Energies du futur, la solution du mix énergétique

Partagez cet article avec vos amis:

Un mix énergétique pour remplacer le Roi pétrole?

Sur la fin du pétrole, bien plus que sa déplétion, nous avons actuellement au moins une certitude: le roi pétrole n’a et n’aura probablement pas de prince, c’est à dire de successeur qui soit autant omniprésent dans notre vie.

En effet; il n’existe pas de ressource naturelle aussi abondante et facilement exploitable (dans toutes les étapes de l’exploitation) que le pétrole.

Bien sûr, il existe les hydrates de gaz des océans dont le gisement s’élèverait à 4 fois le gisement terrestre de pétrole (brrr ca fait froid dans le dos pour l’effet de serre): mais ces hydrates ne sont pas exploitables…pour le moment.

Le futur énergétique de l’humanité sera constitué d’un mélange (mix) de différentes solutions choisies suivant l’environnement et la nature de leur utilisation avec un dénominateur commun: la parcimonie énergétique.

Un faux raisonnement populaire

Avant d’énoncer quelques unes des plus prometteuses alternatives au pétrole, nous aimerions évoquer un fait grâve.

Un raisonnement pseudo-scientifique très commun (et que les journalistes aiment à faire ou reprendre) consiste à comparer UNE SOLUTION UNIQUE (exemple: le bioéthanol) avec LA SOLUTION PETROLE et à dire que parce que CETTE UNIQUE solution ne peut remplacer le pétrole alors il faut l’abandonner. La comparaison existe aussi entre le nucléaire et les éoliennes (bien que dans ce cas elle soit un peu plus justifiée car les éoliennes n’étant actuellement rentables que grâce aux subventions).

Alors si le rendement énergétique d’une solution alternative doit être LE facteur principal du choix de développement de cette solution, justifier l’abandon d’une solution parce qu’elle ne pourra remplacer à elle seule tous nos besoin en pétrole est un comportement anti-scienfique!

Par exemple, un biocarburant avec un rendement énergétique inférieur à l’unité comme l’éthanol de Maïs par exemple, est une hérésie qu’il faut abandonner de suite, voir Eco Bilan de l’éthanol remis en cause).

Le futur énergétique de l’humanité pourrait (devrait?) être constitué d’une multitude de solutions! Et c’est fort probablement ce qui va se passer sauf grosse surprise géologique ou technologique…

Idées de mélange ou mix énergétique du futur

Nous venons de l’évoquer, sauf « suprise » technologique le pétrole ne sera probablement jamais remplacé par une seule et unique source comme beaucoup veulent le faire.

Nous pensons que la solution sera un patchword de solutions, bref un mélange dépendant de la nature de l’utilisation et de l’environnement.

Petit tout d’horizon ne n’oubliant pas que, plus une solution est courte et simple, plus éconologique elle sera.

La concentration solaire

La concentration solaire consiste à faire de l’électricité en transformant le rayonnement solaire en électricité via un fluide adéquat dans un cycle thermodynamique (moteur striling, turbine à vapeur).

Les centrales à concentration sont bien plus intéressantes au niveau du rendement (3 à 5 fois supérieur!!) que les panneaux photovoltaïques dont la rentabilité financière n’est que liée à la politique de subvention. Pourtant en 2008, il se construit encore plus de centrales basées sur des panneaux solaire PV que la concentration dont la technologie est pourtant éprouvée.

Ce n’est pas le cas de la concentration solaire qui peut faire une énergie compétitive pour peut que le projet soit bien pensé.

La concentration solaire permet également de faire de l’hydrogène solaire, seul hydrogène vraiment propre (en attendant l’hypothétique maîtrise de la fusion chaude).

En savoir plus: le projet DESERTEC, les travaux de JL Perrier avec l’héliostat ou synthèse sur les moteurs solaires

Procédé BiomassToLiquid (BtL) : liquéfaction de la biomasse.

Ce procédé, assez complexe et encore en développement, peut être très intéressant en cas d’utilisation d’un déchet ou de culture à forte création de matière sèche (miscanthus voir plus bas) afin d’obtenir un carburant liquide plus facilement utilisable ou transportable.

En savoir plus: liquéfaction par le CEA, le procédé Fischer-Tropsch ou encore le Pétrole Laigret de fermentation bactériologique

Procédé ChemicalToLiquid (CtL) : liquéfaction d’un composé non organique, comme un déchet chimique (terme proposé par Econologie.com)

En savoir plus: récement une entreprise à annoncer pouvoir faire de l’éthanol avec des vieux pneus.

Procédé FossilToLiquid (FtL) : liquéfaction d’une énergie fossile solide ou gazeuse

Ce n’est pas une solution pour l’avenir mais les recherches dans ce domaine pourrait s’appliquer aux solution du futur.

Ainsi: le procédé Fischer Tropsh pourrait s’appliquer au bois. De même la liquéfaction du gaz naturel pourrait s’appliquer au biogaz.

L’énergie thermique des mers ou ETM

Solution extrêmement méconnue qui consiste à exploiter le faible delta de température entre la surface et le fonds des océans via un cycle thermodynamique qu’on pourrait, simplement, apparenter à une pompe à chaleur inversée.

Son potentiel est immense et pourrait couvrir à lui seul actuellement plus de 130% des besoins en électricité de l’humanité!

C’est donc une solution d’avenir très prometteuse.

En savoir plus: l’énergie thermique des mers et océans

Les biocarburants de troisième génération

La voie la plus prometteuse actuelle est celle des microalgues oléagineuses qui ont un potentiel de 42 à 140 000L par ha et par an et ceci sur des surfaces non agraire, c’est à dire qui n’influent pas sur la capacité agricole alimentaire. Nous avons d’ailleurs récemment émis l’idée de distinguer les agrocarburant des biocarburants.

Ces micro algues peuvent également être employer pour capturer le CO2 en cycle fermer et faire ainsi des centrales électriques thermiques propres au niveau du CO2.

On pourrait même imaginer des cultures flottantes sur les mers et océans si besoin!! Un peu comme les bassin « flottants » de pisciculture…

En savoir plus: lire le dossier sur les biocarburants du futur de 3ieme génération ou biocarburants d’algues et centrale verte.

Les plantes à croissance rapide

Miscanthus, Sorgho, Taillis à très courte rotation (TTCR)…

Des dizaines d’espèces végétales terrestres a très forte croissance pourraient très facilement remplacer les combustibles solides comme le charbon ou même le bois de chauffage. Cette biomasse pourrait être également utilisée pour être liquéfiée pour une utilisation dans les transport.

Une des plantes les plus prometteuse est sans aucun doute le miscanthus, ou herbe à éléphant dont vous trouverez plus de détails sur la page des téléchargements sur la biomasse.

Et enfin, apprendre à moins gaspiller l’énergie

Ceci est le dénominateur commun à toutes ces sources d’énergie: il va falloir réapprendre à serieusement consommer moins d’énergie, ou plutôt consommer mieux l’énergie.

C’est à dire créer autant de richesse et de croissance avec moins d’énergie (c’est à dire améliorer d’intensité énergétique).

Conclusion: il n’y a pas que l’énergie qui s’épuise!

Voila ce que, fin 2008, nous voyons comme solutions durables aux solutions alternatives actuellement mises en place.

En effet; le lecteur attentif aura constaté que ni l’éolien ni le solaire photolvoltaïque n’apparaissent dans ce classement, et pour cause: ce ne sont pas, selon nous, de réelles solutions durables. Leur potentiel « éconologique » étant actuellement bien trop faible.

Maintenant, si l’épuisement des ressouces énergétiques est présent dans tous les esprits, ce n’est pas la seule ressource qui s’épuise. Les métaux eux aussi sont concerné par la déplétion

En savoir plus: visitez sur nos forums

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *