A propos des kits Gillier Pantone vendus

Partagez cet article avec vos amis:

Pourquoi il est désormais possible (voir conseillé) d’équiper son véhicule d’un kit d’injection ou de dopage à l’eau Gillier Pantone Edit par C.Martz au 1/1/09.

Depuis que j’ai écris la 2ieme partie de l’article ci-dessous, fin 2005, beaucoup de choses ont évolué. Voici les trois plus notables à mes yeux et qui vont dans le sens de la démocratisation et légalisation des kits de dopage à l’eau renommés depuis kit Gillier-Pantone.

Ces 3 avancées « majeures » pour le dopage à l’eau Gillier-Pantone nuancent donc fortement l’article ci-dessous rédigé fin 2005, il y a donc 3 années, où je déconseillais l’installation (commerciale) d’un kit dopage à l’eau.

Je conseille néanmoins la lecture de l’intégralité de cet article afin de comprendre l’évolution depuis ces 3 années.

Pourquoi il est prématuré d’acheter des kits « pantone » (système G) ou « Spad » ? par Christophe Martz, le 22/12/05

Après l’interet pour quelques médias francophones et le début de la mise sur le marché de kits et tout en étant, je pense, un des précurseur francophone du procédé, j’aimerais faire quelques mises au point par rapport à ces démarches.

Les bases du problème

En effet; en l’absence de toute recherche scientifique sérieuse publique sur le dopage à l’eau, il est prématuré et risqué d’acheter de tels kits sur vos moteurs et ceci pour 2 raisons essentielles :

  • Aucune garantie de résultat n’est apporté par les vendeurs
  • La perte de votre garantie, assurance, bref vous devenez illégal en installant un tel système (imaginez le cas d’un accident mortel avec votre voiture non assurée ?)

Si le 2ieme point est, en quelque sorte une formalité administrative ( et donc solvable ), le premier point est bien plus délicat à résoudre. En effet; aucun vendeur n’est capable de prouver, banc de mesure à l’appui que ses kits sont efficaces, de plus tous les essais indépendants sur banc d’essai ( les miens compris ) n’ont pas mis en évidence des résultats tangibles. Et fait encore plus grave, aucun de ces « vendeurs » n’accepte de collaboration scientifique ou commerciale de notre part. Pourquoi ? Ont-ils quelque chose à cacher ?

Attention, par contre, nous conseillons plus que vivement le prototypage de votre moteur tant qu’il est réalisé par vous même. Vous trouverez pour ceci beaucoup d’informations sur les forums.

Alors le dopage à l’eau ca marche ou pas?

Il y a trop de montages qui ont été réalisé et qui donnent des résultats depuis des années sans perte de fiabilité pour ne plus avoir à douter: le dopage à l’eau ca marche et c’est fiable.

Néanmoins, selon la qualité de réalisation de votre « dopage » et surtout les conditions d’utilisation de votre voiture, il se peut que les résultats en terme de consommation soient faibles ou nuls.

D’après notre expérience, nous avons constaté que le procédé était fonctionnel, dans certaines conditions. Mais ces conditions sont loin d’être maitrisées et explique la non garantie de résultats de la part de ces kits.

C’est évidement pour ces raisons que nous nous refusons à faire du commerce avec de tels kits tant que les 2 points cités plus haut ne seront pas résolus.

Analysons maintenant plus en détail la démarche des vendeurs.

Protection intellectuelle

Dans le cas de dopage à l’eau, il est, logiquement, faux de parler de procédé « Pantone ». Non seulement le brevet de Pantone n’en parle pas mais, en plus, lorsque j’en ai parlé en personne à Paul Pantone, ce dernier prétend que ce montage ne « marche pas ». Néanmoins, une partie de son brevet, le « réacteur » est utilisé mais personne, à ma connaissance, n’est capable de dire si il se passe quelque chose de spécial dans ce réacteur autre qu’un classique reforming (d’hydrocarbures donc pas de craking de l’eau)…Même si les hypothèses en tout genre sont légions !

kit injection d'eau gillier pantone

La paternité de ce système, le « systeme G » revient bel et bien à Mr David et au propriétaire du tout premier tracteur monté : Mr G. (qui, pour les septiques du net existent réellement, je les ai rencontré en 2001!) et, dans une moindre mesure, à Mr Jean Pierre Chambrin qui utilise aussi une proportion d’eau « traitée par les gaz d’échappement ». Il est fort probable que d’autres brevets défendent également cette idée.

Néanmoins, il faut savoir que la diffusion sur internet de ce système début 2001 a mis le principe de base du dopage à l’eau dans le domaine public. C’est peut être aussi pour cela qu’aucun industriel ne s’intéresse au système. Quoiqu’il en soit le copyright déposé par l’association APTE est non seulement abusif car il s’approprie les travaux de Mr David (à ne pas confondre avec David X, monteur vendeur chez APTE justement) mais en plus ne protège en rien ce procédé.

Aspects technologiques

Concernant le « dopage a l’eau » sur les moteurs diesel , il convient de préciser qu’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions sur différents points :

  • Le problème majeur est bien évidement la compréhension du phénomène (qui ne se passe pas forcément entièrement dans le « réacteur »). Nous aimerions insister sur le fait que ce n’est que par une compréhension intégrale du montage que des améliorations (autres que des tâtonnements) et une reproductibilité sans faille (1ère voie vers une industrialisation et une démocratisation du système) seront possibles. Pour le moment, ce montage est loin d’être compris (du moins par nous car il est probable que les motoristes aient déjà fait le tour de la question).
  • Le deuxième point important vient de l’efficacité du système. Nous pouvons entendre des chiffres très évasifs à ce propos (l’évasion mentale semble être une habitude autour du procédé pantone !) et une baisse de la consommation de 50% doublerait le rendement du moteur diesel et dépasserait ainsi le rendement théorique (et mécanique par construction) du moteur diesel. Ceci est impossible sans apport énergétique…Hors, encore une fois, personne (moi compris) n’a été capable de prouver sur un banc d’essai de puissance(chiffres de consommation comparative à l’appui) cette baisse de consommation.

    Néanmoins, il est certain, qu’une certaine quantité d’eau injectée dans un moteur va, sous certaines conditions bien précises, améliorer le rendement. Le problème réside dans le fait que l’effet opposé peut se produire et annuler ou, pire, inverser les gains obtenus.

  • Même si les premiers montages ont déjà plusieurs années, le recul est encore trop faible et les études, publiques, trop peu nombreuses pour montrer qu’il n’y a aucun risque mécanique ou humain avec ce montage. Mais ceci ne semble pas empêcher le commerce fait par certains.

Aspects financiers

En effet; certaines personnes commencent à faire un véritable commerce de ce système. Ceci se fait soit sous la forme de « kit de montage » soit sous la forme de « stage de formation ».

  • Si le kit de montage a pour but de faciliter la vie du propriétaire du moteur et de participer à la démocratisation du système (une bonne chose en soit !), il se pose le problème de l’homologation, de la perte de garantie du moteur modifié, et de la mise hors la loi dans le cas d’une utilisation routière (défaut de carte grise). Ce commerce est donc hautement risqué pour l’instant. Tant qu’il n’y a pas d’accident, pas de problème…mais dans le cas contraire…attention c’est de la prison ferme qui est en jeu !
  • Les « stages de formation » posent le problème de la qualité des informations données et du prix demandé, généralement exagéré (plus de 500 € !) pour des informations libre d’accès sur Internet (et entre autre sur ce site) !
    Les « formateurs » sont également des personnes inconnues de la communauté créée autour du pantone et autoproclamé ainsi. Ceci n’est pas très sérieux…et pire, risque de décrédibiliser le système, aux yeux de certains (les plus sceptiques). Le seul véritable intérêt de ces stages sont l’accès à l’information pour des personnes ne disposant pas d’accès à Internet…mais à quel prix ?
  • Dans tous les cas, nous ( moi et le site éconologie ) ne cautionnons ni la vente de kit, ni ces pseudo-formations.

    Sur Econologie, nous ne vendons pas de kits et dénonçons les tentatives d’arnaques. Notre but est actuellement de faire avancer la compréhension du procédé! !

    Vers la compréhension du procédé.

    Depuis presque trois ans, mon ami technicien motoriste, Olivier ( propriétaire de la Zx, cliquez ici ) et moi même travaillons indépendamment de toute organisation ( et évidement notamment des vendeurs de kit ) sur ce projet.

    Nous confirmons l’amélioration de la combustion, du comportement et du rendement moteur dans certaines conditions. Nous avons essayé, avec nos seuls moyens :

    • de comprendre ce qu’il se passait dans un moteur dopé,
    • de trouver les meilleures conditions pour obtenir les meilleurs performances.
    • de reproduire au mieux les résultats
    • Nous axons actuellement nos travaux de recherche et de mise au point sur ces points.

    Nous avons constatés que les conditions de fonctionnement du procédé ne sont pas satisfaisantes sur des moteurs a faible charge et régime de rotation variable.

    Nous avons réussi à pallier à ces inconvénients après de nombreuses heures d’essais et d’échecs. Ces améliorations ont abouti au dispositif que nous avons jugé utile de breveter. Ce brevet d’invention porte le numéro FR2858364 et à été publié au bulletin officiel de la propriété industrielle le 4 février 2005.

    Le document est disponible sur ce site, cliquez ici.

    Les aspects techniques de ce brevet montrent bien la complexité atteinte pour obtenir, sur véhicule routier, des résultats « corrects ». Nos travaux de motoristes n’ont plus grand chose à voir avec les travaux de mécano-soudage des kits vendus mais soyez sur que ces commerçants se sont inspiré de nos travaux. C’est d’ailleurs moi qui ai donné les première informations sur le dopage à l’eau au président de APTE…

    Conclusions

    En guise de conclusion, je dirais que nous trouvons, qu’à ce stade de recherche, il est encore hasardeux et risqué de commercialiser tout type de kit utilisant le procédé « pantone » en dopage à l’eau.

    Le système n’est actuellement absolument pas commercialisable car il reste expérimental et fait au cas par cas ( prototypes plus ou moins efficaces )

    Ceci est confirmé par des témoignages contradictoires de deux grandes revues spécialisées : Autoplus et Action Auto Moto ( cliquez sur le lien pour lire les articles )

    Néanmoins, la diffusion de tels kits a le mérite de faire connaître et démocratiser le système…tout en sachant que tout développement de produit innovant comporte toujours une part de risque plus ou moins mesurée et que le risque zero n’existera jamais !

    Merci de votre lecture.

    D'autres pages pour vous sur le même sujet:

    4 commentaires sur “A propos des kits Gillier Pantone vendus

    1. A l’attention de Christophe
      Nous avons commencé a rédiger un article sur le comburant et « le comburateur »
      source inpi et cnrs par ecopra
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Comburateur
      Suite au dernier développement de kit comburateur.
      Et surtout au recherche basé sur les différends rapport stœchiométrique de base suivant le comburant.
      Il est pas inintéressant de voir que ce rapport ramené a notre nature humaine (sa consommation d’air et la combustion d’air d’un litre de carburant)…Il son casi équivalent .Les premières publicités sur les comburateurs sont tout de même BELGES http://www.ecopra.com/fr/component/k2/item/105-comburant-et-comburateur

    2. toujours a l’attention de Christophe
      Voici une application de comburateur sur « LOCOMOTIVE de chantier de la RATP »
      Ce qui est pertinent sur l’application c’est une modification en amont du filtre a air
      Il n’y a pas de modification donc du moteur .
      L’application ici est dans le but de limiter l’opacité « surtout dans les tunnels  » changement de néons en l.e.d gros chantier 2015- 2016.etc
      https://youtu.be/Mexp7_0ZxTY

    3. Donc pour les comburateurs de 1827 (voir sur le brevet) permettent d’annihiler
      c’est a dire d’annuler la pollution fumée nocive il est fumivore .
      en ce qui concerne les lampes maritimes (le comburateur permet de reduire l’opacité donc des facettes de verres permettant d’être vue des côtes et ou d’autre bateau).
      a cette époque le moteur n’existe pas il est imaginé que 30 ans plus tard.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *