai aussi des bacs de permaculture qui sont remplis de tout ce que beaucoup appellent des déchets.
je les ai équipé de couvertures plastiques.

et puis j'ai une serre de 9 m2 pour les plants équipée d'un bac à fumier de cheval pour éviter le gel tardif.

j'ai commencé ce nouveau jardin il y 2ans. c'est le plus mauvais endroit de la prairie de mes chevaux.
ici on appelle ça les prés de louis 14.ç'est de l'argile jamais remuée,je ne l'ai pas remuée non plus,meme pas vibrée.
j'ai commencé à planter dans le foin sur l'herbe meme pas fauchée.
j'agrandis au fur et à mesure mais j'ai très peu de temps à consacrer au jardin .

d'autres caractéristiques en vrac.

je laisse les légumes monter à graine pour avoir des plantules partout.
je mélange beaucoup pour la confusion des insectes et la non propagation des spores.
j'utilise depuis très longtemps le bokashi,ça a été ma potion magique pendant longtemps
jusqu'à ce que j'arrive à obtenir ce que j'appelle l'équilibre entre les techniques.

tout ça fait un peu prétentieux mais je ne le suis pas.
j'ai encore des loupés et je n'hésite pas à essayer une nouvelle technique meme si je pense dès le départ qu'elle sera moins efficace que celle que j'utilise déjà.


j'étais paysan bio. ça n'a jamais été pour gagner plus de fric mais simplement parce que je considérais qu'on n'avait pas le droit de vendre à des gens de la nourriture empoisonnée.
je continue à le penser.
3 x




Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1682
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 51
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar izentrop » 16/03/17, 10:15

paysan.bio a écrit :j'utilise depuis très longtemps le bokashi,ça a été ma potion magique pendant longtemps
C'est une fermentation anaérobie génératrice de méthane et hydrogène sulfuré. Je ne crois pas que ce soit intéressant car il faut quand même une phase de compostage aérobie après pour éliminer les pathogènes et en faire un nutriment pour les plantes.
Vaut mieux mettre ses déchets de cuisine le plus souvent possible au composteur extérieur.
Les EM, micro-organismes sélectionnés ailleurs risquent de perturber l'écosystème de la pédofaune de son jardin ? http://www.h2mw.eu/files/mon-test-bokashi.pdf
je considérais qu'on n'avait pas le droit de vendre à des gens de la nourriture empoisonnée.
Il y a beaucoup d'exagération à ce sujet. Entre les phytos d'aujourd'hui et ceux des années 50 y a pas photo. Vous avez soulevé le problème des moisissures qui sont un pesticide naturel ...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 308
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 39

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 16/03/17, 12:17

izentrop a écrit :Tu parles peut-être du thé de compost
Avec un compost de surface ou le foin, il se réalise à chaque pluie ou arrosage, donc travail en moins aussi.


franchement, le compost (ou apparenté), je veux même plus en entendre parler. :lol:

ce qui compte réellement, c'est d'avoir un sol avec beaucoup d'humus stable. Et pour cela, des vers de terre avant tout, et des champignons.
Même la nature du sol, je m'en tape un peu (sachant que de toute façon on pourra rien y changer) du moment que ce sol est riche en mat organique et que ça grouille de vie dedans.
Et le compost dans tout ça, c'est rien d'autre qu'un engrais, déja dégradé, plus d'énergie, donc ça nourrit pas (ou si peu) tout ce petit monde, donc sans intérêt car de plus, tout ce qui est "engrais" non seulement c'est pas utile au potager sous foin, mais même carrément nuisible.
Bon, j'espère ne pas avoir dit trop de conneries là :P :cheesy:
3 x
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1682
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 51
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar izentrop » 16/03/17, 14:15

Julienmos a écrit :franchement, le compost (ou apparenté), je veux même plus en entendre parler. :lol:
Le foin en couverture n'est rien d'autre qu'un compost de surface qui demande à déplacer la fertilité d'un terrain 3 à 7 fois supérieur à celui cultivé.
Recycler des déchets verts, toilettes sèches à séparation, urine et cendres de bois en période végétative, litière des animaux peuvent assurer le même service sans prendre la fertilité d'un autre terrain.
Julienmos a écrit :Même la nature du sol, je m'en tape un peu
Pourtant un apport d'argile sur sol sableux ou de calcium sur sol trop acide peu être bénéfique.
Julienmos a écrit :Et le compost dans tout ça, c'est rien d'autre qu'un engrais, déja dégradé, plus d'énergie, donc ça nourrit pas (ou si peu) tout ce petit monde, donc sans intérêt
Il faut de tout pour faire un monde. Un seul déséquilibre et la machine s'enraye.

J'ai une question, paysan.bio a écrit qu'il ne fallait pas trop de BRF en période végétative. L'habitude est de l'incorporer au printemps aux premiers cms du sol, mais si on le laisse en couverture sans l'incorporer, ça ne devrait pas créer de faim d'azote, non ?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8688
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 803

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 16/03/17, 14:36

Juste pour éviter des débats inutiles : nous sommes convenus ici que "compostage" s'entend "compostage en tas avec une phase chaude". Et nous le distinguons de la "décomposition de surface à froid".

Dans un des cas, les organismes grassement nourris sont ceux vivant dans et sous le tas. Où nous ne cultivons pas. Et une part substantielle de l'énergie part en chaleur, dans l'air.

Dans l'autre, nous nourrissons les organismes dans toute la surface du potager, où ils travaillent pour nous, aggradent le sol, minéralisent les matières organiques, en effet, forment des substances humiques également... Nourrissent les plantes, forment des symbioses (champignons), transfèrent eau et sels minéraux à travers les réseaux... Établissent des chaines trophiques qui "équilibrent" le parasitisme (contrôle des pathogènes)... Etc... Etc...

Les transferts de fertilité ne sont qu'un élément parmi au moins 4 autres. On ne peut réduire un potager à un flux d'éléments minéraux. C'est un "système complexe" ! Sinon, autant faire de l'hydroponie, avec des ordinateurs qui calculent les solutions optimales pour chaque culture / chaque stade de la culture. Cela marche très bien. Mais n'est pas du tout ce que je souhaite faire. Ni ce qu'il y a de plus "stable", ou de plus "naturel"...

Réduire obsessionnellement le potager à la question de la fertilité minérale est se mettre dans une impasse conceptuelle.

Comme d'hab, c'est écrit en mode affirmatif, mais ce n'est que mon avis.
1 x


sicetaitsimple
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 409
Inscription : 31/10/16, 18:51
x 41

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 16/03/17, 18:44

izentrop a écrit : Le foin en couverture n'est rien d'autre qu'un compost de surface qui demande à déplacer la fertilité d'un terrain 3 à 7 fois supérieur à celui cultivé.
Recycler des déchets verts, toilettes sèches à séparation, urine et cendres de bois en période végétative, litière des animaux peuvent assurer le même service sans prendre la fertilité d'un autre terrain.


Rien à ajouter à ce que dit Didier sur la nature complètement différente des deux approches.

Bien entendu, si en tant que particulier tu veux composter tes déchets ménagers, déchets verts,..pourquoi pas? J'ai un composteur ( je n'ai pas dit "je fais du compost"!)dans lequel je mets un certain nombre de déchets de cuisine, des mauvaises herbes,des feuilles,.....ça fait trois ans que je mets des trucs dedans mais il n'est toujours pas plein.

Mais en règle générale tu ne vas pas aller très loin avec ces déchets "fatals" en terme de production de compost, du moins si tu veux traiter un jardin d'une certaine surface. Si tu veux en produire en quantité raisonnable, il va bien falloir que toi aussi tu ailles "piquer" de la fertilité ailleurs, même si c'est chez toi.
0 x
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1682
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 51
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar izentrop » 16/03/17, 19:04

J'ai un dépot de déchets verts au village. Il n'est pas interdit d'en récupérer et les pros commencent à s'équiper en broyeurs. J'ai récupéré récemment 2 remorques de broyat de bois... J'ai aussi le fumier de mes poule et de ma vieille chèvre.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 308
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 39

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 16/03/17, 19:46

izentrop a écrit : Le foin en couverture n'est rien d'autre qu'un compost de surface qui demande à déplacer la fertilité d'un terrain 3 à 7 fois supérieur à celui cultivé.
Recycler des déchets verts, toilettes sèches à séparation, urine et cendres de bois en période végétative, litière des animaux peuvent assurer le même service sans prendre la fertilité d'un autre terrain.
Julienmos a écrit :Même la nature du sol, je m'en tape un peu
Pourtant un apport d'argile sur sol sableux ou de calcium sur sol trop acide peu être bénéfique.


le foin, rien d'autre qu'un compost ?
pour moi: compost = produit décomposé (plus ou moins)
foin = matière fraîche, qui nourrit les bébêtes du sol, et autres champignons (donc pas seulement les bactéries)

déplacer la fertilité ? perso, mon foin provient uniquement de fauches de bord de chemins et de route, et pourtant j'en avais fait bonne provision (il m'en reste encore! OK, mon potager est pas géant)
Mais si je voulais des rouleaux, je n'aurais aucun problème pour en trouver, tellement j'en ai repéré aux alentours de mon patelin ou dans la région proche, abandonnés... il y a un endroit où il y en a même plusieurs côte à côte, qui traînent là depuis des années !
autrefois je ne faisais pas attention, mais depuis l'an dernier, je regarde autour de moi quand je me déplace en voiture...

quand à recycler mes déchets verts, je le fais, mais plus dans le composteur: direct au potager.

l'urine, c'est un engrais (lisier) il me semble ?

par contre, j'ignorais qu'on pouvait améliorer un sol sableux en y apportant de l'argile...
Dernière édition par Julienmos le 16/03/17, 19:48, édité 2 fois.
0 x
Lachanette
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 9
Inscription : 03/01/17, 22:25
Localisation : Nord et Dordogne

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Lachanette » 16/03/17, 19:47

Did67 a écrit :Le livre est celui-là : http://jardinonssolvivant.fr/lowenfiel-lewis-bacteries/ [c'est une très bonne synthèse sur les organismes vivants du sol, de la bonne "vulgarisation"

Hum... Ce livre est désormais introuvable, ou alors à un prix défiant toute concurence!
Micro organismes.PNG
0 x
sicetaitsimple
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 409
Inscription : 31/10/16, 18:51
x 41

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 16/03/17, 19:49

izentrop a écrit :J'ai un dépot de déchets verts au village. Il n'est pas interdit d'en récupérer et les pros commencent à s'équiper en broyeurs. J'ai récupéré récemment 2 remorques de broyat de bois... J'ai aussi le fumier de mes poule et de ma vieille chèvre.


Pas de problème! Je ne suis pas en train de t'accuser de quoi que ce soit!

Mais tu vas bien "piquer" de la fertilité quelque part. Les déchets verts de ton dépôt sont certes des déchets, mais ils ont bien "piqué" de la fertilité ailleurs. Le broyat pareil.

De toutes façons il n'y a pas de miracle: si on veut faire du potager ou maraîchage intensif, faut importer "physiquement"d'une façon ou d'une autre sur la surface du potager, même si ces "imports" sont "internes" ( récupéré sur une surface qui t'appartient) ou externes, même s'ils sont gratuits.
0 x
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : green68 et 7 invités