La fin du pétrole?

Partagez cet article avec vos amis:

La fin du pétrole : Extrait imaginé d’une coupure de presse de juin 2010


Source: Colin J. Campbell/Pétroconsultants

La crise pétrolière se confirme avec le passage symbolique de la barre des 100 dollars le baril. Nous atteignons désormais des prix records pour le brut qui avertissent que le pétrole, trésor accumulé en un milliard d’années à été quasiment dillapidé 3 milions de fois plus rapidement qu’il fut crée! (3 siècles). Les protestations des automobilistes et des industriels ont bien été entendues par le gouvernement qui use de tous les arguments inimaginables pour adoucir cette annonce.

Mais, malgré l’effet tampon des taxes, le choc pétrolier a été plus que jamais, avec le passage à 3 chiffres du prix du brut, vivement ressenti comme un couteau sous la gorge de ceux qui dépendent de leur voiture, parfois aussi viscéralement que si c’était devenu une prothèse indispensable pour nous, les humains, contraints à parcourir des distances sociales se mesurant en dizaines de kilomètres minimum. Il y a les solutions telles les piles à combustibles et le nucléaire mais ni l’une ni l’autre ont la facilité d’utilisation du pétrole. Se déplacer avec une voiture individuelle aussi lourde, puissante et rapide que ce que l’on avait l’habitude jusqu’alors (hors embouteillages) devient onéreux: plus que le tiers du salaire, c’est désormais la moitié qui y passe!

Ce week end, cependant, c’était la liesse pour une autre partie de la population: les cyclistes et les piétons qui voient dans cette crise pétrolière enfin la fin d’un monde devenu invivable, le monde de la pollution à chaque coin de rue, du pétrole, du vacarne généralisé des moteurs à explosion.

L’évènement a été véritablement commémoré telle une libération de fin de guerre (la fin de la guerre avec les automobiles!). Ils sont sortis avec leurs vélos, leur rollers et même avec des vélos complètement repensés pour remplacer la voiture, plus aérodyaqmiques, confortables. Dès l’aube, des millions de cyclistes ont envahi les autoroutes d’Europe, les grands axes pour nous rappeler que, peut-être, le vélo c’est l’avenir dans une société sans pétrole surabondant, et que pour peu qu’il soit intégré dans le quotidien de tous, nous pouvons vivre plus heureux qu’avant, même avec l’essence à 5 euros le litre ou la pile à combustible à 15 euros le kilowatts.heure!

Comme pour montrer que la locomotion à essence était un mythe inutile, un groupe de cyclistes a accompli la migration normalement estivale qui consiste à la descente Paris-Côte d’azur et ce, en une seule étape de 12h… dans une « vélomobile » 6h du matin Paris, 6h du soir Marseille… sur un vélo dont le carrénage évite la déperdition d’énergie par l’air…

Cet immense évènement nous rapelle que, si on a des idées, on peut vivre et au moins se déplacer sans pétrole, et, sans recourir nécessairement aux alternatives au coût écologique discutable avec une dépense 10 fois à 100 fois ce que permet l’énergie musculaire… (biocarburant et agriculture intensive, nucléaire et risque pour les générations futures, hydraulique et modification des rivières, éolien et dégradation du paysage, électricité solaire et métaux lourds…). Ce regroupement cycliste nous montre que la principale source de gaspillage énergétique: les transports, est aussi la plus facile à remettre en cause. On dépense bien trop d’énergie à chauffer nos demeures, à s’éclairer et à faire tourner les usines… Faites que cet évènement se passe réellement!

Fêter la Barre des 100 dollars le Baril

100 dollars le baril; c’est le signe de la fin de la civilisation du pétrole. En mai 2004, j’ai imaginé que cet évènement pourrait survenir d’ici quelques années. Il n’est pas trop tôt pour commencer à organiser une « méga » fête et préparer l’opinion. Je lance l’idée: quand le pétrole franchira les 100 dollars, tous les possesseurs d’un moyen de transport non pétrolique (vélo, tricycle, roller, charettes à cheval, véhicules solaires…) devraient se réunir et venir rouler sur les autoroutes.

50 dollars le baril, on y est déjà! Nous pourrions commencer à organiser une fête du passage de la barre des 50 dollars en faisant une grosse masse critique de vélos… mais ça ne sera qu’un préparatif de la fête des 100 dollars qui doit être monstrueuse.

Faites passer.

Jean Thevenet

Note d’econologie: le baril a déja été trés proche de 100$­­­­­­­­ comme le montre cette page

Jean-Marc Jancovici, ayant lu cet article m’a précisé : « Pour ce qui est du baril,on peut corriger de la parité du dollar, et aussi de la hausse du
pouvoir d’achat, car depuis 1979 le PIB a presque doublé, de telle sorte que c’est à partir de 160 $­­­­­­­­­ le baril que l’on commencera à avoir les mêmes effets sur l’économie. « 

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *