Ethanol cellulosique, prétraitement par auto-fluorescence

Partagez cet article avec vos amis:

Amélioration des techniques de prétraitement de la biomasse

Le développement des biocarburants de deuxième génération requiert le développement de technologies notamment de prétraitement de la biomasse cellulosique et de fermentation des sucres.

L’utilisation de liquides ioniques pour dissoudre la lignocellulose et plus tard pour faciliter l’hydrolyse en sucres est prometteur mais se heurte à des coûts très élevés. De plus, les scientifiques savent peu sur le fonctionnement des liquides ioniques.

Comprendre comment les liquides ioniques sont capables de dissoudre la biomasse lignocellulosique devrait permettre de trouver de nouveaux composés qui seraient applicables aux biocarburants.

Des chercheurs américains du Joint BioEnergy Institute ont mis au point une nouvelle technique. Sur la base de l’auto-fluorescence naturelle des parois cellulaires végétales, cette technique permet de suivre dynamiquement la solubilisation durant un prétraitement de
la biomasse avec des liquides ioniques, et d’évaluer la performance du liquide.

Source et article complet (anglais)

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *