A propos de Paul Pantone

Partagez cet article avec vos amis:

« Voici le témoignage d’un « néophyte » scientifique à propos du « moteur Pantone » (témoignage du forum de utura science) . Pour avoir assez bien étudié le procédé et après avoir rendu visite à Mr Pantone, je dois dire que je partage certaines de ces remarques (mais pas toutes) et surtout celle ci : la situation est trop critique pour donner du crédit aux charlatants revendiquant des choses qu’il ne sont pas capables de simplement prouver !

Néamoins, si Mr Pantone peut être qualifié de malhonnête (à ce propos : évitez d’aller le voir comme je l’ai fais, vous ne perdrez que votre argent, le décallage entre l’homme et son site est flagrant) il n’en demeure pas moins qu’il a permis indirectement, grâce aux montages sur tracteurs Diesels et à l’idée de Mr David, de montrer l’efficacité de l’injection d’eau dans les moteurs thermiques ( voir notre expérience sur ZX Turbo Diesel ). De même l’idée de récupérer des pertes à l’échappement pour préconditionner le carburant ou mélange semble bonne mais trés loin d’être maitrisée ( voir l’étude d’ingénieur sur le procédé Pantone )…Je suppose que le problème majeur n’est pas technique mais econo-humain…

A l’opposé de ce raisonnement croire que de puissants groupes industriels ne défendent pas leurs intêrets serait de la pure naïveté »

Christophe Martz, 14 Juin 2004, qui n’a rien à vendre 😉

Eau, Moteur et Pantonite..

Afin de rendre votre moteur totalement écologique et en plus économique il suffit d’appliquer une démarche très simple. Lui adjoindre un dispositif dénommé « réacteur Pantone ». Quelques coudes de quincaillerie, un bidon pour mettre de l’eau, faire buller le tout ajouter un noyau magnétique et le tour est joué. Le moteur ainsi « rétrofitté » en plus de produire une force motrice, assaini l’air ambiant en rejetant un mélange gazeux s’apparentant à l’air le plus pur avec une odeur printanière en sus, il émet aussi de la vapeur d’eau pure qui peu convenir à l’alimentation des nourrissons et une fois le processus stabilisé on peux même mettre des eaux souillées provenant de fosses sceptiques pour entretenir la réaction tout en diminuant la proportion de carburant fossile jusqu’à des dissolutions infinitésimales.

Le précédant paragraphe n’est que la synthèse des descriptifs publiés par Quanthomme. Récrit de cette manière un doute nous assaille

L’eau et les moteurs thermique… Depuis bien longtemps l’eau s’est avéré utile dans les moteurs dits « à combustion interne », par opposition aux moteurs « à combustion externe » telle les machines à vapeur. L’eau y est d’ailleurs omniprésente. Tout ingénieur qui approche ces moteurs découvre le diagramme de Carnot, qui explique l’enthalpie des transformations en son sein. Le rendement de tous ces moteurs étant caractérisés par Qa/Qc, soit « quantité d’air » sur « quantité de chaleur », si plus d’air entre tandis que l’on maintient la quantité de chaleur, le rendement augmente. La vapeur d’eau est alors très intéressante, son inertie thermique est mécanique est plus grande que l’air et que le mélange gazeux combustible. Le cylindre se remplira sensiblement plus tandis que la combustion sera plus contrôlée. Enfin la température de la chambre de combustion « piston, chemise, culasse » étant proche des 500° après la phase d’échappement l’eau va permettre un meilleur refroidissement de l’ensemble, type échangeur eau-eau. Des observations de gain en rendement de l’ordre de 10 à 15% sont régulièrement observées. La problématique de l’adduction d’eau à long terme provient de ses avantages. A froid cette vapeur tant à condenser dans le bloc cylindre condensant par la même le mélange détonnant. A haut régime, lorsque l’environnement extérieur est froid, du givre se forme dans les venturis de carburation. Ces problèmes sont aisément modélisables sachant que PV = nRT, n et R étant des constantes d’un fluide gazeux donné, tandis que P, V et T représentent respectivement pression, volume et température. L’inertie physique de la vapeur d’eau va tendre à réduire le volume utile du cylindre par effet de masse. Cette diminution du volume utile provoque une modification de la cylindrée du moteur assimilable à une suralimentation. Ce changement déplace le point d’allumage rendant le mélange plus détonnant on préconise alors l’adjonction de composés volatiles qui absorberont un trop plein de calorie pendant leur phase de mise en gaz retardant la réaction. Il s’agit principalement de méthanol. Finalement et plus encore sur les moteurs Diesel, l’eau tant à oxyder la chambre à combustion d’une part et l’ensemble échappement d’autre part, tandis que sur un moteur essence les contraintes mécaniques tendent vers une usure prématurée de l’ensemble mobile. En conclusion, il est normal et modélisable un gain de rendement lors de l’adjonction d’eau ou de vapeur d’eau dans un moteur thermique.

A partir de ce point il est aisé de constituer avec un peu d’astuce un dispositif qui va apparaître révolutionnaire pour le néophyte, en augmentant le rendement d’un moteur par de l’eau. Toute l’astuce consistant à maquiller- en anglais on dirait « obfuscate » – l’opération aux yeux du dandy. Commençons par y adjoindre un noyau magnétique sans en expliquer le rôle. Le magnétisme est toujours empreint d’une certaine magie dans l’esprit de la plupart des gens, il s’agit d’une des rares forces auxquelles nous soyons confronté dont on observe que la résultante. Prétendons ensuite que l’on ne sait pas exactement pourquoi, ni comment mais que le modèle ne s’explique que si le cassage de la molécule d’eau intervient qui et cela tout le monde le sait n’est composé que d’oxygène et d’hydrogène, les deux combinées offrant une combustion parfaite. S’entourer d’un verbiage à caractère scientifique mais assez accessible. Laisser les gourous de tout poils enrober le tout – calcul de cote aux pendule, pratique alchimique, théorie de l’éther, nouvel élément chimique – le pantonium-, aimant multi-pole… Il vous suffit alors de VENDRE non des dispositifs industrialisés mais des dossiers permettant à chacun de réaliser soi-même le dispositif. Si l’ayant acheté vous y arrivez vous êtes de ces élus, sinon nous allons vous proposer de vous ABONNER à une lettre décrivant des variantes possible.

Certains osent l’expérience et finalement leurs moteurs (qui ne sont pas infaillible !sic!) cassent. D’autres cherchent à comprendre et mesurer le phénomène et sont vite déboutés, traités d’incroyant ou cherchant une solution donnée se voient inciter à réviser entièrement leur protocole. Il s’agit d’une secte finalement, une secte technologique mais une secte quand même. Le gourou bien sur ne prends même pas part a ce verbiage, entouré d’une aura de sainteté sont message n’est relayé que par les lieutenants ou sous-lieutenants qui l’entoure.

Pourquoi me croire, me direz-vous ? Je ne sais pas. Je ne suis ni pétrolier, ni même une personne d’influence. Je paye hélas mon carburant comme tout le monde. Je cherche à trouver une autre approche au problème d’énergie durable, comme beaucoup. Je n’ai rien à vendre est sûrement mon meilleur argument. Pourquoi ne pas les croire ? Ils VENDENT des cahiers sensés vous ouvrir la porte de l’exclusivité. Pour le seul bien de l’humanité alors pourquoi de prix variant en fonction du pouvoir d’achat. D’ailleurs $­­­­­­­­­­­­­­­­­400 pour les USA et $­­­­­­­­­­­­­­­­­600 pour l’Allemagne, et vu le nombre de tonnes de carbone émis dans ces 2 cas me semble tenir de la farce. A moins bien sur que l’Allemagne soit la première puissance mondiale. Ne serait-ce pas plutôt parce que la graine de l’écologie y est plus forte. J’oubliais, 20 ans pour mettre au point un Pantonisateur sur un moteur de VW, même sans modèle mathématique, me semble quand même très lent. Monsieur Diesel mis moins de temps que cela. Le fondement de la théorie est basé sur un message divin de 1h30 qui de plus lui préconisa le modèle commercial. Tout instrument de mesure va perturber la réaction. Ne jamais démonter le dispositif, il marche c’est tout.

Sincèrement votre Jean-Marc

Je rajoute la copie d’un mail d’un visiteur de ce site :

« L’inventeur de ce systéme se nomme Paul Pantone, il se présente comme le grand sauveur de l’humanité, et, incapable de développer une technique qu’il a découverte on ne sait trop comment, a déposé un brevet, puis communiqué librement le principe sur le web. Ainsi, si quelqu’un lui tire les marrons du feu, il pourra palper les dollars, sans avoir eu besoin de se fatiguer ou d’investir. En attendant, il arnaque les pigeons, en leur vendant ses « plans », destinés à transformer leur automobile, pour rouler à l’eau du robinet. Pour 1500 dollars, sa société bidon « GEET », vous initie, et vous révéle ses « secrets » dans un « stage » à Salt Lake City.
Mais le systéme lui, bien qu’expérimental, existe, et ses effets semblent difficilement explicables.

Un jeune ingénieur français, Christophe Martz, a voulu en avoir le coeur net, et à, dans le cadre de son projet de fin d’étude à l’ENSAIS, construit un banc d’essai, destiné à tester le systéme Pantone; Les résultats sont vraiments surprenant: la diminution, pour l’instant inexplicable de la pollution est avérée. Le moteur semblent même capable de fonctionner en aspirant son propre échappement. Etonnant non? Il semble que le mélange introduit dans le réacteur Pantone, se transforme en un gaz, pour l’instant indéterminé, mais aux propriétés trés interessantes. Monsieur Martz a en outre mesuré une diminution de la consommation de 10%. Vous pouvez trouver le rapport complet à cette adresse: rapport pantone

Un autre constructeur, Monsieur DAVID, a réalisé, et publié des essais sur divers moteurs. Il a même réalisé un bruleur extraordinaire, utilisant du gazole comme carburant, et produisant une intense chaleur, sans aucun rejet apparent: http://quanthomme.free.fr/pantone/pagedavid/PageM_David8.htm ce serait peut-être une bonne solution, pour la chauffe de certaines de nos locos (parfait en intérieur, par exemple…).

Le site Quant’Homme, qui contient les travaux de Monsieur DAVID, se veut un recueil non exhaustif d’idées « exotiques ». C’est gentil à lire, surtout si on aimait les contes de Grimm dans sa jeunesse; C’est dommage, car ça discrédite les travaux sérieux de Messieurs Martz et David.
Voila, je pense qu’actuellement, montrer que la CAV, a son niveau, se préoccupe d’environnement, et plus particulièrement de qualité de l’air, ne peut-être que profitable pour nous tous; Le cas échéant, dites moi ce que vous en pensez.
Cordialement. »

D'autres pages pour vous sur le même sujet:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *