Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8499
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 722

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 17/02/17, 17:06

Non, non : il n'est pas interdit de poser des questions. Et il est sain de chercher à comprendre.

Malheureusement, parfois, je ne comprends pas moi-même, dès lors je ne peux expliquer ! Et convaincu qu'on est toujours soi-même le con de quelqu'un, je préfère ne pas critiquer ce que je ne comprends pas. Hélas, je suis souvent ramené à un tel (Konrad Schreiber par ex), ou un tel (Bourguignon, par ex), ou tel autre encore (Pascal Poot, par ex)... Quand je comprends, je ne suis parfois d'accord qu'à 80 %... ou moins... ou plus... Mais comme dit, je suis "nobody".

Et effectivement, à partir du moment où l'agronomie n'est pas une science exacte, où un sol vivant est une chose tellement complexe qu'il est difficile de cerner ce qui se passe, où on a une approche "systémique" (on voit un potager comme un système complexe ou tout inter-réagit), il n'est pas facile d'y voir clair. Il faut imaginer un réseau avec des centaines de choses (d'organismes, de paramètres) qui inter-réagissent, il y a toujours moyen de "mettre en avant" telle petite liaison et de ne voir qu'elle... Alors qu'une vision plus globale montrerait que c'est une chose parmi d'autres. Et que si cette "liaison" est boiteuse, les mécanismes naturels passeront souvent ailleurs... Et ça, c'est à la limite de ce qu'on peut comprendre. Et parfois de l'autre coté de la limite...

Donc la première chose, dans un Potager du Paresseux, c'est d'oublier le stress. C'est d'oublier que si "on ne fait pas comme ON nous a dit", on coure à la catastrophe.

Il faut se libérer et se rassurer : la nature est tellement bien fichue, les mécanismes tellement complexes, que cela marchera presque toujours !!! Sauf bien entendu à vouloir cultiver des orchidées dans un frigo, ou des cactus dans un four à micro-ondes ! Il y a quelques erreurs grossières, qui ne pardonnent pas !

Et puis les efforts étant limités, quel est le risque ???

La preuve que cela marche presque toujours : en agriculture conventionnelle, on "matraque" les sols depuis un demi-siècle. Et contrairement à ce que beaucoup pensent, le système reste incroyablement productif. Il produit toujours, n'en déplaise aux "bio", 95 % de notre alimentation ! Bien sûr, on peut lui reprocher bien des choses, et bien des pollutions, etc... Mais pas de ne pas produire.

C'est juste pour dire qu'on peut faire de très grosses "erreurs" par rapport à ce que je recommande, et obtenir des résultats tout à fait corrects.

C'est la "faute" à la nature, qui est très résiliente (elle "encaisse" les coups). Les lichens poussent sur un mur en béton. Et les rennes se nourrissent de lichen... Bon, nous on préfère les radis. Il nous fait donc "dévoyer" un peu la nature quand même.

Donc tu peux te lancer sereinement. Et obtenir de bons résultats. Même si on peut toujours faire mieux. Et même si tu feras surement mieux, en observant, en essayant de comprendre ce que tu observes, et en te corrigeant...

Donc faucher la prairie (tondre le plus ras possible), mettre une couche épaisse de foin et planter de tout ! Pour semer en place, il vaut mieux attendre l'année prochaine !
0 x




Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8499
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 722

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 17/02/17, 17:21

Lachanette a écrit :
Le foin suffira-t-il?



J'ai répondu "oui", mais sans préciser : le foin, si tu mets 20 cm, renferme tout ce qu'il faut pour produire une végétation abondante, équivalente à celle qui a donné cette couche de foin ! Imagine les herbes, les fleurs, l'épaisseur de végétation qu'il a fallu, pour que, comprimé, cela fasse 20 cm de foin ! La même chose, la même quantité de "biomasse" en salades, choux, tomates...

Il va se décomposer en environ 6 mois, donnant, pour les 3/4 environ, les éléments minéraux qu'il a prélevé là où il a poussé. Largement de quoi nourrir tes salades, choux, haricots, poivrons, tomates... Cela fera une sorte de "perfusion lente", au fur et à mesure où les organismes travaillent et décomposent ce foin (ils se nourrissent, en fait). Contrairement aux "engrais", cette décomposition libère tous les éléments, même ceux présents en petites quantités (qu'on appelle "oligo-éléments") que n'apportent pas les engrais. Et les organismes bien nourris vont se développer et aller chercher l'eau, les éléments minéraux là où ils sont planqués, etc (notamment les champignons qui forment ce qu'on appelle des mycorhizes, en s'associant aux racines des végétaux) [très très résumé ; j'ai essayé d'écrire ça en 40 ou 50 pages dans mon bouquin mais ne suis pas encore parvenu à être limpide !]

Le 1/4 restant va se transformer en "substances humiques" stables, qui vont colorer ton sol en sombre, et l'améliorer (c'est ce qu'on appelle un "amendement")... Cela améliore le sol sur le moyen et le long terme.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8499
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 722

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 17/02/17, 17:31

Petit rappel : prochaine conférence à Strasbourg

Screen Shot conf 28 février.PNG
1 x
sicetaitsimple
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 345
Inscription : 31/10/16, 18:51
x 37

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar sicetaitsimple » 17/02/17, 19:21

Lachanette a écrit :J'ai une vieille prairie (prairie sans aucun traitement depuis plus de 50 ans) que je vais transformer en potager. Cette prairie s'est progressivement couverte d'Achillée Mille-feuilles depuis une dizaine d'années.
Je me suis posé la question de la qualité du sol en-dessous de cette Achillée. J'ai regardé dans le livre de Ducerf qui indique Biotope primaire: pelouses et prairies naturelles. Caractères indicateurs: Hémorragie en MO et en fertilisants, Excès de carbone.


Bonsoir,
je ne suis pas spécialiste en plantes bio-indicatrices et encore moins de l'Achillée mille-feuilles. Et les diagnostics cités me paraissent comme à Didier particulièrement abscons en l'état.

Ceci dit, est-ce que simplement le début de ta phrase "J'ai une vieille prairie (prairie sans aucun traitement depuis plus de 50 ans)" n'est pas juste une explication suffisante? Une prairie , de ce que j'ai lu (et que je sais aussi un peu!), ça dégénère peu à peu, et un jour une espèce qui résiste mieux que les autres peut commencer à tout coloniser.

Par ailleurs, de ce que j'ai lu là aussi, cette Achillée est une vivace qui fait des stolons, et certains disent qu'elle peut parfois être "très envahissante".

Bref, faut peut-être pas "paniquer"! Tout cela est peut-être juste le résultat des années, sans qu'il faille y chercher une explication "rationnelle" au niveau des caractéristiques du sol.

Bon courage pour la suite, faut essayer et tu verras bien.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8499
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 722

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 17/02/17, 19:49

C'est très difficile d'avoir des "interprétations" fiables.

Sur cette fiche de l'Opaba (chargé du développement de l’agriculture biologique en Alsace), on trouve, sous Achillée, "lessivage de MO" :

http://www.opaba.org/bioenalsace/wp-con ... trices.pdf

Ce qui en soit est étrange, car les matières organiques ne sont pas sujettes au lessivage, à proprement parler. On peut penser que c'est abus de langage, et qu'il s'agit simplement de "pauvreté en MO".

Je retiendrais donc plutôt l'hypothèse de sols pauvres en MO. Et éventuellement "sableux" (ou "légers"), où la minéralisation est plus importante ???

Dans le document suivant, on parle de "MO : carence / Décalcification / Perte de CAH"

http://cfppah.free.fr/sol.htm

Dans celui-ci,
http://www.fourragesmieux.be/Documents_ ... trices.pdf

on parle de "sols séchants et pauvres" [ce qui est curieux, pour séchant, tu nous a parlé de peupliers ?]

Donc, la "pauvreté de MO", qui semble une constante, sera corrigée par des apports massifs de foin (et de BRF, si tu peux en faire !). Chez moi, en 3 ans, le sol a déjà bien "noircit". Tiens, je pourrais faire une vidéo !

Et la pauvreté tout court, on l'a déjà vu, le foin s'en chargera, par une perfusion lente, un "goutte-à-goutte" au fur et à mesure de sa décomposition. !

Je continue de penser qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Je recommande un peu plus de chaise longue. Et un peu moins d'addiction aux gourous ???? Laisser les penseurs penser. C'est une des grandes libertés.
0 x


chivapianovasano
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 7
Inscription : 20/01/17, 21:16
x 2

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar chivapianovasano » 17/02/17, 21:29

Bonsoir à tous,
je viens juste signaler, pour ceux que cela pourrait intéresser, l'ouverture sur le site France Université Numérique (www.fun-mooc.fr) du MOOC "Agroécologie", organisé par SupAgro de Montpellier.

C'est une session de cours en ligne (principalement des videos à regarder, parfois des textes à lire) totalement gratuits et à suivre quand vous voulez, qui va s'étaler sur 6 semaines. Je vous copie une partie de la description du cours :
Afin de vous permettre d’adapter votre investissement à vos disponibilités, le Mooc vous est proposé en deux versions :
Le parcours « Initiation »
Le parcours «Reporter» qui vous propose les mêmes contenus avec en plus la réalisation personnelle d’une enquête qui vous permettra d'utiliser les notions acquises dans le cours.

Déroulement du Mooc
Le Mooc est organisé en cinq séquences de 1 ou 2 semaines.
Chaque vendredi à midi, une nouvelle séquence vous sera proposée sur la plateforme.

La séquence 1 sur l’émergence de l’agroécologie.
La séquence 2 sur les différentes approches de l’agroécologie.
La séquence 3 sur la mise en œuvre de l’agroécologie. Elle vous propose des situations concrètes telles que l’élevage, l’agroforesterie ou encore les associations de culture, situations parmi lesquelles vous aurez à choisir. Contrairement aux autres séquences, cette séquence 3 durera deux semaines.
La séquence 4 sera un temps de partage autour des enquêtes que certains d’entre vous auront réalisées. Même si vous n’avez participé au parcours « Enquêteur », vous serez invité à visiter les enquêtes produites.
La séquence 5 sur la transition agroécologique.


J'ai commencé à regarder un peu ce soir, la première semaine c'est surtout centré sur l'historique du concept, mais je pense que dès la semaine prochaine on rentrera un peu plus dans le vif du sujet ...
0 x
Lachanette
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 5
Inscription : 03/01/17, 22:25
Localisation : Nord et Dordogne

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Lachanette » 17/02/17, 22:10

Did67 a écrit :
Je continue de penser qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Je recommande un peu plus de chaise longue. Et un peu moins d'addiction aux gourous ???? Laisser les penseurs penser. C'est une des grandes libertés.


Pas de gourou pour moi, Did, juste des lectures que j'essaye de comprendre... Le problème: c'est que pour l'instant, j'habite à 800km de mon potager :( J'ai rien d'autre à faire que lire et penser, et préparer mes plants de poivrons et d'aubergines :D
Aux vacances de Pâques, quatre roues de foin bio arrivent! Au week-end de l'Ascension, je repique! Et fin juin, je m'envole pour la Dordogne! (mutation en cours, espérons que tout aille bien...)

Pour mon sol, pH 6,5 sur la partie potager, texture plutôt intermédiaire, avec une nappe phréatique à 1,5m/3 ou 4m selon la saison (puits) et une petite zone humide en bas du pré au printemps... Une roche calcaire en sous-sol, et sans doute aussi un banc d'argile qui s'enfonce de droite à gauche dans le pré (mon potager étant à gauche). J'ai un fils géo-morphologue: un de ces jours, on fera quelques carottes pour explorer tout ça. Pente douce, expo sud/sud-ouest, protégé au Nord: je crois qu'il y a un certain potentiel pour s'y amuser! Je vous tiendrai au courant au fur et à mesure...

Et je ne pense pas que tu es un "nobody", mais au contraire quelqu'un de très intéressant et de très aidant, et il y a plein de forumeurs, de youtubeurs et d'internautes qui pensent comme moi! Donc merci, et bonne chaise longue en attendant le printemps!
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8499
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 722

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 17/02/17, 23:04

Lachanette a écrit :
Pour mon sol, pH 6,5 sur la partie potager, texture plutôt intermédiaire, avec une nappe phréatique à 1,5m/3 ou 4m selon la saison (puits) et une petite zone humide en bas du pré au printemps... Une roche calcaire en sous-sol, et sans doute aussi un banc d'argile qui s'enfonce de droite à gauche dans le pré (mon potager étant à gauche). J'ai un fils géo-morphologue: un de ces jours, on fera quelques carottes pour explorer tout ça. Pente douce, expo sud/sud-ouest, protégé au Nord: je crois qu'il y a un certain potentiel pour s'y amuser! Je vous tiendrai au courant au fur et à mesure...


Et tout ça en Dordogne, en plus ! [j'y ai été l'automne dernier]

Une sorte de forme de rêve, non ?
0 x
Avatar de l’utilisateur
Julienmos
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 289
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 36

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 17/02/17, 23:31

Did67 a écrit :
Sur cette fiche de l'Opaba (chargé du développement de l’agriculture biologique en Alsace)

http://www.opaba.org/bioenalsace/wp-con ... trices.pdf


ce qui pousse le mieux chez moi, au potager, (comme "mauvaise herbe") et de très loin, c'est le pissenlit. J'ai beau les arracher tout le temps, ça pousse et repousse, très vite.

Or qu'est-ce que je lis dans le document de l'Obapa ?

que le pissenlit indique un "engorgement en matière organique" !

ailleurs, j'ai vu aussi que c'était signe d'excès d'azote, de sol lourd (argileux) ou de sol tassé, compact, signe d'anaérobie etc...

bref, je ferais peut-être mieux de pas forcer sur les apports de foin ? :D
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 8499
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 722

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 18/02/17, 09:32

On arrive là aux limites de ces considérations, à mon avis : tu en connais, des endroits, en dehors des champs cultivés avec sol travaillé "non stop", où il n'y a pas de pissenlit ???

Le pissenlit, dans un premier temps, est une vivace qui perce facilement le foin. Au fur et à mesure où ton sol s'aggrade (devient meuble tout seul), tu arraches en "vibrant" pour avoir la racine...

Et dans un an, même dans un sol à 8 % de MO, ce ne sera plus l'ombre d'un problème. J'en avais aussi. Il reste dans la "pelouse". Ou dans les rangs de framboisiers en herbe... Ailleurs : 0 ! [je veux dire, 0 problème - il y a toujours un peu de tout, mais cela ne devient un problème que quand cela est envahissant !]

Il n'y a jamais trop de MO - se sortir cette idée loufoque de la tête !
0 x
Suggestions d'autres pages pour vous: (si rien ne s'affiche, désactivez votre Adblock...)


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités