Biomasse et pétrole de synthèse, travaux de Laigret

Partagez cet article avec vos amis:

Le pétrole de fermentation peut être produit partout. Extrait d’un article tiré de Science et Vie de…1949.

A Tunis, le Dr Jean Laigret vient d’obtenir du pétrole par l’action d’un ferment, le bacille « perfringens » sur les matières organiques les plus diverses. Cette découverte qui élucide le problème de la formation du pétrole naturel peut provoquer une révolution économique. Elle apporte un prestige nouveau à l’Institut Pasteur de Tunis, dont le directeur, Charles Nicolle (1866-1936), avait reçu le prix Nobel de médecine en 1928.

pétrole de synthèse

En 1943, à l’Institut Agronomique d’Alger, deux ingénieur, MM. Ducellier et Ismann, s’efforçent de mettre au point un procédé de production de « gaz de ferme » ou méthane obtenu par fermentation du fumier. « Méthane » est l’un des noms du gaz des maris. En laboratoire, on l’obtient assez aisément; mais lorsqu’ils opèrent sur de grandes quantités et en utilisant des déchets, les techniciens algérois constatent que leur production est constamment interrompue ou gênée par des incidents dont ils ne parviennent pas à démêler la cause. A la même époque, le Dr Laigret était professeur de bactériologie à la Factulté de médecine d’Alger. Né à Blois en 1893, il a fait ses études à l’Ecole de Santé navale de Bordeaux et, après un séjour aux institus Pasteur de Brazzaville et de Saïgon, s’est signalé à Dakar par des recherches sur la fièvre jaune. Charles Nicolle l’a appelé à Tnus pour l’aider dans les travaux qui devaient aboutir à la mise eu point du vaccin de la fièvre jaune.

Le gouvernement lui demanda d’étudier le comportement des diverses bactéries qui intervenaient dans la formation du gaz du fumier. Il ne tarda pas à se convaincre que la production de ce gaz n’était perfectible qu’au stade de l’exploitation industrielle.

Mais il fut ainsi amené à observer l’action d’un des bacilles anaérobies les plus communs dans la nature, le bacille perfringens. Les bacilles anaérobies sont des microorganismes capables de vivre dans un milieur privé d’oxygène. Le perfringens possède déjà une certaine notoriété: c’est en effet l’un des microbes les plus importants de la grangrène gazeuse; d’autre part, son action de ferment destructeur de la matière organique aux dépens de laquelle il produit du gaz carbonique et de l’hydrogène est bien connue. Néanmoins, tout cela n’est rien comparé au rôle que va lui découvrir au bout de plusieurs années de recherches le Dr Laigret…

Lire la suite et fin de l’article: Pétrole synthétique par le Dr Laigret

La biographie de Laigret sur le site de l’institut Pasteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *