Eau chaude sanitaire ECS et chaudière à bois ou granulés

Partagez cet article avec vos amis:

Chauffage aux granulés de bois: les question à se poser avant de choisir ce mode de chauffage?

Problème de l’eau chaude sanitaire avec les chaudière à pellets ou à bois

La préparation de l’Eau Chaude Sanitaire (que nous nommerons ECS par la suite) est un problème complètement (ou presque) indépendant du problème du dimensionnement de celui du chauffage.

En effet: une chaudière doit tourner pour le chauffage 4 à 8 mois (suivant la région et le comportement des habitant) dans l’année alors qu’elle doit fournir en permanence de l’ECS. On ne peut donc pas couper « en théorie » la chaudière durant les mois d’été (tout comme pour le mazout), elle fonctionnera simplement à charge réduite. Or nous l’avons vu ceci peut poser des problèmes de régulation sur une chaudière à bois (acceptable sur une chaudière à pellets mais quasiement incompatible avec une chaudière à bois).

Sur l’année, les besoins énergétique en ECS sont généralement pour une famille et maison moyenne d’environ 20% les besoins en chauffage.

De plus, généralement, les chaudières à granulés n’ont pas de ballon ECS intégré. Il faut donc préparer l’ECS à part.

Certaines chaudières disposent d’une fonction « été ». La chaudière ne ne met alors en fonctionnement que le circulateur ECS et régule la puissance sur le minium. Si ceci permet de ne pas consommer du tout une autre source d’énergie pour l’ECS, le rendement de la chaudière est fortement dégradé, ce qui ne nous parait pas très judicieux.

Alors quelles sont les solutions possibles pour avoir de l’ECS toute l’année de manière avec une chaudière à granulés sans surconsommer et encrasser sa chaudière l’été? Voici les 3 solutions envisageable: électrique, bois-électrique et, le mieux, solaire-bois-électrique.

Un ballon ECS électrique complètement indépendant

Utiliser de l’électricité pour faire du chauffage (même d’ECS) n’est pas très éconologique globalement (c’est économique et « écologique » en France à cause du kWh nucléaire bon marché et qui rejette peu de CO2 mais c’est tout) mais si le reste de votre maison est chauffée de manière verte, cela peut être un compromis éconologique assez intérressant.

Cette solution consiste donc à faire un circuit ECS complètement indépendant du circuit de chauffage.

La consommation d’énergie due à l’ECS d’un ménage moyen se situe entre 2000 et 4000 kWh/an ce qui correspond, avec un kWh électrique à 0.1 euros (abonnement compris) à une facture entre 200 et 400 € par an, si vous avez le bihoraire c’est encore mieux.

Pour information, une douche consomme environ 2 kWh.

Exemple pratique: si vous consommez 4000 kWh par an pour l’ECS, financièrement (facture de 400€ environ) correspond à 2T de granulé mais énergétiquement cela correspond seulement à environ 0.8 T (4000/5 = 800 kg). Le chauffage électrique est donc 2.5 (2/0.8) fois plus cher que le chauffage par pellets.

Cette facture électrique est donc importante pour une maison moyenne qui consommerait 4 tonnes de pellets environ. Economiquement se passer de chauffage ECS électrique, cela permettrait d’avoir 1,2 Tonnes (2-0.8=1,2) de Pellets « gratuites » par an. Autrement dit: de se chauffer gratuitement une année sur 5 environ.

Mais l’ECS électrique est aussi la solution qui coûte le moins cher à l’investissement: un ballon électrique coute 100 à 300€ alors qu’un ballon bi-énergie coûte environ 5 fois plus.

Un ballon ECS bi-énergie

C’est une solution de compromis permettrant de ne pas utiliser l’électricité quand la chaudière tourne.

Un serpentin passe à l’intérieur du ballon avec de l’eau en provenance de la chaudière. Le ballon est un radiateur de plus, mais avec un circuit séparé des autres radiateurs et une gestion spécifique (déjà prévue dans la plupart des régulations de chaudière). Le ballon possède également une résistance électrique pour les périodes d’été ou il n’est pas judicieux de faire fonctionner la chaudière à cause de la faible puissance nécessaire à la préparation de l’ECS (voir problème du dimensionnement).

Cette solution est très décriée par les professionnels qui disent qu’il vaut mieux bruler du granulé que de l’électricité, compte tenu des rendement faible en été, ce n’est pas forcément vrai.

Exemple pratique: si votre chaudière est coupée 6 mois par an (compromis) cela permet d’économiser environ 50% sur votre facture d’électricité ECS. Si nous reprenons le raisonnement et les chiffres plus haut, ne pas utiliser de complément électrique, permettrait « juste » de gagner 1 année de chauffage tous les 10 ans.

Cette solution nous semble donc le meilleur compromis investissement prix mais écologiquement, la meilleure solution est d’utiliser ni pellets ni électricité en été quand le soleil brille! Nous pensons bien évidement à l’utilisation de l’énergie solaire!

Le Best of, un ballon ECS tri-énergies: bois-solaire-électricité

Le compromis bois-solaire est, pour nous, la meilleure solution autant en terme d’énergie brute qu’en terme de budget annuel de chauffage mais c’est celle qui coûte, évidement, également le plus cher à l’investissement.

(personnelement c’est cette solution que nous avons comme vous pouvez le voir sur cette page: schéma bois solaire pour ECS et plancher chauffant.)

Le terme tri-énergie est un peu abusif car si votre installation est bien dimensionnée l’électricité ne devrait servir à rien. En effet, la courverture solaire pouvant aller jusqu’à 80% de vos besoins en ECS. Les 20% restants étant fournie par le bois en hiver. L’électricité devrait donc être utilisée pour moins de 10% des besoins.

Par exemple sur notre installation (voir schéma bois solaire pour ECS et plancher chauffant) nous avons bien une résistance électrique mais elle n’est pas cablée et nous ne comptons évidement jamais la cabler (elle sert de « bouchon » voir les photos).

Technologiquement: c’est comme un ballon de chaudière normal à la différence qu’un serpentin supplémentaire a été ajouté le solaire.

En hiver : majorité de l’ECS produite par la chaudière.
En été : majorité de l’ECS produite par le soleil et le complément (très faible) par l’électrique.

Cette solution est donc le meilleur compromis en terme de rejet polluant et de budget de chauffage mais l’investissement est lourd (comptez 30 à 35 000€ pour 8m² de panneaux et la chaudière bois hors primes ou crédit d’impôt) mais finalement cela constitue un bien meilleur compromis éconologique qu’une pompe à chaleur dont les prix peuvent être largement supérieurs et dont la maintenance, le coût à l’utilisation et la durée de vie sont plus défavorable!

C’est pourtant la pompe à chaleur qui a le vent en poupe à cause notamment des campagnes de pub effectuées par EDF. Nous pensons que les désillusions liées à cette énergie (géothermie faussement appelée renouvelable) seront bientôt très grandes chez les utilisateurs (coûts de maintenance, consommation électrique et durée de vie)…De plus utiliser une pompe à chaleur c’est développer et renouveler le nucléaire: ce n’est donc écologique que sur le papier des commerciaux.

Conclusion générale du dossier: le granulé de bois, le compromis éconologique aux énergies fossiles!.

Le granulé de bois est une solution de compromis éconologique entre le chauffage au bûches de bois et le chauffage aux énergies fossiles: les granulés apportent un confort d’utilisation que les bûches ne pourront sans doute jamais apporter.

Evidement ceci à un coût: à l’investissement mais également à l’utilisation.

En effet, un kWh de granulé livré en vrac coûte environ 200€/5000kWh = 0.04 € alors qu’un kWh de bois en bûches coûte environ (à 60€ la stère de hêtre sec) : 60€/2000kWh = 0.03 €. Le Pellet en vrac est donc 33% plus cher que la buche (et 60€ le stère c’est déjà un prix élevé) néanmoins cette différence est compensée par un rendement des appareil a pellets généralement plus élevé que celui des appareils à bûches.

Le granulé de bois est un moyen économique et écologique de chauffage (aucun liant n’est utilisé, les granulés tiennent par fritage c’est à dire par pression interne).

Ce mode de chauffage est promis à un bel avenir à conditions que l’approvisonnement en granulés soit fiable (ressource limitée tout de même) et n’aligne pas (trop) ses prix sur le pétrole. Voir : quel avenir pour le prix des pellets de bois?

Les granulés ne sont donc pas la solution miracle mais un très bon compromis pour ceux qui oseront investir pour le futur.

En effet, le gisement de déchets de bois ne permettrait pas, loin de là, de chauffer tous les Français avec du granulé.

L’avenir énergétique est fait de solutions diversifiées et surtout d’économies d’énergie!

Lire la suite (annexe): Propriétés des pellets de bois

Article précédent: Silo, stockage et alimentation automatique des granulés

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *