L’economie a besoin d’un climat en « bonne sante »

Partagez cet article avec vos amis:

Gordon Brown, Ministre des Finances, s’est adresse aux ministres de vingt pays, parmi lesquels les representants du G8 et ceux de pays emergents tels la Chine, l’Inde et le Bresil, lors d’une reunion sur le changement climatique et la volonte de reduction des energies fossiles. Il a declare aux participants que le Royaume-Uni avait reussi a diminuer ses emissions de carbone sans mettre en danger l’economie du pays. Il ajoute meme que les indicateurs economiques d’un pays ne pourraient s’epanouir que si l’on prend
garde a l’environnement et aux ressources naturelles sur lesquelles l’activite economique s’appuie. Selon lui, les problematiques
environnementales, traditionnellement traitees de facon independante, doivent aujourd’hui etre rattachees au secteur economique au sein de tout gouvernement. Ces declarations viennent contester la position des Etats-Unis qui, rappelons-le, n’ont pas ratifie le protocole de Kyoto, qui a pour objectif de reguler les emissions de gaz a effets de serre. En effet, l’administration americaine a repondu que respecter les accords du protocole de Kyoto aurait des effets nefastes sur les emplois puisque selon eux beaucoup seraient exportes vers des pays en voie de developpement ou il n’y a pas de politique ecologique. James Connaughton, directeur du departement Environnement et Qualite a la Maison Blanche a declare que la reponse au probleme residait uniquement dans l’emergence de nouvelles technologies. Le Premier Ministre Tony Blair encourage l’investissement dans de nouvelles technologies « vertes » mais prone aussi l’apparition d’un consensus international. Gordon Brown de son cote n’exprime pas de doute quant a la
validite concernant le changement de climat. Cependant la « New Economics Foundation » (NEF) se veut critique par rapport aux positions du gouvernement britannique qui, par exemple, appelle au developpement des energies renouvelables dans les pays emergents mais ne fait pas pression sur la Banque Mondiale pour limiter les credits aux energies fossiles ou les transferer vers des projets de deploiement de sources d’energies durables.

Eva Assayag

Source : http://news.bbc.co.uk

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *