Biogaz, nouvelle technologie Biomass to Gas

Partagez cet article avec vos amis:

De l’électricité et de la chaleur produites à partir de biomasse avec une nouvelle technologie de production de gaz

Le 3 août 2009, le Ministre fédéral de l’environnement Sigmar Gabriel a mis environ 3,5 millions d’euros à disposition de la plate-forme technologique pour la bioénergie et le méthane (TBM, [1]), dans le cadre du programme fédéral d’innovation environnementale. A l’aide d’un projet pilote, l’entreprise TBM mettra en application pour la première fois un procédé de production de gaz développé récemment pour produire de l’énergie électrique et de la chaleur à partir de biomasse. Ainsi, environ 26.000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) pourront être économisés. Par ailleurs, une plate-forme de recherche et développement « BtG » (Biomass-to-Gas, [2]) est édifiée sur le même site, dotée de 1,1 million d’euros dans le cadre du programme fédéral de soutien « Optimisation de l’exploitation énergétique de la biomasse ».

Selon Sigmar Gabriel, « l’utilisation énergétique de la biomasse est un facteur clé de la mise en application pratique du paquet de mesures voté par le gouvernement fédéral en 2007 pour lutter contre le changement climatique. Nous souhaitons réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2020 par rapport au niveau de 1990. La production décentralisée de gaz à partir de biomasse, destinée à produire de façon couplée de l’électricité et de la chaleur, exploitera les matières premières de façon plus efficace et engendrera moins d’émissions ».

L’entreprise TBM mettra en pratique une technique développée récemment par le centre de recherche en énergie solaire et hydrogène (ZSW, [3]) de la région de Bade-Wurtemberg. En comparaison avec les installations de biomasse en activité actuellement, un nouveau matériau utilisé comme lit fluidisé [4] et une méthode d’exploitation différente permettant de produire un gaz riche en hydrogène, vont être mis en application. L’oxyde de calcium employé comme lit fluidisé contribue à la diminution de la quantité de CO2 et de goudron contenus dans le gaz. De plus, l’utilisation de températures réduites permet l’emploi de résidus de bois et ainsi les hautes exigences concernant le site, au voisinage immédiat de la réserve de biosphère du Jura souabe, sont prises en considération.

Avec le projet de recherche, des possibilités d’utilisation non polluantes du gaz produit AER [5] seront étudiées, en particulier pour la production complémentaire d’hydrogène et pour remplacer le gaz naturel. Par ailleurs, les possibilités de production à plus haute efficacité seront sondées.

Les deux projets seront soutenus dans le cadre de l’initiative de lutte contre le changement climatique initiée par le Ministère fédéral de l’environnement (BMU). Le Land de Bade-Wurtemberg participe au projet de recherche à hauteur de 1,3 million d’euros et investit 500.000 euros supplémentaires dans la construction de l’installation de démonstration.

– [2] BtG : Biomass-to-Gas, carburant de synthèse liquide. La voie Btl comporte trois grandes étapes : le conditionnement de la biomasse (pyrolyse ou torréfaction), la gazéification et le traitement du gaz de synthèse, et la synthèse du carburant proprement dite selon la réaction de Fischer-Tropsch.

– [4] Lit fluidisé : un lit fluidisé est constitué d’un ensemble de particules solides traversé de bas en haut par un fluide dont le débit est tel que le frottement du fluide sur les grains équilibre leur poids. Les particules sont mises en mouvement et subissent de nombreuses interactions, mais leur mouvement barycentrique moyen est nul.

– [5] AER : Absorption Enhanced Reforming

Source: BE Allemagne

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *