Du côté des nuisances de l’automobile : Polluer tue !

Partagez cet article avec vos amis:

L’an passé l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale ( www.afsse.fr ) montrait que «de 6500 à 9500 personnes âgées de plus de 30 ans étaient décédées en 2002 du fait d’une exposition à la pollution par les particules fines (d’une taille inférieure à 2,5 microns), émises notamment par les automobiles».

Aujourd’hui les experts se penchent sur le cas des enfants et confirment les craintes quand à leur plus grande vulnérabilité faces aux nuisances générées par le trafic routier :

– Les jeunes enfants et les adolescents sont plus vulnérables aux effets de la pollution atmosphérique car leur métabolisme et leur physiologie sont encore immatures [3],

– être exposé aux gaz d’échappement (en particulier des véhicules diesel) et vivre à moins de 500 mètres d’une gare routière multiplie par 12 le risque pour un enfant de décéder d’un cancer [1],

– vivre près d’un garage ou d’une station-service pourrait quadrupler le risque de leucémie infantile [2],

– le bruit a un impact sur leur capacités cognitives, leur motivation et leur niveau d’inconfort [3],

– en réduisant leur activité physique, la dépendance à l’automobile favorise le surpoids et donc certaines maladies [3],

– à long terme, la densité du trafic dans les zones d’habitation peut avoir un impact en perturbant le développement de l’autonomie et de l’interaction sociale [3],

– Enfin, sur le plan psychologique, le fait de se déplacer de manière active (marche, vélo) réduit les taux de dépression, d’angoisse et d’agressivité[3].

L’étude européenne présentée par l’ADEME [3] propose de nombreuses orientations politiques : intégrer la santé des enfants au cœur des politiques de transport, donner la priorité à la réduction et au contrôle de la vitesse automobile, mettre en place dans les écoles des plans pour une gestion durable de la mobilité, étendre les infrastructures destinées aux cyclistes, établir des mesures fiscales incitatives, etc.

[1] Pr. Knox (Université de Birmingham), 2005, Journal of Epidemiology and Community Health

[2] Inserm, 2004, revue Occupational and Environmental Medicine

[3] Les effets du transport sur la santé des enfants : vers une évaluation intégrée des coûts et de la prévention », ADEME éditions, Janvier 2005, réf. 5216.

En savoir plus ? Télécharger le dossier de l’Ademe

Source:Résistance à l’Agression Automobile

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *