Des ingenieurs chimistes developpent des additifs d’essence ecologiques

Partagez cet article avec vos amis:

Des chercheurs de la chaire de developpement des processus chimiques de l’universite de Dortmund (Rhenanie du Nord – Westphalie) developpent actuellement un additif d’essence alternatif destine selon eux a un brillant avenir : le GTBE (Glycerine-ter-butyl-ether). Cet additif est forme a partir de la glycerine et est plus avantageux par rapport aux autres additifs d’un point de vue ecologique.

Depuis l’interdiction de l’utilisation d’additifs au plomb dans l’essence, on utilise en Allemagne le MTBE (Methyl-ter-butyl-ether). Celui-ci garantit un haut Indice d’Octane Recherche IOR (RON – Research Octan Number) dans l’essence et n’endommage pas le moteur. Toutefois, son utilisation n’est pas tout a fait inoffensive, et elle est en partie interdite aux Etats-Unis en raison de sa forte solubilite dans l’eau (le MTBE peut facilement s’infiltrer dans les eaux souterraines). "Le MTBE n’est certes pas toxique" estime M. Arno Behr de l’universite de Dortmund, "mais il a un gout et une odeur tres desagreables qui font qu’on ne souhaite evidemment pas le trouver dans l’eau potable". A ce titre, M. Behr et ses collaborateurs travaillent depuis longtemps a un additif alternatif: le GTBE. C’est un substitut satisfaisant au MTBE, il presente aussi un haut Indice d’Octane Recherche et assure egalement une longue vie au moteur.

En outre, l’additif a base de glycerine presente avant tout des avantages environnementaux: le GTBE n’est pas soluble dans l’eau et est plus ecologique que le MTBE traditionnel. Il est par ailleurs une alternative interessante pour l’industrie des carburants au niveau du prix: la glycerine
est pour le moment certes plus couteuse que le methanol, mais M. Behr pronostique dans les annees a venir une baisse massive de son prix en raison d’une presence massive sur le marche mondial. En effet, en raison de directives europeennes preconisant une augmentation de la production de diesel au colza d’ici 2010, la production de glycerine – produit de recuperation du diesel au colza – se montera alors a 700.000 ou 800.000 tonnes par an en Europe. "Il n’existe pas encore d’application pour cette quantite de glycerine" explique M. Behr. La glycerine en tant qu’additif a un carburant permettrait ainsi de resoudre trois problemes a la fois: elle est ecologique, disponible en grande quantite en tant que recuperation des diesels au colza, et de ce fait finalement peu couteuse.

L’equipe de M. Behr a mis au point un procede technique qui permet de produire du GTBE au sein d’un systeme circulatoire ferme sans residus. Mais l’utilisation de la glycerine ne se fera pas aussi rapidement qu’on pourrait le souhaiter, "le passage du MTBE au GTBE represente des investissements considerables et depend avant tout des decisions des grands groupes petroliers" explique finalement M. Behr, "mais l’impact ecologique est tout de meme un argument important".

Contacts :
– Prof. Dr. Arno Behr -tel : +49 231 755 2310, fax : +49 231 755 2311 –
email :
behr@bci.uni-dortmund.de
Sources : Depeche IDW, Communique de presse de l’universite de Dortmund,
15/02/2005
Redacteur : Nicolas Condette,
nicolas.condette@diplomatie.gouv.fr

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *